En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Benoit XVI

Publié le Samedi 23 avril 2005



Chers frères et chères sœurs,
Après le grand Pape Jean Paul II, Messieurs les Cardinaux m'ont élu moi, un simple et humble travailleur dans la vigne du Seigneur.
Le fait que le Seigneur sache travailler et agir également avec des instruments insuffisants me console et surtout, je me remets à vos prières, dans la joie du Christ ressuscité, confiant en Son aide constante.
Nous allons de l'avant, le Seigneur nous aidera et Marie, Sa Très Sainte Mère, est de notre côté. Merci.



Message de Jean-Pierre RICARD (Archevêque de Bordeaux, Président de la Conférence des évêques de France) :
L’Église catholique vient de recevoir un nouveau Pasteur, le Pape Benoît XVI.
Nous nous réjouissons et nous rendons grâce :
Dieu n’abandonne pas son Eglise !
A nous, catholiques, le Pape est donné
comme point d’appui de notre foi :
enraciné, par l’Esprit, dans la Parole du Christ,
il nous conduira vers le Père !
A nous évêques, responsables des Eglises particulières,
Il est donné comme fondement de notre communion
dans la diversité de nos missions.
Merci de tout coeur à la terre d’Allemagne
qui donne l’un de ses fils à Rome et au monde entier !
Dans ce monde où doivent être relevés de terribles défis,
les défis de la faim et de la pauvreté,
de la liberté et de la paix,
de la dignité de la personne et du respect de la vie,
il sera, après le bien aimé Jean-Paul II,
sentinelle de l’humanité,
témoin de l’amour de Dieu pour tous
et premier serviteur de l’unité.
Le monde est devenu un village global :
jamais nous n’avons eu autant besoin du successeur de Pierre
pour bâtir une fraternité universelle dans la vérité,
pour ouvrir l’Eglise sur le monde
et la guider vers la sainteté.
Sans plus tarder,
avec l’Eglise de Rome et l’Eglise universelle,
l’Eglise catholique en France prie avec ferveur et affection
pour le Pape Benoît XVI :
Qu’il soit principe et fondement visible
de l’unité dans la foi
et de la communion dans la charité.


Sa biographie :
Joseph Ratzinger naît le 16 avril 1927 à Marktl am Inn, dans le diocèse de Passau (Allemagne), d'un père, commissaire de gendarmerie, issu d'une vielle famille d'agriculteurs de la Basse Bavière. De 1946 à 1951, il étudie la philosophie et la théologie à l'université de Munich et à l'école supérieure de philosophie et de théologie de Freising. Le 29 juin 1951, il est ordonné prêtre et commence son activité d'enseignement. En 1953, sa thèse sur "Peuple et maison de Dieu dans la doctrine de l'Eglise de saint Augustin" lui donne le doctorat de théologie. Quatre ans plus tard, il obtient la maîtrise d'enseignement avec une recherche consacrée à la théologie de l'histoire de saint Bonaventure.
En prolongement de la chaire de dogmatique et de théologie fondamentale à l'école supérieure de philosophie et théologie de Freising, il poursuit son enseignement à Bonn (1959-69), Münster (1963-66) et Tübingen (1966-69). En 1969, il devient professeur ordinaire de dogmatique et d'histoire des dogmes à l'université de Ratisbonne et vise-président de la même université. Depuis 1962, il avait acquis une notoriété internationale, intervenant comme expert théologique de l'archevêque de Cologne, le cardinal Joseph Frings, au Concile Vatican II, auquel il apporte une contribution notable.
Le 24 mars 1977, Paul VI le nomme archevêque de Munich et Freising. Mais le 25 novembre 1981, Jean-PAul II l'appelle à Rome pour le nommer préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Il est également président de la Commission biblique pontificale et de la Commission théologique pontificale internationale. Le 6 novembre 1998, il est élu vice-doyen du Collège des cardinaux, puis doyen le 30 novembre 2002 à la place du cardinal Gantin. Président de la Commission pour la préparation du Catéchisme de l'Eglise catholique (1986-1992), il présente, après six années de travail, à Jean-Paul II le nouveau catéchisme. Depuis sa nomination à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, il s'est maintes fois exprimé dans de nombreux ouvrages et entretiens. Il a dirigé la publication de documents essentiels du Saint-Siège. Une de ses œuvres majeures reste « La foi chrétienne, hier et aujourd’hui ». Il a été un des plus proches collaborateurs de Jean-Paul II pendant près de 25 ans.

Le choix de son nom :

Le choix de son nom, Benoît XVI, doit être en lien avec celui du pape Benoît XV ( 1914-1922), dont in se souvient pour ses efforts pour la paix, sur son jugement courageusement défavorable sur les traités de 1918, et à l’intérieur de l’Eglise pour une certaine ouverture de l’Eglise vers la modernité, la lecture de la Bible et la mission avec son attention à la richesse des cultures locales.
Rappelons aussi que saint Benoît est le patron de l’Europe.

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
Publié il y a 12 jours
Le corps et l'âme
Le corps et l'âme
Publié le Mercredi 3 février 2021
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Publié le Dimanche 17 janvier 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts

J'accepte

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés