En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Jésus détruit les œuvres du diable

Publié le Mercredi 4 janvier 2023


Auguste Rodin, 1840-1917, Ange déchu ,1895, musée d'Orsay

L'ange rebelle

Rodin a représenté ici le thème l'ange rebelle, chassé du paradis pour sa désobéissance. Déchu, banni, il est tombé du ciel.

Deux figures féminines

Deux figures féminines sont ici sculptées dans un seul bloc de marbre blanc. L'une d'elle est allongée sur un rocher, couchée sur le dos. Son corps magnifique est cambré, empreint d'une très grande sensualité et ses ailes se déploient sur le sol. C'est un ange précipité du ciel, pantelant, dont on ne sait s'il est vivant ou mort.

L'autre figure se penche sur l'ange et l'embrasse comme pour lui redonner le souffle de la vie.

En fait l'ange est tombé du ciel et sa compagne tente de le réanimer. C'est la Terre qui le reçoit, et qui s'efforce de le consoler.

Douceur et tragédie

Une grande douceur, accentuée par la subtilité des modelés, se dégage de cette composition complexe, faisant presque oublier le tragique de la scène.

 



Le texte biblique

Lecture de la première lettre de Saint Jean (1 Jean 3,7-10)

 


Petits enfants, que nul ne vous égare :

celui qui pratique la justice

est juste comme lui, Jésus, est juste ;

celui qui commet le péché est du diable,

car, depuis le commencement, le diable est pécheur.

C’est pour détruire les œuvres du diable

que le Fils de Dieu s’est manifesté.

Quiconque est né de Dieu

ne commet pas de péché,

car ce qui a été semé par Dieu demeure en lui :

il ne peut donc pas pécher,

puisqu’il est né de Dieu.

Voici comment se manifestent les enfants de Dieu

et les enfants du diable :

quiconque ne pratique pas la justice

n’est pas de Dieu,

et pas davantage celui qui n’aime pas son frère.

 


1 Jean 3,7-10



Commentaires

La première lettre de saint Jean

C'est un trésor spirituel à travers lequel l'auteur nous adresse des recommandations fondamentales pour marcher dans la lumière du Christ.

 

Pratiquer la justice

Il s'agit ici de pratiquer la « justice ». une justice qui se comprend en référence à celui qui est juste. Cela renvoie au Christ.

La véritable justice est ajustement à la volonté de Dieu, et refus de tout ce qui sépare de lui, sépare et détruit les relations entre les êtres humains. Le péché que le Christ est venu détruire n'est autre que cette force de haine et de séparation que le texte appelle le diable. Le Chrit a réajusté toute l'humanité à l'amour créateur de Dieu, il a fait de nous des enfants de Dieu.

 

L'attention à son  frère

Etre enfant de Dieu, c'est rester en lien avec le Christ, qui tourne notre regard vers le frère : « n'est pas de Dieu celui qui n'aime pas son frère ».

Posez-nous votre question

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2023 - Tous droits réservés