En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Chrétiens Citoyens / Citoyens Chrétiens

Publié le Mercredi 7 février 2018

Chrétiens Citoyens / Citoyens Chrétiens

Le CETAD propose quelques éléments de réflexion pour les "chrétiens-citoyens" lors de leurs participations aux différentes élections


Après une première étape consacrée à la redécouverte de l'Epitre à Diognète, nous avons lu un débat édité par Salvator, avec des participants très divers : Natacha Polny, Fabrice Hadjaj, Don Paul Préaux, « Chrétiens français ou français chrétiens », Salvator, 2017. Il nous a alors paru nécessaire de permettre aux membres du CETAD de s'exprimer. Nous le faisons sur deux thèmes soulevés par le débat Salvator : Visibilité-Invisibilité d'une part, Différence-Indifférence, d'autre part.



Visibilité – Invisibilité


Qu'il soit permis d'ouvrir la réflexion par l'expérience vécue d'un membre de l'équipe CETAD.

Lors de sa formation dominicaine au Saulchoir, à Etiolles, près de Corbeil-Essonne, les célébrations regroupaient pour l'Eucharistie du dimanche près de 70 frères dominicains : 50 étudiants (5 années d'études) et une vingtaine de professeurs, appelés « lecteurs », car l'axe de toute la formation était la lecture de l'oeuvre de Saint Thomas. Vers 1960, un de ces étudiants (P.J.) avait un frère aîné, laïc, marié, avec une femme et deux enfants de 6 et 3 ans. Souvent le dimanche, la petite famille habitant tout près à Villeneuve Saint Georges, venait participer à la célébration eucharistique, à 11h. A la sortie de la messe, P.J. en robe blanche dominicaine, venait bavarder avec son frère, sa belle-soeur, ses neveux. Au cours de l'année suivante, les parents de P.J. voulurent réunir à Paris, pour un anniversaire, toute la famille, parents, enfants et petits-enfants. P.J. eut la « permission » d'y participer et revint par le train d'Evry, petit bourg alors, jusqu'à Paris-Gare de Lyon pour rejoindre le quartier des Batignoles. Il vint en costume gris, sans col romain bien sûr. Sa mère, très hostile à son choix dominicain, n'aurait pas supporté qu'il vienne en robe blanche, lui non plus d'ailleurs. L'aîné des neveux, qui n'avait vu son oncle qu'à la messe du Saulchoir, tira sa mère par sa manche pour lui demander : « Pourquoi, Patrick, s'est-il déguisé pour venir à la maison de Granny (sa grand-mère) ? » Bonne occasion de catéchèse !


Peut-on mieux introduire la question de la visibilité et de l'invisibilité des chrétiens. La visibilité, c'est celle de l'habit religieux. Mais « l'habit ne fait pas le moine ». Les chrétiens doivent-ils manifester ce qu'ils sont, ce qu'ils croient, par un signe extérieur dans la vie quotidienne, dans le monde ? C'est dans la vie des communautés chrétiennes que des signes communs d'appartenance peuvent manifester la reconnaissance commune de leur foi. Après 1905 et la mise en place progressive de la laïcité en France, lente a été la redécouverte d'une christianisme à la Diognète.

Il ne suffit pas de parler de « visibilité discrète », qui peut rester mensongère. La question de fond demeure, aujourd'hui, avec le voile des femmes musulmanes. Pour les chrétiens, le cœur de la foi reste invisible (sans doute aux chrétiens eux-mêmes), et il se manifestera dans les célébrations communes et dans la pratique morale, partage, pardon, paix. Mieux sera vécu le don de l'Esprit qui reste secret et surprise, moins seront nécessaires des signes qui relèvent de la publicité et de la propagande de clocher.



Différence – Indifférence


Autre vocabulaire est celui de la différence et de l'indifférence. L'indifférence est celle que caractérise Lammenais dans un célèbre essai : « Essai sur l'indifférence en matière de religion » (1817). Il joua un rôle important pour les « restaurateurs » d'ordre religieux. Les dominicains avec Lacordaire, les bénédictions avec Dom Guéranger à Solesmes (1805-1875).

Il devint nécessaire de souligner et de critiquer l'indifférence religieuse, avec le retour aux différents ordres religieux (saint Benoit VIIème s. ; saint Dominique XIIIème s.).

Dans le contexte du romantisme (XIXème s.) il ne pouvait être question de refuser la robe noire des Bénédictins, la robe blanche des Dominicains. Mais le même XIXème s. élabora une critique de la différence religieuse pour aboutir à la défense et illustration de la laïcité (2005).

La question est d'abord celle de la « différence » pour les chrétiens dans la vie citoyenne. C'est celle de l'Epître à Diognète. Il y aura donc au XXème s. une proposition de retour à « un christianisme des catacombes », « vie cachée », dont un signe caractéristique aura été l'expérience des « prêtres ouvriers », et des cultes quasi clandestins, sans les excès des célébrations fastueuses et des évangélisations spectaculaires, hérités d'un passé jugé dépassé.


Mais ce risque ou refus de la différence ne va-t-il pas conduire à une « indifférence » religieue, célébrée par Marcel Gauchet proclamant « le désenchantement du monde » ?
Plutôt que la différence, n'y aurait-il pas lieu de parler d'un « retrait en secret », quand il s'agit de caractériser la vie chrétienne ? Pour l'aumône comme pour la prière : « ton Père qui est dans le secret te le rendra » (Mt 6, 4 et 7).

Ce qui remet en cause certains slogans de l'évangélisation repris par Jean-Paul II et Benoît XVI.

Il faut donc parler plutôt de la présence chrétienne en modernité « liquide ». Cela suppose pour le chrétien d'entrer dans une posture « dialogique », signifiant à l'autre tout le prix qu'il a à ses yeux et aux yeux de Dieu (Arnaud Join-Lambert, Etudes, sept 2017). De la « différence », nous passons à la « pluralité » caractéristique du chrétien, qui n'est pas différence et qui est sans risque d'indifférence.



Patrick Jacquemont, CETAD

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

la toussaint
la toussaint
Publié le Jeudi 18 octobre 2018
Racines, Ressources, Ruptures du christianisme
Racines, Ressources, Ruptures du christianisme
Publié le Vendredi 5 octobre 2018
La rentrée au CETAD
La rentrée au CETAD
Publié le Lundi 10 septembre 2018
Un autre Joseph
Un autre Joseph
Publié le Mardi 24 juillet 2018
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2018 - Tous droits réservés