En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Comment Dieu nous parle-t-il directement en dehors de la Bible ?

              Belle question que la vôtre. Un jour, un grand bibliste, à qui nous demandions de nous faire une intervention sur la Parole de Dieu, nous a répondu : « Ah ! si je savais ce qu’est cette Parole ! » Cela revient à comprendre l’affirmation « Dieu nous parle » comme un très grand mystère et à voir aussi que les diverses médiations par lesquelles nous parvient cette Parole sont variées. Parmi ces médiations vous placez, à juste titre, la Bible comme une médiation privilégiée. Mais votre question donne un peu à entendre que dans la Bible la Voix de Dieu serait « directe » tandis qu’il existerait d’autres manières « moins sûres » (?) de capter la parole de Dieu.

Commençons par la Bible. Voici une citation extraite d’un texte de Newman : « On nous dit que Dieu a parlé. Mais où ? Dans un livre ? Nous avons interrogé ce livre et il nous a déçus ; il nous déçoit, ce don très saint, ce livre béni, non par sa propre faute, mais parce qu'on lui fait jouer un rôle auquel il n'était pas destiné. La réponse de l'Éthiopien, lorsque Philippe lui demanda s'il comprenait ce qu'il était en train de lire, est la voix même de la nature : « Comment le pourrais-je, si personne ne me guide ? » (Ac 8, 31). Cette scène de l’Ethiopien nous montre à merveille que la lettre de la Bible n’est pas « Parole de Dieu » à n’importe quelle condition. Dieu parle dans un événement de rencontre. Les Disciples d’Emmaüs connaissaient leur « bible », mais ils étaient incapables d’entendre la Parole de Dieu tant qu’ils n’étaient pas entrés dans l’expérience d’une Rencontre, et quelle Rencontre ! Celle du Ressuscité. 
Vous avez raison de penser que Dieu peut aussi parler directement au cœur des croyants. Un texte du Concile Vatican II sur la Révélation nous dit même que c’est là la principale source de la foi : « La perception des choses aussi bien que des paroles transmises s'accroît, soit par la contemplation et l'étude des croyants qui les méditent en leur coeur (cf. Luc 2,19 et 51), soit par l'intelligence intérieure qu'ils éprouvent des choses spirituelles » (Dei Verbum 8). 
Votre question devient : Dieu parle de diverses manières, c’est sûr. Mais comment être sûr de ne pas se tromper ? On a vite fait de se monter la tête : cf. les nombreux gourus de sectes diverses qui se croient directement inspirés de Dieu ! Comment se prémunir contre les illusions ? 
Quelques suggestions. Le meilleur moyen de nous prémunir contre les illusions de notre imagination et de notre subjectivité est de « recevoir » Dieu en Eglise : « Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom… ». Bien sûr, Dieu peut parler au plus intime des coeurs et des consciences et nous pouvons entendre cette voix intérieure plus intime à nous-mêmes que nous mêmes. Mais il existe des critères pour être confortés dans l’assurance que la voix vient de Dieu. On juge aux fruits. La parole, si elle est de Dieu, produit charité, joie, paix, douceur, goût de servir les autres. Et elle produit aussi le goût de la fidélité à l’Eglise : « L’Eglise fait ce que personne d'autre ne peut faire », écrit encore Newman, « elle se porte garante de la vérité de Dieu et nous invite à la confiance… » Nous pouvons nous fier à l’action de l’Esprit Saint dans l’Eglise. Des individus isolés ne peuvent prétendre à la vérité, seule la communauté assistée de l’Esprit Saint est garante de la véracité de la parole de Dieu. Une parole intérieure ou même biblique qui nous isolerait ne saurait venir de Dieu.
La plus belle disposition est l’écoute mariale. A l’annonce de l’ange, Marie ne comprend pas mais elle accepte qu’il lui soit fait selon la Parole de l’ange… et non selon ses propres imaginations…
Bonne route à vous dans cette découverte de la voix de Dieu. Et approfondir cette question, nous vous invitons à participer à nos sessions Lire la Bible et Découvrir la foi. Elles sont conçues de telle manière que l’on peut y entrer même si on n’a jamais fait de théologie.
La foi n’est pas au bout de la réflexion intellectuelle, mais réfléchir peut aider à s’ouvrir à l’Esprit qui souffle où il veut (Evangile de Jean chapitre 3, versets 8)… pour “recevoir” la parole de Dieu en Eglise.


Partagez cette page :


Retour à la liste

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2018 - Tous droits réservés