En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

L'évangile de Luc, tout simplement.

Publié le Mercredi 4 février 2004

L'évangile de Luc, tout simplement, voià ce dont il est question dans cet ouvrage fort bien rédigé, simple à lire et très précieux pour comprendre la visée théologique de son rédacteur.

On croit connaître les évangiles parce que nous les avons lus ou, tout au moins, écoutés de très nombreuses fois pendant les célébrations. Pourtant il faut reconnaître notre difficulté à comprendre et à replacer tous ces morceaux choisis, pensés et rédigés dans la pensée propre à chacun des évangélistes.

Le plus souvent nous recevons les textes hors de leur contexte pour les raccrocher au présent de nos vies sans mode d'emploi. Ces extraits peuvent tomber plus ou moins bien, éclairer tel aspect de notre vécu mais aussi devenir des paroles dures, voire irrecevables et incomprises.

Si les homélies peuvent éclairer le texte sacré, et en faciliter la réception, c'est parce que ceux qui en ont la charge ont cette responsabilité : donner des clefs de lecture et inscrire de nouveau celui-ci dans l'histoire de la révélation dans laquelle nous nous inscrivons.

Nous avons aussi à notre disposition des quantités d'ouvrages savants, plus ou moins accessibles que nous pouvons lire et consulter. Mais le temps manque souvent pour consacrer de longues heures à s'initier. C'est pourquoi la collection " La Bible tout simplement " prend en compte la demande d'un public à la fois non-spécialiste et dont la démarche n'est pas d'emmagasiner un savoir savant. Les quelques ouvrages publiés aux Editions de l'Atelier, où l'on trouve aussi un saint Jean et un saint Marc, sont des guides de lecture des Evangiles, très accessibles et une vraie invitation à les découvrir dans leur unité de rédaction et de pensée.

Qui était Luc ?
Sans doute le plus identifiable des quatre évangélistes. Sans connaître exactement son identité - à une certaine époque on l'a dit médecin, compagnon de saint Paul - mais comme le rappelle l'auteur du présent ouvrage, Luc était probablement " un grec cultivé, connaisseur du droit romain, " craignant Dieu " c'est à dire païen converti au judaïsme, avant de devenir chrétien. Il se présente comme historien conscient des règles de son art telles qu'elles se pratiquaient dans monde grec et juif hellénisé. "
Luc ne connut pas Jésus, mais, comme il l'écrit dans le prologue de son évangile, il a mené " une enquête minutieuse auprès de ceux qui ont été dès l'origine témoins oculaires et qui sont devenus serviteurs de la parole. "
Auteur des Actes, deuxième volume de son œuvre, Luc fut un géographe passionné. Si ce don est moins apparent dans son évangile où les déplacements de Jésus sont peu nombreux, il est magnifiquement exprimé dans la description des voyages du personnage du Paul des Actes, celui-ci étant assez différent du signataire des épîtres.

Car il s'agit bien d'une œuvre en deux volumes que nous a laissé Luc. Et le projet de l'évangéliste se repère parfaitement dans son écriture. Roselyne Dupont-Roc le formule ainsi : " L'évangile de Luc commence à Jérusalem, sous le règne de Hérode le Grand (1,5) …tandis que les Actes des Apôtres s'achèvent à Rome. (28,16) De Jérusalem à Rome, Luc construit un chemin qui sera d'abord celui de la vie de Jésus, de la Galilée à Jérusalem, puis celui de toute la mission chrétienne : Le verset d'Isaïe " Et toute chair verra le salut de Dieu " que Luc met dans la bouche de Jean-Baptiste est à mettre en rapport direct avec les mots de Paul, arrivé à Rome : " Qu'il vous soit connu que ce salut de Dieu a été envoyé aux païens ? (28,28).

Le rejet par son peuple du Royaume que Jésus vient annoncer à son peuple sera donc au centre de son parcours, de ses lamentations, de la croix et de sa mort. C'est au prix de ce refus que se fera l'ouverture aux païens et la rédaction des Actes illustrera la parole finale donnée par Jésus à ses disciples après que Dieu l'ait ressuscité des morts, avant d'être enlevé au ciel et établi dans sa gloire: " Vous serez mes témoins dans toute la Judée, la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. "(Ac 1,8) Alors que son évangile est l'illustration de la réalisation de la Promesse faite à Israël, son livre des Actes confirmera le refus d'une très grande majorité du peuple élu de voir en Jésus le Messie attendu. Alors la bonne nouvelle de Jésus Christ deviendra la parole en mouvement sous l'impulsion de l'Esprit. Elle sera prêchée et reçue par les païens. C'est ce que racontent les Actes.

On ne peut oublier que Luc écrit dans les années 80. Il a vécu la chute de Jérusalem et déjà expérimenté la séparation entre les juifs et les communautés chrétiennes. Pourtant Luc ne cessera de montrer qu'Israël reste invité à la conversion. Il est donc indispensable de saisir la continuité des deux livres, de les situer dans le temps. Commençons donc par l'Evangile. Roselyne Dupont-Roc est un guide fort précieux. Souhaitons que les Actes des Apôtres donnent lieu à un travail équivalent pour que, tout simplement, nous comprenions bien l'exceptionnelle œuvre de saint Luc.

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

Vivre avec nos morts
Projet de loi sur l’euthanasie
Projet de loi sur l’euthanasie
Publié le Vendredi 16 avril 2021
"Bénir" les couples homosexuels
Publié le Mercredi 31 mars 2021
Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
Publié le Vendredi 5 mars 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours
© Cetad 2021 - Tous droits réservés