En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Exposition Henri IV, hommage au prince de la paix

Publié le Mardi 4 janvier 2011

Exposition Henri IV, hommage au prince de la paix

Frans Pourbus, le Jeune, 1569-1622, (atelier de ), buste de Henri IV portant la croix du Saint Esprit, Musée national du château de Versailles.

 

Dans le cadre du 400ème anniversaire de la mort d’Henri IV, le musée des Antiquités Nationales à Saint Germain en Laye organise un exposition montrant l'œuvre pacificatrice du roi dans le domaine de la vie politique et religieuse.

 

Henri IV est né à Pau le 13 décembre 1553. Son père Antoine de Bourbon est catholique et sa mère Jeanne d'Albret, reine de Navarre, native de Saint Germain en Laye, est protestante. Son siècle, le 16ème s., est ravagé par les guerres de religion : il y fut lourdement impliqué en tant que prince de sang et chef protestant avant d'accéder au trône de France, après s'être converti au catholicisme. C'est lui qui signa l'Edit Nantes, traité de paix autorisant la liberté de culte pour les protestants, qui mit fin aux guerres de religion.

 

Henri rechercha au long de sa vie l'harmonie des relations de ses sujets entre eux. Il combattit sans répit pour la paix, abjura sa foi calviniste pour la paix, imposa la loi sur le pluralisme religieux pour la paix, et fut ainsi l'artisan de la réconciliation. Il s'affirme comme initiateur d'un compromis, politique et juridique, obligeant les confessions, catholique et protestante, à coexister pacifiquement. La tolérance civile de l'édit de Nantes, largement inspiré des édits de pacification antérieurs, dont les édits de Saint Germain de 1562 et 1570, pouvait faire œuvre de réconciliation durable.

 

Le conflit religieux fratricide a duré près de 30 années. Le grand bouleversement de la Réforme provoquera une réaction de rejet total de la part des catholiques.

La tradition distingue huit guerres de religion débutant, pour les catholiques, le 1er mars 1562 avec le massacre de Wassy en Champagne, perpétré par le chef du parti politique, le duc de Guise, et le 2 avril pour les protestants  , avec la prise d'Orléans par Louis de Bourbon, oncle de Henri de Navarre. Le conflit religieux se double d'une crise politique car les Valois (François II, Charles IX et Henri II) n'arrivent pas à asseoir leur autorité malgré les efforts soutenus de leur mère Catherine de Médicis.

 

Les deux partis, catholique et protestant, s'organisent à partir de 1576, avec Henri de Navarre, à la tête des protestants et le nouveau roi de France Henri III qui prend la tête du mouvement catholique. Le royaume est divisé en deux, et chaque faction s'installe en organisant des territoires indépendants. La mort du duc d'Anjou, le plus jeune fils de Henri II et de Catherine de Médicis, sans héritier direct, accentue la crise politique, car l'application de la loi salique désigne Henri de Navarre, prince protestant, comme héritier présomptif du trône de France. La sainte Ligue (née de l'alliance des Guise et du Roi d'Espagne), cristallise la rancœur des catholiques. Les conflits se multiplient entraînant l'assassinat du duc de Guise, puis de Henri III.

Henri IV, devient alors roi de France et de Navarre, mais il doit conquérir son royaume, par les armes et sur le plan religieux. Conscient qu'il ne pourrait vaincre les résistances en conservant sa confession protestante, Henri s'engage prudemment sur la voie de l'abjuration, veillant à conserver l'appui de ses coreligionnaires. Il finit par abjurer sa foi protestante le 25 juillet 1593 à saint Denis, ce qui lui ouvre les portes de Paris, et il se fait sacrer à Chartres (et non à Reims). Le pape Clément VIII lève son excommunication. Il reste encore à résoudre le délicat problème du statut des protestants. C'est ainsi qu'est signé l'Edit de Nantes (ancienne ville ligueuse) le 30 avril 1598, signature tenue secrète jusqu'au mois de novembre. L'Édit instaurant la paix civile sera révoqué par le petit fils d’Henri IV, Louis XIV, en 1685.

 

L'exposition de Saint Germain en Laye montre de nombreux portraits de Henri roi de Navarre, prince protestant, et de Henri roi de France, roi catholique arborant notamment la croix de l'ordre du Saint Esprit créé par Henri III en 1578. C'est le plus prestigieux et le premier ordre de la chevalerie. Le roi en est le grand maître. Les fils de France reçoivent l'ordre du Saint Esprit le jour de leur baptême. C'est le lendemain de la cérémonie du sacre que Henri IV a été reçu grand maitre de l'Ordre du Saint Esprit, ainsi que celui de Saint Michel., et a prêté serment de maintenir l'ordre

Des gravures, dessins illustrent l'abjuration du roi ou la signature de l'édit de Nantes.

L'esprit de la Contre Réforme est représenté par un intéressant tableau de l'école française du 17e, le Pape, Henri IV et les souverains invoquant la Vierge et Saint Jean Baptiste. L'iconographie associe le ciel, la terre et les enfers, avec au registre intermédiaire les âmes du purgatoire.

 

Ce qu'on appelle couramment l'Edit de Nantes désigne en fait un ensemble de 4 textes : un édit « général » en 93 articles daté d'avril 1598, des articles « particuliers » au nombre de 56, et deux brevets (rémunération des pasteurs, entretien des garnisons). Ces quatre textes sont traditionnellement considérés comme complémentaires et indissociables conformément à l'intention d’henri IV. L'Édit donne au peuple protestant la liberté de conscience, la liberté de culte strictement limitée, l'égalité civile. Les huguenots pourront accéder à toutes les charges, dignités et fonctions. Quelques 160 villes, villages et châteaux sont accordés aux huguenots, où ils pourraient se réfugier en cas de conflit. Ce privilège apparut exorbitant à l'opinion publique catholique.

Au début, le préambule, sans doute rédigé par Henri IV lui-même, regrette la dualité religieuse du royaume, déplorant que les Français ne puissent prier Dieu « en une même forme et religion ».

 

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

L'Ascension
L'Ascension
Publié il y a 7 jours
L’évangile selon Amélie
L’évangile selon Amélie
Publié il y a 14 jours
Confinement et célébrations (2)
Confinement et célébrations (2)
Publié le Mercredi 6 mai 2020
Confinement et célébrations
Confinement et célébrations
Publié le Samedi 2 mai 2020
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés