En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Careme 2011 : exhortations de Benoit XVI et conférences de Notre Dame de Paris

Publié le Mercredi 9 mars 2011

Careme 2011 : exhortations de Benoit XVI et conférences de Notre Dame de Paris

Icone du Sauveur, Andrei Roublev, 1410/1415, cathédrale de Zvenigorod. Galerie Tretyakov de Moscou.

 

Voilà le carême 2011 arrivé, cette période de 40 jours pour nous mener jusqu'à Pâques. C'est un temps liturgique vraiment précieux et important au cœur de notre vie de chrétien. De nombreuses propositions sont faites en Eglise (paroisses, communautés, etc..) pour nous aider à cheminer.

 

Benoit XVI propose aux chrétiens un véritable programme, rythmé et raisonné. Il donne pour thème : «Ensevelis avec le Christ lors du Baptême, vous en êtes aussi ressuscités avec lui» (Col 2, 12)

Il invite les chrétiens à revivre leur baptême comme leur rencontre avec le Christ et rythme son message avec la liturgie proposée chaque dimanche.


Le Baptême n’est donc pas un rite du passé, il est la rencontre avec le Christ qui donne forme à l’existence toute entière du baptisé, lui transmet la vie divine et l’appelle à une conversion sincère, mue et soutenue par la Grâce, lui permettant ainsi de parvenir à la stature adulte du Christ.

Un lien spécifique unit le Baptême au Carême en tant que période favorable pour expérimenter la grâce qui sauve.

En effet, dès ses origines, l’Eglise a uni la Veillée Pascale et la célébration du Baptême : dans ce sacrement s’accomplit le grand Mystère où l’homme meurt au péché, devient participant de la vie nouvelle dans le Christ ressuscité, et reçoit ce même Esprit de Dieu qui a ressuscité Jésus d’entre les morts (cf. Rm 8,11). Ce don gratuit doit être constamment ravivé en chacun de nous, et le Carême nous offre un parcours analogue à celui du catéchuménat qui, pour les chrétiens de l’Eglise primitive comme pour ceux d’aujourd’hui, est un lieu d’apprentissage indispensable de foi et de vie chrétienne: ils vivent vraiment leur Baptême comme un acte décisif pour toute leur existence.

L’Eglise, à travers les textes évangéliques proclamés lors des dimanches de Carême, nous conduit à une rencontre particulièrement profonde avec le Seigneur, nous faisant parcourir à nouveau les étapes de l’initiation chrétienne. Dans ses épîtres, saint Paul insiste à plusieurs reprises sur la communion toute particulière avec le Fils de Dieu, qui se réalise au moment de l’immersion dans les eaux baptismales.

Un lien spécifique unit le baptême au carême en tant que période favorable pour expérimenter la grâce qui sauve.


Le premier dimanche de l’itinéraire quadragésimal éclaire notre condition terrestre. Le combat victorieux de Jésus sur les tentations qui inaugure le temps de sa mission, est un appel à prendre conscience de notre fragilité pour accueillir la Grâce qui nous libère du péché et nous fortifie d’une façon nouvelle dans le Christ, chemin, vérité et vie
L’évangile de la Transfiguration du Seigneur lu la semaine suivante, nous fait contempler la gloire du Christ qui anticipe la résurrection et annonce la divinisation de l’homme

«Donne-moi à boire» (
Jn 4,7). Cette demande de Jésus à la Samaritaine, qui nous est rapportée dans la liturgie du troisième dimanche, exprime la passion de Dieu pour tout homme et veut susciter en notre cœur le désir du don de l’eau jaillissant en vie éternelle.

Le dimanche de l’aveugle-né nous présente le Christ comme la lumière du monde. L’Evangile interpelle chacun de nous: «Crois-tu au Fils de l’homme?» Le miracle de cette guérison est le signe que le Christ, en rendant la vue, veut ouvrir également notre regard intérieur afin que notre foi soit de plus en plus profonde et que nous puissions reconnaître en lui notre unique Sauveur.


Lorsque l’évangile du cinquième dimanche proclame la résurrection de Lazare, nous nous trouvons face au mystère ultime de notre existence : «Je suis la résurrection et la vie... le crois-tu? » (Jn 11, 25-26).

Le parcours du Carême trouve son achèvement dans le Triduum Pascal, plus particulièrement dans la Grande Vigile de la Nuit Sainte : en renouvelant les promesses du Baptême, nous proclamons à nouveau que le Christ est le Seigneur de notre vie

Puis un appel au jeûne, aumône et prière est lancé par le Pape, pour arriver à une « profonde conversion ».

 

Notre Dame de Paris

 

Il est de tradition que Notre Dame de Paris organise ses « conférences de carême : elles ont commencé en 1835 . Les conférenciers étaient choisis "pour leur compétence de théologien, leur savoir-faire littéraire et leur art oratoire". Le premier d'entre eux a été le père Henri-Dominique Lacordaire (1802-1861), réformateur de l'ordre des Dominicains. Les conférences ont été réservées aux hommes jusqu'aux années 1930.

 

L'église catholique a engagé depuis plusieurs mois une réflexion sur la famille.

Ainsi les conférences de carême à Notre-Dame de Paris, porteront sur "la famille: héritage ou avenir", chacune d'entre elles étant l'occasion de donner la parole à un théologien ou homme d'église et un laïque (philosophe, juriste, sociologue, etc),

Il s’agira de faire entendre des points de vue qui recoupent ou croisent la pratique et la réflexion catholique sur la famille, en s’appuyant même sur d’autres présupposés (psychanalyse, sociologie, droit…). Ces conférences veulent faire entendre une parole sur la famille qui émerge des réalités vécues, y compris des situations difficiles qui sont celles des couples fragilisés ou des parents seuls. Les intervenants sont invités à s’exprimer librement au nom de leur compétence, mais aussi au plan personnel.

Voici le programme :

13 mars : Martine Segalen, sociologue – P. Jacques den Longeaux, théologien : la famille : questions actuelles et avenir des diversités ?

20 mars : Olivier Rey, philosophe -P. Frederic Louzeau, théologien : heureuse différence ou guerre des sexes.

27 mars : Françoise Dekeuwer-Desfossez, juriste – Alexis Leproux, théologien : comment vivre une relation structurante entre parents et enfants.

3 avril : Antoine et Stéphanie Bonnasse – P. Philippe Bordeyne, théologien, doyen du Theologicum de l'Institut Catholique : la famille comme Eglise domestique.

10 avril : Jacques Arènes, psychanalyste – Antoine Renard, président des Associations Familiales Catholiques : le rôle de la famille dans la vie de la cité.

17 avril : Mgr Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes : famille et société, un jeu de miroir.

Ces conférences seront radiodiffusées en direct notamment sur France Culture et seront publiées chez Parole et Silence le 17 avril 2011.

Quant au CETADNET,

des "méditations de la semaine" particulières à ce temps de Carême seront mises en liogne chaque semaine.
 

 


 


 

 

 

 

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

L'Ascension
L'Ascension
Publié il y a 7 jours
L’évangile selon Amélie
L’évangile selon Amélie
Publié il y a 14 jours
Confinement et célébrations (2)
Confinement et célébrations (2)
Publié le Mercredi 6 mai 2020
Confinement et célébrations
Confinement et célébrations
Publié le Samedi 2 mai 2020
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés