En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

TRANSMETTRE

Publié le Samedi 10 décembre 2005

Les Semaines sociales de France se sont tenues les 25,26 et 27 novembre 2005 au CNIT, La Défense.

Pour la nouvelle année de leur centenaire, les Semaines Sociales de France ont définitivement marqué leur renaissance. Crées en 1904, les Semaines Sociales de France (SSF) souhaitaient faire connaître la pensée sociale de l’Eglise et d’en appliquer les enseignements à l’actualité dans le prolongement de l’encyclique Rerum Novarum de Léon XIII (1891). Entre les deux guerres les SSF ont joué un rôle important dans la réflexion sur les grands problèmes sociaux, la paix, la démocratie. Après un relatif sommeil, les SSF ont retrouvé leur utilité dans une actualité très diverse : la famille, la violence, l’argent et pour le centenaire : L’Europe un société à inventer (2004)
L’année 2005 est un grand cru. Large participation (4000 personnes) et large abord d’un thème d’autant plus actuel que beaucoup parlent d’une « panne » de la transmission dans la famille, l’école, les cités et les Eglises ainsi que le manifestent les difficiles conclusions sur la catéchèse lors de la Conférence Episcopale de Lourdes (nov. 2005).

Pour leur session 2005 les SSF ont voulu aborder la question de la transmission sur le fond et sous des formes les plus diverses. Soulignons la diversité des approches. Au départ une enquête Teleos , remarquable analyse par Robert Rochefort, directeur général du CREDOC et vice-président des SSF. Une très grande diversité des experts aujourd’hui appelés « ressources humaines », de nombreuses femmes, la philosophe Myriam Revault d’Allonnes, Mijo Beccaria, Françoise Sand, Rose-Marie Van Lerberghe (directrice de l’Assistance Publique), Inès Minin (JOC)… Et pour les ressources masculines : Maurice Bellet (psychanalyste), Edgard Morin (sociologue), Christoph Theobald (théologien jésuite), Xavier Lacroix (théologie morale), Jacques Arènes, Claude Thélot (avenir de l’école), Jean -Louis Schlegel (Esprit), Antoine Nouis (pasteur de l’Eglise Réformée), François Régis Hutin (Ouest France). Pour l’actualité politique un véritable débat entre Elisabeth Guigou (député PS, ancien ministre) et François Bayrou (député UDF, ancien ministre).

La diversité de l’énumération de toutes ces ressources ne doit pas cacher la diversité de leurs interventions. Grandes conférences le vendredi, mais aussi riches ateliers, plus ou moins fréquentés toute la journée du samedi. Heureuse combinaison de la tradition des SSF et de la méthode propre au « Forum des Communautés Chrétiennes » aujourd’hui « Forum des chrétiens » qui, lui aussi, avait rassemblé un large public au CNIT avec Martine Aubry et Gilles de Robien.

Après avoir relevé la diversité des formes offertes pour question de la « Transmission » d’autant plus nécessaire avec ce sujet aux facettes très diverses, soulignons maintenant tout l’intérêt des réflexions sur le fond. A la question souvent posée d’une « panne » de la transmission aujourd’hui dans toutes les situations, Robert Rochefort choisit de répondre en terme de « traversée du désert » qui demande de la patience. « Or c’est au moment où la société est si pressée, où tout se résume au présent immédiat, que la transmission réclame au contraire des délais bien plus longs que par le passé ». Et encore « la transmission c’est l’adaptation à un présent et l’inscription dans un futur. » Myriam Revault d’Allonnes, dans son intervention sur l’autorité qui a paru assez difficile à certains, insiste : « l’autorité ne tire pas seulement sa force du passé de la tradition… les Modernes se sont autorisés de la transmission, c.a.d. de l’autorité du futur ». Le dimanche après midi c’est Jean Claude Guillebaud qui tira les conclusions véritables de ces SSF : « discerner ce que l’on veut tenir pour juste, pour fiable, pour vrai, pour nécessaire afin de construire un avenir à tous ». Si le terme de « valeurs » a été surabondamment employé durant ces SSF, ne vaudrait-il pas mieux parler de « visées » puisque la transmission est liée au futur, à l’avenir ? Pour éviter le risque de dévaluation des valeurs qui mettrait en crise toute transmission.

P.J.

NB : Durant les trois jours des SSF au CNIT, lieu voisin de la nouvelle église de ND de la Pentecôte, des frères de Taizé ont animé deux messes et un oratoire permanent . Il a accueilli également deux soirées des « Jeunes professionnels : gospels, exposition de Fleur Nabert, sculpteur et peintre.

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE
Publié il y a 12 jours
Le corps et l'âme
Le corps et l'âme
Publié le Mercredi 3 février 2021
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Publié le Dimanche 17 janvier 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts

J'accepte

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés