En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

synode 5 : le premier millénaire

Publié le Mardi 22 mars 2011

synode 5 : le premier millénaire

 

Raphael , 1483-1520, prédication de Paul à Jerusalem,  c1513-1514, Victoria and Albert Museum, Londres

Synodes du 1er millénaire

 

Le synode n'est pas une invention du dernier concile Vatican II. Regroupant les prêtres et les laïcs autour de l'évêque, le synode plonge ses racines dans les origines même de l'Eglise. Il est entré dans l'histoire au cours du 4e siècle.

 

Pourquoi est-il apparu ?

Pour découvrir les causes qui ont provoqué son apparition et assuré son succès, il faut remonter aux intentions du Christ lui-même, considérer les premières assemblées des disciples, évaluer les enjeux en cause et apprécier les moyens mis en œuvre.

 

Au 3e siècle, les réunions composées principalement d'évêques ont reçu chez les Latins, le nom de Concile (concilium, réunion de personnes convoquées pour délibérer, ou la session régulière d'un conseil permanent). Chez les Grecs on parle de synode. La nécessité  de traiter en commun les affaires de l'Église est inhérente à sa nature telle que Jésus l'a instituée. En instituant les 12 apôtres, Jésus leur donna la forme d'un collège et mit Pierre à leur tête. Ce collège reçut pour mission d'annoncer l'Évangile au monde et de faire des disciples. Ils sont assurés de la présence du Christ parmi eux, cette présence étant assurée par l'Esprit Saint.

 

Le recours à la communauté est, dit Jésus, la dernière instance pour régler certaines difficultés (Ac 1,14s; Ac 6,1-6).

Ce que l'on appelle Concile de Jérusalem est une réunion des apôtres et des anciens pour délibérer sur une question de discipline posée par la conversion des païens et la décision est prise en ces termes « L'Esprit saint et nous avons décidé... » (Ac 15,5-28)

 

Ainsi les premières communautés chrétiennes faisaient déjà l'expérience de ce que l'on appelle aujourd'hui la synodalité, la nécessité de prendre des décisions en commun.

 

Ce n'est qu 'à la fin du 1er siècle et début du 2e siècle que les divers degrés de la hiérarchie ont été nettement établis, évêques, presbytres (collège de ceux qui assistent l'évêque) et diacres.

On connait un certain nombre de ces rassemblements, Antioche, Alexandrie, Rome par exemple. On ne sait pas grand chose de ces assemblées diocésaines, elles apparaissaient comme des assemblées de circonstance plus que comme une institution qu'on pourrait définir strictement. Les assemblées primitives et les synodes diocésains ont en commun qu'elles réunissent les membres de l'Eglise locale, réunis autour de l'évêque pour traiter des problèmes qui concernent cette Eglise.

 

La diffusion du christianisme dans ces villes ou campagnes éloignées du siège de l'évêque entraina l'évolution de l'organisation des synodes.

 

Il semble que dès le 3e siècle, dans certaines régions, Afrique et Asie Mineure par exemple, les évêques aient pris l'habitude de se réunir tous les ans ou même deux fois par an. Les questions traitées sont alors très diverses, cas d'injustice, discipline eucharistique, vie des chrétiens...

 

L'entrée des Barbares dans l'Eglise multiplie les problèmes en raison de la différence qui existe entre leurs usages et ceux de la population greco-romaine. A partir du 5e siècle on compte près de 80 conciles en trois siècles. Bon nombre de décisions prises ont contribué à former les mœurs de notre société d'Occident. Et pour faire connaître ces décisions, des synodes diocésains sont constitués.

 

Du 6e au 11e siècle

Pour la période 6e – 8e siècle, on a peu de documents. L'évêque peut réunir les membres de son clergé éloigné ou bien aller les voir. Le devoir d'informer les prêtres fait l'objet d'un canon du 4e Concile d'Orléans (541). Le premier synode dont on connaisse l'organisation et les décisions est celui de l'évêque Aunaie, évêque d'Auxerre de 481 à 605. Les règles édictées sont les fruits d'un travail commun et sont rédigées pour des gens simples. Les synodes ont eu une influence notable sur la législation carolingienne : travaux à la campagne le dimanche, déguisement, offrandes auprès des arbres sacrés... célébrations des baptêmes à Pâques... mariages, célébration de la messe, vie des prêtres. Il est fait particulièrement mention des synodes diocésains qui doivent être réunis à la mi-mai pour les prêtres et au début novembre pour les abbés.

 

A l'époque carolingienne, à partir de 741, Pépin le Bref et Carloman, aidés de l'anglo-saxon Boniface, entreprennent de remettre de l'ordre dans l'Église. La réforme qu'ils instaurent constitue une étape importante dans l'histoire du synode diocésain. Les assemblées d'évêques sont réunies à partir de 742 et il leur est prescrit d'exercer une vigilance attentive au clergé : rectitude de leur foi, dignité de leur vie, et la façon dont ils confèrent les sacrements.

 

A partir de la fin du 8e siècle l'existence des synodes est plus souvent attestée.

 

Au 9e siècle une évolution se manifeste dans la mentalité des milieux ecclésiastiques de l'Empire Carolingien. Les évêques souhaitent être soustraits à l'autorité laïque pour assumer la responsabilité des réformes qui s'imposent et disposer des moyens de les réaliser.

 

C'est l'époque où les invasions et les luttes pour le pouvoir ont secoué les institutions, notamment la papauté. Les synodes en ont subi les conséquences et ils se font bien plus rares.

 

La législation du 4e concile de Latran (1215) redonne un nouvel essor au synode, puis advinrent les périodes difficiles du grand Schisme (1378 – 1417) et de la Réforme (15-16e). Le Concile de Trente (1545- 1563) aidera certes les évêques à diffuser la réforme conciliaire, mais nous verrons dans un prochain article comment le déclin se prolongera jusqu'au 20e siècle.

 

 

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

L'Ascension
L'Ascension
Publié il y a 7 jours
L’évangile selon Amélie
L’évangile selon Amélie
Publié il y a 14 jours
Confinement et célébrations (2)
Confinement et célébrations (2)
Publié le Mercredi 6 mai 2020
Confinement et célébrations
Confinement et célébrations
Publié le Samedi 2 mai 2020
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés