En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)

Publié le Vendredi 5 mars 2021

Le voyage du pape à Our et à Ninive (Irak)

 Durant son voyage en Irak, le pape va traverser notamment deux villes qui ont des résonances bibliques, Ur et Ninive.

Ur

En effet il ira le deuxième jour à Nadjaf, à 200km au sud de Bagdad où il rencontrera la plus haute autorité musulmane chiite en Irak, avant de participer à une rencontre interreligieuse à Ur au milieu des « plaines d'Abraham ».

     L'Euphrate

Ur est située sur la rive droite de l'Eurphrate. La ville avait été fondée dans la période pré-sumérienne (4e millénaire av JC), puis elle connut plusieurs périodes d'hégémonie sur la Mésopotamie avant de tomber sous la mouvance des Babyloniens.

      La ziggourat

Sur le plan archéologique on connaît la ziggourat (tour pyramidale à plusieurs étages) qui est encore bien conservée. Elle devait, porter à son sommet un autel élevé en l'honneur du dieu lune, Sin, dont Ur était le centre de culte.

« Our des Chaldéens »

Dans la Bible, « Our des Chaldéens » est la ville d'origine de Tèrah, le père d'Abram. D'après le récit de Genèse 11, Térah quitta Our avec son fils Abram et sa femme Saraï et avec Lot, le fils d'Haran son autre fils qui est mort, pour marcher en direction de Canaan (l'actuelle Palestine) : « Tèrah prit son fils Abram, son petit-fils Loth, fils de Haran, et sa bru Saraï, femme de son fils Abram, qui sortirent avec eux d’Our des Chaldéens pour aller au pays de Canaan » (Gn 11,31).

Abraham

En fait Abram est aussi un « patriarche cananéen », rattaché à la ville du sud, Hébron : « Abram vint habiter aux chênes de Mamré qui sont à Hébron, où il éleva un autel pour le Seigneur » (Gn  13, 18). C'est au retour d'exil (vers 520 av. JC) qu'un long travail de rapprochement et de négociation permit à ceux qui rentraient de s'accorder avec ceux du  « peuple de la terre » restés sur place. Ces derniers se réclamaient notamment d'Abraham. Alors, les prêtres et les scribes firent d'Abraham, l'ancêtre qui était venu de Mésopotamie, comme eux de Babylone, pour s'installer finalement en Canaan à Hébron. La migration d'Abraham devient le modèle de leur propre « migration » ou retour vers la terre d'Israël et vers Jérusalem. Abraham devient aussi le modèle et le père de toutes les réconciliations, comme il deviendra « le père de tous les croyants ».

Abram dont le nom signifie « père élevé » reçoit aussi le nom d'Abraham, « père d'une multitude ». Il devient l'exemple de tous ceux qui font une confiance absolue à Dieu, et sont prêts à tout quitter pour lui obéir  : « Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste. Il luidit : « Je suis le Seigneur, qui t’ai fait sortir d’Our en Chaldée pour te donner ce pays en héritage. » (Gn 15, 6.7. Ne 9,7).. 

La foi d'Abraham


L'épitre aux Hébreux insistera sur la foi qui fut à l'origine de ce départ : « Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu, il partit vers un pays qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait. » (Hb 11,8). Plus encore, Abraham eut foi en la promesse de Dieu alors qu'il était âgé et que sa femme Sarah était stérile ; et encore lorsque Dieu lui demanda de renoncer à son fils . Il est ainsi l'ancêtre de ceux qui croiront en la résurrection des morts : « Même mort, se disait-il, Dieu est capable de le ressusciter ; aussi, dans une sorte de préfiguration, il retrouva son fils » (Hb 11, 19).

Le Pape inscrit ainsi ses pas dans ceux d’Abraham.

L'alliance avec Dieu et la promesse d'une descendance rend Abraham responsable de toute l'humanité. Il ose alors parlementer avec Dieu pour obtenir le salut des hommes justes face aux projets de destruction de Sodome et Gomorrhe (Genèse 18). 
Le récit montre que Dieu se penche sur la misère et la violence des hommes qu'il veut sauver, tout en les laissant libres au risque de leurs péchés et de leur iniquité.
Il ne leur demande que la foi. Abraham est considéré comme le père des croyants, l'ancêtre des trois religions monothéistes qui mettent leur foi dans le Dieu unique.

Ninive

Le dimanche 7 mars le pape se rendra à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, mais aussi à Mossoul et Qaraqosh, dans la plaine de Ninive, à la rencontre des communautés chrétiennes ayant fui les exactions du groupe Etat islamique.

Ninive, située dans la banlieue de la ville actuelle de Mossoul, est la dernière capitale assyrienne sur la rive orientale du Tigre, connue depuis le 2e millénaire av JC.

Elle fut notamment connue pour une fabuleuse bibliothèque créée par Assourbanipal (668-626).
Mais la ville tomba sous les coups des Babyloniens en 612 av. JC.

Après l'exil à Babylone (598-538 av. JC), Ninive est le symbole du paganisme. Dans le joli conte de Jonas, Dieu envoie son prophète réticent à Ninive pour la convertir !

Jonas

Le livre de Jonas est jalonné d'éléments fantastiques, comme le poisson qui engloutit Jonas pendant trois jours, ou le ricin qui pousse miraculeusement pour permettre à Dieu de donner une bonne leçon à Jonas. La conversion instantanée des Ninivites, leur roi en tête, le jeûne auquel sont associés les animaux de la ville relèvent du merveilleux. Ce récit manifeste le débat ouvert à Jérusalem au retour d'exil : faut-il ouvrir la ville aux païens -qui se repentent et se révèlent des justes- ou resserrer la population juive dans un repli identitaire ? 

Jésus donnera ce repentir en exemple à sa propre génération : «  Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas ». (Mt 12,41).

L'alliance de Dieu

Ainsi avec Abraham et avec Jonas, Dieu vient sans cesse offrir son alliance aux êtres humains. Il appelle au changement du cœur, il veut délivrer l'humanité du cycle infernal et mortifère de la violence. Le pape, en voyageant sur cette terre chargée d'histoire, voudrait rallumer dans le cœur de tous les croyants une source d'espoir : Dieu reste fidèle à son alliance plurimillénaire avec l'humanité et ce, malgré nos trahisons ; il appelle sans relâche à la conversion et à la victoire de la paix.

 

 

 

 

Partagez cette page :

Posez-nous votre question

Articles récents

La synodalité
La synodalité
Publié il y a 9 jours
Le rapport de la CIASE
Le rapport de la CIASE
Publié le Vendredi 8 octobre 2021
Le pardon ou la victime relevée,
Le pardon ou la victime relevée,
Publié le Jeudi 30 septembre 2021
Programme des cours 2021-2022
Programme des cours 2021-2022
Publié le Mercredi 25 août 2021
Tous les articles
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés