En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

« L’AVORTON DE DIEU, Une vie de saint Paul »

Publié le Mercredi 15 octobre 2003

Il fallait un grand nom, comme l’est celui d’Alain Decaux, pour que la biographie de saint Paul connaisse un très large succès de librairie. Il existe un certain nombre de livres sur la vie de Paul généralement composés par des spécialistes que l’on peut trouver dans une bonne librairie, mais celui d’Alain Decaux le dernier en date a le mérite d’être un ouvrage à la portée de tous ceux qui veulent situer l’apôtre des gentils dans son contexte historique.
Qui, en dehors de quelques adeptes, a envie de lire aujourd’hui une biographie de Paul ? Les chrétiens pratiquants écoutent régulièrement des extraits de ses lettres à la messe. Paul y parle de lui-même et donne ainsi le sentiment d’être un de nos intimes. Or, lisant cette biographie par exemple, nous voyons que cette illustre figure du christianisme nous échappait pour une grande part.
Alain Decaux avait depuis longtemps le projet d’écrire ce livre et s’il réussit à capter l’intérêt d’un large public, c’est essentiellement parce que son talent de conteur est de nouveau exercé. Il a effectué des voyages qui l’ont conduit dans les principaux lieux où séjourna Paul. Il fait un récit très vivant et passionnant de la vie du converti de Damas. Il a rassemblé une documentation géographique et collecté mille informations dans de nombreux ouvrages écrits par ses prédécesseurs, de saint Luc (80-90 av. JC) à S.Légasse (2000). Le lecteur découvre la vie quotidienne de nombreux peuples que Paul rencontra au cours de ses multiples déplacements apostoliques, populations citadines vivant entre l’Est de la Méditerranée et Rome.
Les lettres de Paul, les Actes des Apôtres, les récits de Flavius Joseph, les Actes de Paul (apocryphes), les écrits des premiers Pères de l’Eglise, sont les principales sources de l’historien-biographe. Mais il fait référence à bien d’autres ouvrages qu’il cite à la fin de son livre (p.318-322).
Cependant les références exégétiques de l’auteur tiennent peu compte des avancées théologiques des vingt dernières années et ceux qui attendraient un éclairage théologique sur la conversion de Paul, sur les multiples intervention de Dieu conduisant les événements, et autres signes mystérieux, devront trouver d’autres ouvrages plus spécialisés.

Quoiqu’il en soit, c'est un éclairage important sur la vie de l’Eglise du premier siècle qu’A.Decaux nous offre. On peut être surpris des rapports conflictuels qui ont marqué les premières décennies de l’histoire des premiers chrétiens. D’abord la personnalité très tranchée de Paul, confirmée par saint Luc dans les Actes, n’a pas fait l’unanimité. Il y eut la difficulté que rencontra Paul à se faire reconnaître, et ce n’est pas sans raison qu’il affirme dans ses lettres sa qualité d’apôtre. Juif, d’obédience pharisienne, il était citoyen romain de naissance. Est-ce cette double appartenance qui le conduisit à défendre de toute son autorité la nécessité de convertir les païens ?
Ce fut une vision prophétique qu’il eut là et qui changea complètement la face de la première Eglise. Mais à quel prix obtint-t-il cette ouverture au monde ! Il fut même rejeté comme on le voit dans l’entreprise de Jacques, « le frère de Jésus », chef de l’Eglise de Jérusalem, qui s’alliera au grand prêtre pour comploter contre lui. On est loin de la vision idyllique de la première partie des Actes qui brosse dans lequel les chrétiens sont les modèles du partage et de l’amour. Cette vision exemplaire de Luc voulait probablement correspondre à l’esprit de la règle essénienne de Qumran.
L’auteur de ce livre passionnant a bien vu tous les enjeux du choix de Paul et a décrit sans complaisance les querelles qu’il occasionna. La critique que l’on pourrait faire à Decaux c’est de ne prendre aucun recul sur les événements extraordinaires, telles les interventions de Dieu. Il semble ignorer que ces visions, très présentes dans les Actes, sont l’expression d’une relecture théologique des événements passés. Luc souligne la place du Dieu-providence pour mieux insister sur la propagation de la Parole qui est l’accomplissement des paroles de Jésus à l’Ascension : porter la bonne nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre. Dieu veille lui-même à cette mission. Un exemple parmi tant d’autres, c’est Lui qui interviendra auprès de Pierre, par un rêve, pour que les païens soient bénéficiaires de cette Parole. Une lecture trop littérale peut rebuter certains lecteurs qui seront peut- être choqués par cette image de Dieu ; et il sans doute regrettable que l’auteur n’ait pas cherché à donner les clefs des discours miraculeux de l’époque.

Mais peut-on le reprocher à Decaux, dont ce n’était l’objet ? Son livre reste très bien documenté, plaisant à lire. La figure de Paul en ressort grandie. D’aucuns ont dit que la religion chrétienne avait été inventée par Paul. A.Decaux sait à la fois mettre en lumière la foi et l’énergie de l’apôtre, fruits d’une véritable révélation, et manifester que ce dynamisme et cette fougue sont avant tout la réponse de Paul à l’appel du Christ. Transformé par cet appel le persécuteur des chrétiens est devenu un acteur majeur du dessein de Dieu !

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

Vivre avec nos morts
Projet de loi sur l’euthanasie
Projet de loi sur l’euthanasie
Publié le Vendredi 16 avril 2021
"Bénir" les couples homosexuels
Publié le Mercredi 31 mars 2021
Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
Publié le Vendredi 5 mars 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés