En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Les sites emblématiques du Moyen Orient présentés à Paris

Publié le Mercredi 13 février 2019

Les sites emblématiques du Moyen Orient présentés à Paris

 

Malgré l’usure des siècles, le Crac des Chevaliers en Syrie conserve intact son pouvoir de fascination. La cité de l’architecture et du patrimoine présente une exposition pour en retracer l’histoire et sa fortune à travers les siècles.

Le crac des chevaliers est un témoin majeur des échanges d’influence entre l’Orient et l’Occident et il a ainsi attiré la convoitise des pouvoirs sur place !
Dominant la plaine de Homs, en Syrie, la forteresse juchée sur un promontoire rocheux, avec ses 300 m de long, ses 140 m de large et sa double enceinte concentrique, est célébrée comme le « plus beau château du monde » par Lawrence d’Arabie. Le crac a été complètement reconstruit au 13e siècle par l’Ordre des Hospitaliers, Ordre de Malte, la situation étant considérée comme une clé d’entrée vers la Terre Sainte.

Il est pris par les Mamelouks du sultan Baybars en 1271. Le départ de Croisés lui fait perdre son rôle stratégique et cet oubli relatif sauve le monument qui parvient presque intact au 20ème s. Une maquette monumentale réalisée à l’exposition à partir de relevés archéologiques de la fin des années 1920, permet de saisir l’ampleur des volumes du château, et de comprendre l’articulation de ses systèmes de défenses.

Le Crac est acheté par la France en 1933, et est élevé au titre de monument historique, puis il est rétrocédé à la Syrie nouvellement indépendante en 1949. Il est inscrit sur la liste des patrimoines en péril par l’UNESCO depuis 2013. Une photographie du bombardement du Crac en mars 2014 rappelle les menaces qui s’exercent contre le patrimoine lors des conflits armés.

C’est ce que présente une autre exposition à l’Institut du Monde Arabe à Paris également : cités millénaires, voyage virtuel de Palmyre à Mossoul.


Ces dernières années le monde arabe a connu une histoire profondément mouvementée. Bousculé par de nouvelles idéologies et par des changements politiques de grande ampleur, son patrimoine est devenu l’emblème d’un passé adoré par les uns et haï par les autres.
L’Irak, la Syrie et la Libye sont actuellement le théâtre de conflits violents. La population souffre, le patrimoine est plus que menacé. Quatre sites sont présentés, Mossoul, Alep, Palmyre et Leptis Magna , par des spectacles audio visuels de grande ampleur nous faisant rentrer dans les rues, les maisons, les monuments détruits et dévastés. Avec la magie du numérique certains de plus beaux monuments revivent et la question de leur éventuelle reconstruction est posée.

Mossoul : traversée par le Tigre, l’ancienne Ninive, subit depuis 2003 la guerre qui fit rage en Irak ; elle est tombée le 10 juin 2014 aux mains de l’Etat islamique et y est restée jusqu'en 2017. La mosquée El Nouri construite au 12 e siècle est dynamitée et il ne reste qu’une infime partie de la salle de prière surmontée de son dôme vert. La présentation a l’IMA est impressionnante, virtuellement vous vous promenez parmi les colonnes détruites, comme un pèlerin venu faire ses prières.
Le patrimoine chrétien a aussi été touché comme l’église Notre Dame de l’Heure, encore debout mais dont l’intérieur a eté dévasté.
Au 7e siècle la ville avait été conquise par les Arabes. Dès cette époque chrétiens, musulmans, juifs et yezidis y cohabitent.
Le mausolée de nabi Younès, le prophète Jonas, est également dynamité, et... sous les décombres de vestiges sont apparus : de gigantesques taureaux sculptés dans la pierre qui devaient faire partie du palais du roi assyrien Assarhaddon datant du 7 e siècle avant JC.
A la destruction succède l'espoir timide d'une redécouverte d'un passé encore plus lointain...

L’exposition nous fait déambuler dans les souks d’Alep, complètement détruits... laissant notre imagination côtoyer les hommes et les femmes vaquant à leurs occupations, parlant entre commerçants et clients, vivant leur vie quotidienne. L'état actuel donne le frisson...

Palmyre est aussi une ville commerçante incontournable de l’Empire romain, elle connut son apogée au 3ème siècle avec le règne de Zénobie. Les magnifiques édifices édifices furent méthodiquement détruits par les djihadistes à partir de mai 2015. L’archéologue suisse Paul Collart en avait fait en 1950 des fouilles systématiques mais les destructions sont telles que la reconstruction du site ne semblerait pas pertinente !

Les présentations virtuelles, vues, sons et animations, que proposent l’Institut du Monde Arabe permettent de visiter ces lieux emblématiques du monde arabe. On a vraiment l’impression d’être présent et de se promener au cœur de ces villes dévastées. Quelle profonde émotion ! Quelle intense prise de conscience de la fragilité des civilisations les plus brillantes face à la violence humaine !

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

le dialogue interrligieux et son actualité
Les sites emblématiques du Moyen Orient présentés à Paris
La BIBLE, chemin d'unité
La BIBLE, chemin d'unité
Publié le Jeudi 17 janvier 2019
beatifications en Algerie
beatifications en Algerie
Publié le Vendredi 11 janvier 2019
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2019 - Tous droits réservés