En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

le 23e Prix UNESCO de l’éducation pour la paix a été décerné à Emile Shoufani,

Publié le Lundi 29 septembre 2003


Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura,vient de décerner le 23e Prix UNESCO de l’éducation pour la paix à Emile Shoufani, prêtre arabe israélien, directeur du collège gréco-catholique Saint-Joseph à Nazareth, sur proposition du jury international du prix.
« Son attitude personnelle et son action ont toujours été imprégnées de dialogue, de paix et de tolérance, ainsi que du désir constant de rapprocher les Arabes et les Juifs ».

On connaît l’action de ce prêtre surnommé le « curé de Nazareth », qui a élaboré le projet « Education pour la paix, la démocratie et la co-existence ». Il a mis en œuvre ce projet dans le collège Saint-Joseph à Nazareth, dont il est le directeur depuis 1976 et qui accueille des jeunes musulmans et des jeunes chrétiens,

Il s’est efforcé de rapprocher Arabes et Juifs. Son établissement est jumelé avec l’école juive Lyada de Jérusalem. Chaque année des élèves arabes israéliens rencontrent des élèves juifs de Jérusalem. L’ambiance y est parfois tendue mais chacun apprend à découvrir l’autre au-delà des idées préconçues.
Pour lui, la diversité culturelle et religieuse, loin d’être un obstacle, doit être considérée comme un vecteur de paix. Le Père Shoufani a exposé les grandes lignes de sa pensée et de son œuvre dans deux ouvrages d’entretiens, Le Curé de Nazareth (1998) et Comme un veilleur attend la paix (2002).


Le Père Shoufani cherche aussi à faire comprendre à ses frères arabes combien l’expérience de la Shoah a été douloureuse pour les juifs. On se rappelle son entreprise de mai dernier de réunir à Auschwitz 400 personnes de toutes confessions, venues de France, de Belgique et d’Israël. A cette occasion, il a déclaré : « J’appelle mes frères arabes à se joindre à moi pour accomplir ensemble un geste fort, gratuit et résolument audacieux. Sur le lieu qui incarne l’atrocité du génocide, à Auschwitz-Birkenau, nous ferons acte de fraternité envers les millions de victimes, nous proclamerons notre solidarité avec leurs fils et leurs filles. [...] Cet acte de mémoire signifiera notre refus radical d’une telle humanité, il témoignera de notre capacité à comprendre la blessure de l’autre. [...] J’appelle mes frères juifs à se joindre à cette marche, qui sera précédée d’une démarche de rencontres et de dialogues. J’appelle mes frères juifs et mes frères arabes à tout faire, avant, pendant et après cette démarche commune, pour lui donner son sens plein, celui d’un premier pas en vue de construire une confiance mutuelle ».
A l’origine de son projet le Père Emile exprime la conviction qu’entre Israéliens et Palestiniens il n’y aura pas d’avenir commun sans « un travail de partage de la mémoire ». Car la paix ne peut se réduire à un cessez le feu. Elle doit passer nécessairement par la compréhension des blessures de l’autre, par la reconnaissance de son histoire, de ses traumatismes et de ses peurs. La paix n’est pas seulement un accord politique : elle implique la construction d’une entente entre les peuples.

Toute sa vie il a travaillé à la réconciliation sur la terre de Palestine, lui qui a vu son grand père tomber sous les balles israéliennes.

Le Prix UNESCO de l’éducation pour la paix est décerné depuis 1981 pour promouvoir des actions visant à sensibiliser l’opinion publique et à mobiliser les consciences en faveur de la paix. Il est doté de 30 000 dollars, grâce à un don de la Nippon Foundation. En 2002, le prix a distingué la City Montessori School (Inde). Les années précédentes, on comptait parmi les lauréats le Centre juif-arabe pour la paix à Givat Haviva (Israël), l'évêque Nelson Onono-Onweng (Ouganda), les Mères de la Place de Mai (Argentine), Prayudh Payutto (Thaïlande), Mère Teresa (Inde), Rigoberta Menchú Tum (Guatemala) ou encore Paulo Freire (Brésil).

L’UNESCO fait là preuve d’un bel optimisme sur l’avenir à un moment où les chances de paix entre israéliens et palestiniens semblent de plus en plus précaires.


Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

Vivre avec nos morts
Projet de loi sur l’euthanasie
Projet de loi sur l’euthanasie
Publié le Vendredi 16 avril 2021
"Bénir" les couples homosexuels
Publié le Mercredi 31 mars 2021
Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
Publié le Vendredi 5 mars 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés