En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Guy Coq, la laïcité et l’école de la République. (suite)

Publié le Mardi 19 juillet 2005

Nous vous proposons de poursuivre la lecture du compte rendu de la conférence de M. Guy COQ, (journaliste, agrégé de philosophie, président l'Association des amis d’Emmanuel Mounier) sur la laïcité et l’école de la République.

La laïcité scolaire

Un rapide parcours historique est nécessaire pour mieux appréhender la question de la laïcité dans toute sa complexité. Trois grands piliers sont à rappeler.

D’abord 1789-90 et le refus de l’Etat de reconnaître le catholicisme comme religion d’Etat. Se met en place l’autonomie du pouvoir politique que des événements remontant plus loin dans l’histoire préfiguraient déjà.

Ensuite la République et la domination idéologique forte de l’Eglise comme force spirituelle et comme force opposante. Cette situation prépondérante conduit la République à vouloir séparer l’Eglise de l’école et à instaurer l’école gratuite, laïque obligatoire. Une place importante sera donnée à la morale dans cet enseignement laïque.
Enfin, la loi de séparation de 1905 citée précédemment.

Aujourd’hui, s’est affirmé un retour de la laïcité comme enjeu important. L’école est au centre des débats. Ceux-ci opèrent une réduction des problèmes au seul problème de l’islam, de son intégration et de la question de ses signes religieux, révélant l’obscurcissement actuel des valeurs communes au fondement de notre démocratie.

En vue d’une recherche de solutions, un recours à une meilleure culture historique sur l’Islam est nécessaire : l’attitude qui fixe l’islam dans le Moyen Age bloque toute évolution favorable des problèmes ; la volonté qui veut imposer un président unique d’une représentation musulmane n’est pas fondée : à la fois parce qu’il est normal qu’il y ait un pluriel dans l’islam et parce que, selon l’article 4 de la loi 1905, l’Etat n’a pas à organiser une religion.

Faut-il alors réformer 1905 ? Il semble préférable se fier aux grands juristes qui considèrent que cette loi et sa jurisprudence offre une réponse convenable à tous les problèmes actuels et ne pas prendre le risque de rouvrir la boîte de Pandore. Pour autant, nous avons à réfléchir et à approfondir les différents aspects de la crise qui pèse sur l’école laïque. Comment peut-on caractériser la laïcité scolaire ?

Un premier trait est à souligner. La société laïque démocratique est fragile car elle appelle l’existence du citoyen. Or devenir citoyen n’est pas spontané. Il faut former, construire, éduquer le citoyen, un projet qui fait problème par rapport à la démocratie. C’est que la société démocratique engendre « l’individu démocratique ». Celui-ci se présente comme un absolu. Il se conçoit comme essentiel et la société comme secondaire. Il pose que toute sa vie ne doit dépendre que de lui-même. Du coup, il ne supporte pas de dépendre de ce qui l’a précédé. De là son allergie pour toute tradition et tout travail de mémoire.

Pourtant, entrer dans une culture, c’est toujours accepter une dépendance qui, consentie, rend libre. Au cercle clos sur lui-même de l’individualisme démocratique, on opposera le paradoxe de l’éducation. Car il faut construire dans une culture les conditions de possibilité de la liberté et cela avant même que la liberté soit apte à s’exercer pleinement. L’on peut donc souscrire aux propos de Montesquieu affirmant que la société républicaine démocratique a le plus besoin d’éducation car elle repose sur la vertu, autrement dit sur la recherche du bien commun.

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
Publié il y a 12 jours
Le corps et l'âme
Le corps et l'âme
Publié le Mercredi 3 février 2021
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Publié le Dimanche 17 janvier 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts

J'accepte

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés