En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La dormition

Publié mercredi

La dormition

La Panaghia, la Vierge toute sainte, atelier de Moldavie, monastère de Putna, vers 1481

Cette magnifique broderie du monastère de Putna a été présentée lors de l’exposition au Louvre « broderie de tradition byzantine en Roumanie du 15e au 17e siècle.

Le monastère de Putna est un monastère orthodoxe roumain, un des plus importants du point de vue cultuel, religieux et historique du Moyen Age en Moldavie. C’est là qu’est enterré Etienne III le Grand (  1433  1504  ) vainqueur des Tatars en 1470. Durant les sept années de son long règne, il a tout fait pour assurer la paix, la prospérité durable de son pays.

Cette broderie est intitulée  La Vierge toute sainte et sa composition est inspirée de la vie de la Mère de Dieu telle qu’elle est décrite chez les Pères de l’Église et les écrivains ecclésiastiques :

- Maxime le Confesseur 580-662 qui aurait écrit  la première biographie de Marie…

- Epiphane le Moine qui a vécu  du viiie et au début du ixe siècle et à qui on lui doit un Sermon sur la vie de la très sainte Mère de Dieu et sur son époque, qui est une des plus anciennes biographies de la Vierge Marie qui soient conservées, Il y décrit la généalogie et le mariage de Joachim et Anne jusqu’à l’Assomption. Il s’appuie sur de nombreux récits apocryphes et sur des données néo-testamentaires, intégrant un portrait physique de la Vierge.

- Siméon Métaphraste (10e) qui est un homme d’État et historien qui a écrit la plus importante compilation hagiographique du Moyen Age.

D’après la Tradition, lors de la Dormition de la Vierge (terme orthodoxe pour désigner la mort de la Vierge Marie puis sa montée au ciel de son corps), tous les apôtres sauf un, Thomas, ont été miraculeusement transportés à Gethsemani par des anges pour assister aux derniers instants de la Mère de Dieu.

Thomas absent, est arrivé seulement, par providence divine après l’enterrement de la Vierge.

Les autres apôtres souhaitant le consoler, ont ouvert le tombeau pour qu’il puisse voir la Mère du Christ une dernière fois, mais ils l’ont trouvé vide.

Après cet événement les apôtres ont célébré la divine liturgie pendant laquelle la Vierge leur est apparue les bénissant au nom de son Fils.

A cet instant ils ont compris que la Vierge après son enterrement avait été emportée au ciel avec son corps, partageant la Résurrection de son fils.

Lors des grandes fêtes de l’Église, dans les communautés monastiques, le prêtre bénit un pain rond en l’honneur de la Mère de Dieu, qu’il porte ensuite en procession avec les moines à la trapezia (réfectoire). Ce pain, découpé, est enfermé dans une patène spéciale que l’on appelle panaghiarion,, dont le trésor du monastère de Putna abrite un bel exemple de la première moitié du 16e.

A cette occasion le prêtre porte sur les épaules un voile couvrant, l’aer, représenté ici, brodé sur lequel est représentée la Mère de Dieu, les bras ouverts en orante, bénissant les Apôtres. Ensuite, avant le repas, ce pain est partagé entre les personnes présentes.

 

Frères,
    quand cet être mortel
aura revêtu l’immortalité,
alors se réalisera la parole de l’Écriture :
La mort a été engloutie dans la victoire.
    Ô Mort, où est ta victoire ?
Ô Mort, où est-il, ton aiguillon ?
    L’aiguillon de la mort,
c’est le péché ;
ce qui donne force au péché,
c’est la Loi.
    Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire
par notre Seigneur Jésus Christ.

1 Co 15, 54b-57

 

La Vierge Marie est élevée au-dessus des anges.

Réjouissons-nous.

Bénissons le Seigneur.

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

La dormition
La dormition
Publié mercredi
Leonard de Vinci
Leonard de Vinci
Publié le Lundi 29 juillet 2019
Leonard de Vinci (suite)
Leonard de Vinci (suite)
Publié le Lundi 29 juillet 2019
La nuit des veilleurs
La nuit des veilleurs
Publié le Lundi 24 juin 2019
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2019 - Tous droits réservés