En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

le Christ, grand prêtre

Publié le Lundi 19 janvier 2009


Rome, sainte Pudentienne : mosaïque de l’abside, décorée d'une mosaïque du IVème siècle représentant le Christ sur le trône, les apôtres et les saintes Pudentienne et Praxède. Sur le fond est représentée la Croix, Jérusalem et les symboles des quatre évangélistes. Vers 390.

Au centre le Christ en majesté : assis sur un somptueux trône, il est le seul à être doté d’une auréole. Il tient dans la main un livre ou est inscrit « conservator ecclesiae pudentianae » ( protecteur de l église saint Pudentienne).

A sa droite et a sa gauch,e dix apôtres et deux femmes apparaissent, l’une représente la synagogue et l’ autre l’ église. Au dessus de lui, une croix ornée de pierres précieuses se dresse sur le mont Golgotha : l’empereur Constantin aurait fait orner ainsi ce lieu sacré. De part et d’autre de la croix quatre animaux ailées : un homme, un lion, un taureau et un aigle symbolisent les quatre évangélistes. Le Christ est beaucoup plus grand que les autres personnages , sur son trône imposant en avant de l’ensemble de la scène, les apôtres et les femmes tendent les mains vers lui en signe de respect et de louange. Au deuxième plan les murs de la ville de Jérusalem sur la quelle règne la croix glorieuse, et la Bonne Nouvelle annoncée par les quatre Evangélistes.

Jésus est intervenu en faveur de tous les hommes ; homme, il a offert sa vie sur la Croix en sacrifice, et sa croix est devenue gloire, elle sauve de la mort et apporte le salut éternel à toute l’humanité.



Le texte biblique

Le grand prêtre est toujours pris parmi les hommes, et chargé d’intervenir en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu ; il doit offrir des dons et des sacrifices pour les péchés. Il est en mesure de comprendre ceux qui pèchent par ignorance ou par égarement, car il est, lui aussi, rempli de faiblesse ; et, à cause de cette faiblesse, il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés comme pour ceux du peuple. On ne s'attribue pas cet honneur à soi-même, on le reçoit par appel de Dieu, comme Aaron. Il en est bien ainsi pour le Christ : quand il est devenu grand prêtre, ce n'est pas lui-même qui s'est donné cette gloire ; il l'a reçue de Dieu, qui lui a dit :

Tu es mon Fils,

moi, aujourd'hui, je t'ai engendré

et qui déclare dans un autre psaume :

Tu es prêtre pour toujours

selon le sacerdoce de Melkisédek.

Pendant les jours de sa vie mortelle, il a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication à Dieu qui pouvait le sauver de la mort ; et, parce qu'il s'est soumis en tout, il a été exaucé.

Bien qu'il soit le Fils, il a pourtant appris l'obéissance par les souffrances de sa Passion ;

et, ainsi conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.

Car Dieu l'a proclamé grand prêtre selon le sacerdoce de Melkisédek.

Hébreux 5-1,10



Commentaires

La lettre aux Hébreux veut manifester que le rôle que remplissait le grand prêtre dans l'Ancienne Alliance est désormais parfaitement et définitivement rempli par le Christ. Ce passage insiste sur les liens du grand prêtre avec ses frères et sœurs en humanité, et montre comment cela s’applique au Christ.

Dans l’Ancien Testament on insistait sur la relation privilégiée du prêtre avec Dieu, il s’agissait d’être prêtre pour Dieu (Ex 28,1 ; 29,1) et cela semblait exiger la rupture des liens de famille (Dt 33,9) et une sévérité impitoyable envers les pécheurs (Ex 32,26-29 ; Nb 25,6-12). L’auteur de l’épître aux Hébreux renverse la perspective : il affirme que le prêtre l’est « pour les hommes », tout en démontrant que cet aspect du sacerdoce était déjà présent dans l’Ancien Testament. Les prêtres étaient alors chargés d’offrir des sacrifices pour obtenir le pardon des fautes (Lv 4,1-5 ; 16,3-34). Lors de la cérémonie solennelle du Kippour (le grand pardon), le prêtre offrait un sacrifice d’expiation pour lui-même et pour sa maison (Lv 16,6.11), et il en offrait un autre pour les péchés du peuple (Lv 16,14-16). Il se trouvait donc en situation de comprendre ceux qui pèchent par ignorance ou par égarement. Le sacerdoce était un grand honneur, mais cet honneur devait être reçu avec humilité, c’était un don de Dieu.

Tout cela est appliqué au Christ. C’est son Père qui l’a nommé grand prêtre. Et le Christ a accueilli ce sacerdoce dans l'humilité. En fait, la nouveauté de l'Alliance c'est que le Christ est à la fois le grand-prêtre et la victime, car il s'offre lui-même en se laissant façonner par le Père. Le Christ a offert des demandes et des supplications avec un grand cri et des larmes ; à Gethsémani Jésus a accepté de s'en remettre à Dieu et de souffrir la passion et il l'a porté jusqu’à Dieu dans une prière suppliante.

Dans une attitude de soumission, Jésus laissait à son Père le soin de décider la façon de l’exaucer. Cette attitude qui faisait de la prière une offrande, a ouvert la voie à la miséricorde de Dieu : par sa résurrection Jésus a été sauvé de la mort pour toujours. Ainsi le Christ a-t-il assumé une nature semblable à la nôtre, une nature humaine qui avait besoin d’être radicalement transformée pour pouvoir entrer dans l’intimité de Dieu, et en entrant avec son corps dans le sanctuaire qui est le lieu de cette intimité, il nous a entraînés avec lui.

La mission sacerdotale de Jésus atteint tous les êtres humains, jusqu’aux plus grands pécheurs ; il nous transmet le fruit produit par son obéissance rédemptrice, le salut éternel, victoire définitive sur le mal et la mort. La perfection du Christ glorifié se révèle ainsi comme la perfection d’un sacerdoce.

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 13 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés