En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Si Dieu existe, pourquoi le mal ?

Devant les difficultés de notre vie, on est tout prêt à crier à l’absurdité de notre foi en Dieu : si Dieu est bon, si Dieu est tout puissant, comment permet-il que le mal nous accable, le mal ne semble-t-il pas plus fort que Dieu ?
La question n’est pas neuve : on la retrouve dans bons nombres de psaumes, elle hante le livre de Job. Elle n’empêche pas les croyants de rendre raison de leur confiance en Dieu. D’où leur vient cette audace ? Non pas de discours apportant des « preuves » de l’existence de Dieu mais de la Bible elle-même. En affirmant que l’homme n’est pas soumis à un destin aveugle, que son existence se maintient à cause de l’inconditionnelle fidélité de Dieu, la Bible nous oblige à poser correctement le problème. Trop souvent en effet, nous attribuons à Dieu, ou au monde, ou encore aux autres hommes, la responsabilité directe du mal. Au risque, dans cette recherche du coupable de ne pas porter toute notre attention à la lutte prioritaire contre le mal. Or ce que l’Ecriture nous révèle, c’est que ni Dieu, ni le monde, ni l’homme, ne peuvent à eux seuls rendre compte de l’origine du mal et du secret de la souffrance. Pour autant, Dieu n’est pas absent ou indifférent à la souffrance des hommes. Déjà, l’Ancien Testament affirme la présence d’un Dieu plein de tendresse et de miséricorde, qui loue la révolte de Job et son refus de croire que le malheur est mérité et toujours explicable. Un Dieu qui s’engage contre toutes les souffrances injustes !

Le seul qui aurait pu fournir une explication adéquate à la souffrance injuste est le Christ. Il ne l’a pas fait. Mais il n’est pas resté muet. C’est de sa vie que l’énigme du mal reçoit un éclairage inédit : partout où le mal semble avoir l’avantage, Jésus s’est montré présent, en adversaire. Surtout, il a semé une espérance en vivant la même condition humaine jusqu’au bout, puisant sa force dans la confiance en Dieu qui n’abandonne jamais son serviteur. A celui qui est attentif à la manière d’agir de Jésus contre le mal, se découvre la compassion de Dieu pour l’homme, et sa puissance divine à prêter main-forte à chacun dans la lutte contre les forces du mal.
 
Pour approfondir cette question, je vous invite à participer à nos sessions Lire la Bible et Découvrir la foi : « Dieu et le mal. Où est Dieu ? » ; « Jésus vivant. Qui est Jésus ? ». Elles sont conçues de telle manière que l’on peut y entrer même si on n’a jamais fait de théologie.
 


Partagez cette page :


Retour à la liste

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2017 - Tous droits réservés