En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La béatification de Charles de Foucauld

Publié le Jeudi 10 novembre 2005

La béatification de Charles de Foucauld sera célébrée dimanche 13 novembre prochain. Les écrits sont nombreux à ce propos, tant cet homme a frappé notre génération.

Le dynamisme que révèle sa vie peu ordinaire, est éloquent, son histoire comprend des moments qui portent un message fort. Mgr Bouvier, postulateur de la cause de béatification/canonisation de Charles de Foucauld, propose des clés de lecture ; soulignons en quelques unes.

Dès son expédition de 11 mois au Maroc, pendant laquelle il est plongé dans le monde musulman, Charles de Foucauld est habité par une quête religieuse. Il cherche, se forme, se met en relation avec le prêtre de saint Augustin à Paris, l’abbé Huvelin. Ce dernier l’invite à se confesser et à communier, pour Charles c’est la conversion qui changera sa vie, Jésus Christ était venu à sa rencontre. A partir de ce moment il est toujours plus attiré par le désir d’aimer Jésus de Nazareth et de l’imiter de toutes ses forces. Il a pris comme devise JESUS CARITAS et comme emblème un Cœur surmonté d’une croix.

Parti dans le sud marocain, où il construit non pas un ermitage mais une fraternité, c’est à dire une maison ouverte à tous, chrétiens, musulmans, juifs. Il veut être pour tous un frère et un ami. Mais son projet n’aboutira pas. Il ne s’installera dans le Hoggar à Tamanrasset que par la suite. Il y restera jusqu’à la fin de sa vie, partageant la vie des Touaregs, malade il « devient du pays ». Il réalise, en voulant rester anonyme, sur le dialecte du Hoggar, un travail linguistique et scientifique unique. Il cherche sans cesse à promouvoir le progrès humain, intellectuel et moral des habitants du désert, les préparant ainsi à découvrir un jour ce qui fait le secret de sa vie religieuse. Il envisage de créer une « confrérie » qui unirait toutes les bonnes volontés chrétiennes dans un grand réseau au service des régions en cours de développement et non touchées par le message évangélique.

La guerre de 14-18 met un frein au développement de son projet. Et au soir du 1er décembre 1916 il est saisi dans un guet-apens et trouve la mort, dans des conditions qui ne sont pas bien éclaircies.
Le message du Père de Foucauld est reçu par tous ceux qui entreprennent d’approfondir leur connaissance de Jésus de Nazareth en lisant, relisant et méditant l’Evangile. Le contact qu’il veut avoir avec son « Modèle Unique » se réalise de façon privilégiée par son amour le l’Evangile et de l’Eucharistie.

La figure de Jésus qui l’attire le plus est celle de « l’ouvrier, fils de Maire » (cf Mc 6,3), il est particulièrement frappé par l’abaissement qui entoure l’Incarnation du Fils de Dieu. Charles de Foucauld se donne ce programme de vie « Pour moi, chercher toujours la dernière des dernières places, pour être aussi petit que mon Maître, pour marcher avec Lui, pas à pas, en fidèle disciple, pour vivre avec mon Dieu qui a vécu ainsi toute sa vie et m’en donne un tel exemple dès sa naissance » . Benoît XVI alors cardinal Ratzinger , expliquait que Charles avait rencontré le véritable « Jésus historique ».

Charles de Foucauld a contribué à une meilleure prise de conscience de l’Incarnation. Jésus de Nazareth présenté comme le Frère Universel, est source de salut pour tous les hommes par le seul fait de son incarnation, il entre dans les relations de la solidarité humaine. Le témoignage du Charles de Foucauld a préparé un approfondissement de la vocation missionnaire de l’Eglise et a contribué à rendre possible la rencontre entre les différentes religions. Sans chercher à théoriser, Charles utilise un langage affectif, plein de saveur évangélique : « je veux habituer tous les habitants chrétiens, musulmans, juifs et idolâtres, à me regarder comme leur frère, le frère universel ». Il propose un visage, aimable et proche du Dieu de Jésus.

S’il adore Jésus présent dans l’Eucharistie, il Le contemple aussi dans les pauvres auquel Dieu en Jésus s’est identifié. Charles nous renvoie à la qualité de nos relations et nos rapports avec les autres.

Charles de Foucauld nous apparaît très humain, il reconnaît ses propres faiblesses. Il fait sans cesse des projets, connaît des échecs, et d’ailleurs connaît aussi les difficultés de la prière et celles de la nuit spirituelle.

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
Publié il y a 12 jours
Le corps et l'âme
Le corps et l'âme
Publié le Mercredi 3 février 2021
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Publié le Dimanche 17 janvier 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts

J'accepte

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés