En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Lutter contre les sources de la violence

Publié il y a 10 jours

Lutter contre les sources de la violence

 En écho aux célébrations qui vont se dérouler en Algérie pour la béatification des 19 religieux et religieuses assassinés, nous proposons de relire quelques lignes de l'éditorial du journal algérien El Watan de novembre 1995, dans lequel Pierre Claverie, évêque d'Oran, rend hommage à la soeur Odette assassinée ; il dénonce la lâcheté et la compromission des responsables politiques et religieux et rappelle avec sagesse et fermeté la seule voie d'action possible.
Pierre Claverie a été assassiné le 1er août 1996.

"Vous nous rappelez des choses importantes  que, dans notre drame quotidien, nous risquons d'oublier :

                 - On ne peut défendre une cause juste avec des moyens sales. La fin ne justifie pas n'importe quel moyen. Céder à cet engrenage, c'est préparer des lendemains d'enfer.


                - Ne mêlons pas Dieu à nos conflits humains. Laissons Dieu être Dieu et ne nous prenons pas trop vite pour Ses envoyés ou les exécuteurs de Ses jugements. Le jugement ne nous appartient pas.


               - Prenons garde à ce que nous disons, des paroles en l'air peuvent avoir des retombées fatales. Si nous pensons avoir quelque message à délivrer pour changer le monde et la vie, disons-le "à la force de nos bras et à la sueur de notre front" (saint Vincent de Paul). SI nous nous sommes trompés, nous en porterons aussi les conséquences.


               - Cherchons la vérité, ne nous laissons pas abuser par des slogans faciles ou même les "analyses scientifiques" des spécialistes. La vérité est complexe, elle est trop souvent réduite à un aspect de la réalité : nous n'avons pas fini de l'explorer. Soyons prudents et modestes.


                 - Nous faisons de la politique lorsque nous prenons position dans les conflits de ce monde pour la justice la solidarité, la paix. Mais encore faut-il trouver laborieusement le sens et le lieu puis les moyens concrets de leur application dans la complexité ambiguë de l'histoire. Ce n'est pas si simple et ce n'est jamais idéal.


                 - Par-dessus tout, nous redécouvrons l'évidence que notre foi nous donnait de tenir avec Jésus-Christ : sans le respect de la personne humaine, aucun projet moral, social, politique ou religieux ne peut emporter notre adhésion. Le test de l'authenticité de nos professions de foi réside dans notre attitude à l'égard des personnes concrètes.


Car en chacune d'elles nous reconnaissons une œuvre et un appel de Dieu. Jésus nous lègue un unique et double commandement. Tu aimeras ton Dieu – Tu aimeras ton prochain. Et il commente : « Ce que vous ferez au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous l'avez fait. » A quoi saint Jean ajoute : « Celui qui dit qu'il aime Dieu et qui a de la haine pour son frère est un menteur ».

Nous abordons bientôt le temps de l'Avent qui prépare Noël, où s'éclaire d'une lumière nouvelle le sens de la vie humaine. La gloire de Dieu se révèle sur le visage d'un enfant. Jusque dans sa mort, Odette portait aussi cette empreinte que rien ne peut effacer, car on ne peut éteindre le feu de l'amour de Dieu. Que ce feu renaisse des ruines et des cendres accumulées en Algérie.

P. Claverie, Humanité plurielle,Cerf, 2008, p.132-133.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

JOYEUX NOEL !
JOYEUX NOEL !
Publié hier
Lutter contre les sources de la violence
la toussaint
la toussaint
Publié le Jeudi 18 octobre 2018
Racines, Ressources, Ruptures du christianisme
Racines, Ressources, Ruptures du christianisme
Publié le Vendredi 5 octobre 2018
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2018 - Tous droits réservés