En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Carême : esperance joyeuse de la resurrection (3)

Publié mercredi


 

3. L'INFIDELITE N'EMPECHE PAS D'ESPERER, DIEU PARDONNE

 

Osee et Gomer, bible historiale, 1372

Parmi les prophètes, Osée qui paraît un peu plus tard qu’Amos dans le royaume de Samarie (735- 721), vit une expérience très personnelle qui lui permet une nouvelle compréhension de Dieu. Osée est un homme malheureux en amour. Il prend pour femme Gomer, probablement une prostituée sacrée d’un temple de Ba’al, dont il aura deux fils. Osée est amoureux fou de cette femme dont les infidélités, ou les retours à ses pratiques idolâtriques du culte de la fécondité, ne parviennent jamais à le détacher. Il reste amoureux et cherche, par tous les moyens, à la faire revenir à lui et à changer son cœur. Il la cherche partout, par monts et par vaux, plaines et forôts. Pauvre, pieds nus il enlace sa bien-aimée, qui, elle, est vêtue richement.

Il découvre que son amour pour Gomer est à l’image de l’amour que Dieu garde pour son peuple malgré toutes ses infidélités. Dieu est amoureux de son peuple !



Le texte biblique

 C’est pourquoi, mon épouse infidèle, je vais la séduire, je vais l’entraîner jusqu’au désert, et je lui parlerai cœur à cœur.

 Et là, je lui rendrai ses vignobles, et je ferai du Val d’Akor (c’est-à-dire « de la Déroute ») la porte de l’Espérance. Là, elle me répondra comme au temps de sa jeunesse, au jour où elle est sortie du pays d’Égypte.

En ce jour-là – oracle du Seigneur –, voici ce qui arrivera : Tu m’appelleras : « Mon époux » et non plus : « Mon Baal » (c’est-à-dire « mon maître »).

J’éloignerai de ses lèvres les noms des Baals, on ne prononcera plus leurs noms.

En ce jour-là je conclurai à leur profit une alliance avec les bêtes sauvages, avec les oiseaux du ciel et les bestioles de la terre ; l’arc, l’épée et la guerre, je les briserai pour en délivrer le pays ; et ses habitants, je les ferai reposer en sécurité.

Je ferai de toi mon épouse pour toujours, je ferai de toi mon épouse dans la justice et le droit, dans la fidélité et la tendresse ;

je ferai de toi mon épouse dans la loyauté, et tu connaîtras le Seigneur.

 En ce jour-là je répondrai – oracle du Seigneur ; oui, je répondrai aux cieux, eux, ils répondront à l’appel de la terre ;

 la terre répondra au froment, au vin nouveau et à l’huile fraîche, eux, ils répondront à la « Vallée-de-la-fertilité ».

 Je m’en ferai une terre ensemencée, J’aimerai celle qu’on appelait « Pas-Aimée » et à celui qu’on appelait « Pas-mon-Peuple », je dirai : « Tu es mon peuple », et il dira : « Tu es mon Dieu ! »

Os 2,16-25



Commentaires

La joie de l’Evangile, 

52. L’humanité vit en ce moment un tournant historique que nous pouvons voir dans les progrès qui se produisent dans différents domaines. On doit louer les succès qui contribuent au bien-être des personnes, par exemple dans le cadre de la santé, de l’éducation et de la communication. Nous ne pouvons cependant pas oublier que la plus grande partie des hommes et des femmes de notre temps vivent une précarité quotidienne, aux conséquences funestes. Certaines pathologies augmentent. La crainte et la désespérance s’emparent du cœur de nombreuses personnes, jusque dans les pays dits riches. Fréquemment, la joie de vivre s’éteint, le manque de respect et la violence augmentent, la disparité sociale devient toujours plus évidente. Il faut lutter pour vivre et, souvent, pour vivre avec peu de dignité. Ce changement d’époque a été causé par des bonds énormes qui, en qualité, quantité, rapidité et accumulation, se vérifient dans le progrès scientifique, dans les innovations technologiques et dans leurs rapides applications aux divers domaines de la nature et de la vie. Nous sommes à l’ère de la connaissance et de l’information, sources de nouvelles formes d’un pouvoir très souvent anonyme.

[..]

87. Dans tous les cas, en pareilles circonstances, nous sommes appelés à être des personnes-amphores pour donner à boire aux autres. Parfois, l’amphore se transforme en une lourde croix, mais c’est justement sur la Croix que le Seigneur, transpercé, s’est donné à nous comme source d’eau vive. Ne nous laissons pas voler l’espérance !

Pape François, Exhortation apostolique Evangelii Gaudium, 2013

Partagez cette page :

Méditations récentes

Carême : esperance joyeuse de la resurrection (3)
Carême : esperance joyeuse de la resurrection (2)
Carême : esperance joyeuse de la resurrection (1)
Ben Sira
Ben Sira
Publié le Jeudi 28 février 2019
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2019 - Tous droits réservés