En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La violence dans les Psaumes

Publié le Vendredi 27 mars 2020

La violence dans les Psaumes


Quelques réflexions proposées à partir du texte de Elena di Pede, dans Psaumes de la Bible, psaumes d'aujourd'hui, Lire la Bible 170, Cerf 2011, « La violence dans les Psaumes : violence souhaitée, violence racontée »

Beaucoup de chrétiens (et souvent nous-mêmes) sont gênés, voire horrifiés par la violence présente dans certains Psaumes, au point qu'ils ne peuvent faire leur une telle proposition de prière.
Evoquons l'un des plus durs (ce n'est pas le seul, loin de là) :

« Dévoyés les méchants, dès la matrice,

Fourvoyés dès le ventre les parleurs de mensonge.

…Dieu, casse leurs dents dans leur gueule ;

les crocs des lions, fracasse-les, Seigneur...
Le juste se réjouira car il voit la vengeance :

ses pas, il les lavera dans les pas des méchants,

et les humains diront : « Oui il est un fruit pour le juste,

Oui, il y a un Dieu qui juge toute la terre » (Ps 58).

La prière d'Israël, la prière de Jésus, celle de l'Eglise ! Nous nous indignons vite.... plus vite qu'au sujet de nos propres violences, ou de celles qui nous entourent... Et la liturgie a supprimé ces versets et parfois ne lit pas certains psaumes.

Et pourtant !

Ne pouvons-nous pas d'abord essayer de regarder et de penser avec le regard de celui qui souffre, qui est affamé, piétiné, torturé ? Le Psalmiste n'hésite pas à épouser la souffrance du malheureux et à hurler avec lui. Et cette prière qui crie vers Dieu (qui est aussi celle de Job), il faut aussi que nous sachions la reconnaître et même la reconnaître en nous. Les bonnes paroles et les bons sentiments sont toujours trop faciles, ils nient la réalité du mal subi, de la souffrance insupportable, de la haine qui fraie son chemin au fond du cœur martyrisé. Qui pourrait être le nôtre.

Or, la différence de ce cri du Psaume par rapport à tout autre, c'est qu'il n'est pas d'abord cri contre les méchants, il est d'abord cri vers Dieu, appel au secours. Et de ce fait même, il est confiance et certitude du souffrant qu'il n'est pas seul. Qu'un autre partage son regard, reconnaît l'injustice atroce de sa situation, et juge que son mal est inadmissible.


Le suppliant atteste de toutes ses forces qu'une justice existe, il exige de Dieu cette justice. Qu'elle prenne la forme d'une vengeance dont il se réjouira, voilà qui nous met mal à l'aise. En même temps, nous aurions dû noter qu' « en priant contre le mal, en invectivant de la sorte les méchants, le psalmiste prend distance d'avec sa propre violence et son propre désir de vengeance. Ce n'est pas lui qui prend les armes pour tuer ». Il s'adresse à Dieu, il s'en remet à un tiers -ce qui est la définition même de la justice humaine-, et il est certain que ce tiers ne le trahira pas.
De toutes ses forces, dans les pires situations d'injustice, il s'en remet au Dieu juste qui ne l'abandonnera pas.

Reprendre les cris du psalmiste, fussent-ils violents, permet à celui qui prie d'entrer de plain-pied dans la prière du souffrant. Peut-être aussi de se découvrir en connivence, au-delà de toute hypocrisie, et d'entamer un chemin de confiance vers le Dieu en la justice duquel nous ne croyons plus. Peut-être alors le Psaume nous permet-il de nous rendre attentif à la façon dont Jésus est mort, frôlant le désespoir (« pourquoi m'as-tu abandonné ? »), ce désespoir qui a pu nous enfermer en nous-même et nous boucher tout avenir. Au-delà du désespoir, le cri et la colère renouent avec la vie.
Il s'agit de proclamer que Dieu se dressera contre le mal et un jour le détruira. Et de recommencer à croire en la justice de Dieu, en affirmant que le mal sera un jour vaincu, et que nous pouvons garder la foi en traversant le pire.

Roselyne DUPONT-ROC

 

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

la bible manuscrite
la bible manuscrite
Publié le Mercredi 29 juillet 2020
Le retour à la messe
Le retour à la messe
Publié le Samedi 18 juillet 2020
la Fete Dieu à Bhairavsthan (Nepal)
la Fete Dieu à Bhairavsthan (Nepal)
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
la candidature d’Anne Soupa à l’archevêché de Lyon
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés