En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Leonard de Vinci (suite)

Publié le Lundi 29 juillet 2019

Leonard de Vinci (suite)

L’adoration des mages , 1480- 1482, musee des Offices à Florence

Nous pourrions également nous arrêter sur l’adoration des mages de Léonard de Vinci, tableau révélateur de quelques aspects de l’art de Léonard de Vinci, si attirant et en même temps dérangeant.

La Vierge, au centre est présentée comme une jeune femme exquise, douce.

Les mages prostrés adorent l’Enfant que la Vierge leur présente. L’un d’eux grimaçant tend son bras et sa main décharnée formant comme un dôme de protection, ou comme une bénédiction, au ? Est-il effrayé ? On ne sait.

L’Enfant est nu, a un visage d’adulte. Il tente d’ouvrir le vase fermé que lui offre un autre mage. Que contient-il ? l’or ? l’encens ? La myrrhe ? Ou ???

Les deux arbres, derrière eux, évoquent-ils les arbres de la vie et de la connaissance ?

Une présence de violence et de mort est suggérée par des chevaux hennissants et par des hommes qui se livrent furieusement bataille. Léonard a-t-il voulu rappeler que Jésus, dès le début, fut un signe de contradiction et de crime : Herode n’est pas loin.

Mais Marie est si douce, si tendre, si avenante ! Ignore-t-elle la tragédie qui la menace ? Elle se semble pas s’en émouvoir .

Les anges alentour sourient dans l’ombre, ils sont là pour nous enchanter.

A gauche, vers le fond du tableau qui ne finit pas, Léonard présente un escalier fantastique, dont les marches s’élèvent vers des hauteurs vertigineuses. Il est coupé brutalement par une arcade brisée, comme le fut l’idolâtrie antique. Cela est fascinant, risquant de nous attirer ?

Nous admirons un tableau splendide, un tableau sombre, un tableau mystérieux, un tableau troublant. Il est inachevé comme tant d’autres œuvres de l’artiste. Est-ce parce qu’il n’a pas eu le temps de le terminer ? Lénoard a-t-il voulu nous laisser seuls devant l’énigme. L’ énigme ou le mystère ?

Cette grâce si intimement présente dans l’œuvre de Léonard, loin d’être simple, est imprégnée de complexités, de contradictions . Elle jaillit d’un univers intérieur dont la richesse est inouïe et sans égale, mais qui apporte, subtilement, profondément, le trouble.

Ce trouble est attirant, suave. « L’univers de Léonard est angélique, mais selon quelle nature des anges ? Celle des anges d’En-Haut ou celle des anges d’en-bas ? Ou celle des anges qui vont et viennent dans l’entre-deux ? » (Dominique Ponneau)

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

La violence dans les Psaumes
La violence dans les Psaumes
Publié il y a 8 jours
Querida Amazonia (Opinion)
Querida Amazonia (Opinion)
Publié le Samedi 7 mars 2020
Confessions. Secrets
Confessions. Secrets
Publié le Mercredi 29 janvier 2020
Joyeux Noel
Joyeux Noel
Publié le Jeudi 19 décembre 2019
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés