En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Universalité du pardon offert par Dieu dans le Christ. A travers les baptisés l’appel du Seigneur continue à retentir

Publié le Mercredi 4 mars 2009


Psautier de Paris (grec 139) , folio 431, Jonas, prédication à Ninive, milieu 10e

 

Le Psautier de Paris compte parmi les monuments les plus célèbres de l’art byzantin. Dans ce volume de grand format ont été insérées quatorze miniatures en pleine page inspirées de l’art antique, de goût classique, illustrant des psaumes ou d’autres livres vétéro-testamentaires.

 

Ce psautier dit « aristocratique » est considéré comme une œuvre clé de la renaissance macédonienne, et il se différencie des psautiers monastiques qui ont des illustrations marginales. Ces peintures en pleine page s’émancipent ainsi du narratif, et  s'illustrent par la richesse des formes et l’éclat des couleurs.

 

Nous sommes en présence d’une véritable bande dessinée présentant 4 scènes : en bas l’histoire de Jonas et du grand poisson. Et au-dessus, Jonas en prière et son prêche aux habitants de Ninive.

 

Après la demande de Dieu à Jonas d’aller prêcher à Ninive, Jonas fuit vers Tarsis hors de la présence du Seigneur, à  Jaffa il trouve un navire.  Le navire, à la voile carrée,  vogue sur une mer déchaînée, avec des  vagues noires et blanches. Sur le bateau on voit six hommes diversement habillés, certains ont des casques pointus,  ils sont de religions différentes ; ils finissent par jeter Jonas à la mer ; il semble que Jonas plonge de lui-même, les mains dirigées vers le poisson. Il porte alors un nimbe jaune, souligné de rouge et un manteau blanc. La mer se calmera et tous les hommes seront sauvés.

 

La seconde scène relate la sortie de Jonas hors du poisson, au museau de chien et à la peau velue. Jonas est représenté imberbe, se tenant debout dans la gueule du poisson. Son auréole est maintenant dorée soulignée de noir. Sous son manteau il porte une tunique bleue. Ses mains sont tendues vers Dieu.

 

La troisième en scène montre Jonas en prière, ces bras ont l’attitude de la prière vers Dieu représenté par la main qui émerge de l’arc en ciel.  Cette représentation de la prière de Jonas est particulière au Psautier de Paris. Est-ce l’ordre donné une deuxième fois à Jonas d’aller convertir Ninive ou une prière d’action de grâce ? Le texte biblique parle de la prière de Jonas depuis le ventre du poisson. Dans la volonté expresse du miniaturiste d’isoler cette prière et de la mettre ainsi en évidence se trouve symbolisée la force de la prière. Jonas en prière est ainsi devenu le personnage principal de la composition. Les pieds chaussés de sandales de Jonas reposent sur des rochers  dont les couleurs passent du gris foncé au beige clair ; il traverse les crevasses des rochers dessinés de lignes géométriques anguleuses à la manière du style macédonien. Le désert au loin est sableux et souligné d’ombres bleutées.

 

Enfin on voit Jonas devant la ville de Ninive. cette scène est plus rarement représentée. La ville est fort importante. C’est une ville fortifiée à l’architecture classique, avec des murs à créneaux. Jonas porte toujours son nimbe doré. Les nombreux habitants sont massés près des portes de la ville et perchés en haut des murailles, (mais on ne distingue pas le roi), ils écoutent Jonas qui les appelle à la conversion. Leurs vêtements sont de couleurs vives et variées. Les personnages dans leurs attitudes et leurs habillements reflètent l’influence retrouvée des œuvres hellénistiques. Chaque personnage est caractérisé différemment : la figure centrale a des cheveux blancs et de la barbe, à côté de lui un jeune homme... Une nouvelle fois, l’appel s’adresse à tous les hommes, tous peuvent être sauvés !



Le texte biblique

 Comme la foule s'amassait, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération.
 Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l'extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon.
  Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas.

Luc 11, 29-32



Commentaires

Les foules amassées réclament à Jésus un signe éclatant  venant du ciel pour certifier qu’il est bien l’envoyé de Dieu. Comme il le fait souvent, Jésus renvoie aux Ecritures. Il renvoie au prophète Jonas avec les habitants de Ninive et à la reine de Saba avec Salomon. ; il reproche ainsi à ses contemporains de ne pas reconnaître l’infiniment « plus » dont ils bénéficient en matière de sagesse et de prédication prophétique, qui leur est offert aujourd’hui en la personne de Jésus.

La foule est dénommée « génération », terme assez péjoratif, qui sert à désigner l’incrédulité (cf Dt 1,30). Seul le signe de Jonas sera donné. De quoi s'agit-il ? Dieu avait demandé au prophète d’aller prêcher à Ninive ; refusant d’obéir il est avalé par le monstre marin ( c'est l'épisode le mieux connu du livre de Jonas !), mais ce qui nous intéresse ici c’est l’appel à la conversion lancé par Jonas aux Ninivites, une des populations païennes les plus cruelles de l’Antiquité. Sa mission fut très réussie : le roi, les hommes et mêmes les bêtes firent pénitence en jeûnant et en se couvrant de sacs..

Les hommes n’auront d’autres signes que la prédication de Jésus, le seul signe c’est l’appel à la conversion ; certes Jésus fera des signes, comme celui de la résurrection de Lazare raconté par Luc quelques lignes plus loin, mais le signe n'est compris que par ceux qui se sont ouverts à la parole de la prédication et à la foi. Jésus se réfère aussi à la reine de Saba qui ne croit pas ce qu’elle entend dire de la sagesse du roi et vient pour le mettre à l’épreuve par des énigmes. Cette attitude est celle de ceux qui réclament un signe à Jésus. Mais la reine ne tarde pas à confesser que Salomon, surpasse en sagesse ce qu’elle avait entendu dire de lui ; elle ressuscitera, en même temps que les israélites qui auront refusé d’écouter les paroles de Jésus.

On remarque ici l’universalisme du salut : les païens répondent mieux qu’Israël à l’invitation à se convertir ! La parole qui appelle à la conversion s'adresse sans relâche à tout homme jusqu'aux extrémités de la terre !

 


POUR PROLONGER, PRIONS

 

Je suis comme Jonas. Toi, seigneur, quand tu lèves la main pour me demander d’obéir, je tourne le dos et je fuis pour aller loin, au-delà de la mer. Pourquoi sommes-nous mal obéissants, Seigneur ?

 

Mais toi Seigneur, tu fais se lever la tempête et je plonge  les mains jointes dans les flots déchaînés. La mer se calme. Pitié, Seigneur, maître de la tempête.

 

Dans l’abîme je ne suis pas perdu et un grand poisson fraternel me recueille. Il me réapprend la prière et me crache sur le sable les mains tournées vers toi, Seigneur pour revenir. Pardon, Seigneur.

 

A moi maintenant d’offrir la parole, la main tendue pour inviter les gens de Ninive, tous ceux qui sont loin de toi, seigneur, à se convertir, comme je me suis converti. Portons la parole jusqu’au bout du monde.

 

« ma déclaration de foi à mon Dieu  et ma réelle conversion »

« Tu es en vérité
le Plus Miséricordieux des plus miséricordieux !
Je Te remercie d’avoir conférer à Tes serviteurs
et Tes servantes dévouées,
la Ferveur et la Flamme.
Oui, Tu leur as permis de devenir
des phares pour l’humanité.

Gloire T’en soit rendue éternellement.
Béni sois-Tu pour m’avoir guidé
vers ce Saint Esprit d’Amour,
qui s’humilie lui-même et
Se donnes en sacrifice,
Telle, est la Véritable Nature,
bénie entre toutes,
par qui tout disciple est sauvé
et devient, à Son image, bien intentionné.

Tu m’as conduit, gloire T’en soit,
à la connaissance de cette Nature
pure que Tu es,
et dont je ne faillirai jamais
et en aucun cas à dire qu’elle est fictive,
et par elle, je me battrai et mourrai
pour et en conscience,
face aux oppresseurs et Satan.

Par sa connaissance, qui m’est apparue
par ta Pure Miséricorde immotivée,
je te déclare que je suis prêt à La suivre partout
même dans les pièges de l’humiliation,
de l’exploitation de ma naïveté, et la mort.

’’Mieux vaut être le plus petit des serviteurs de l’Amour
que le plus grand des serviteurs de la haine.’’

Telle est ma déclaration de foi à mon Dieu
et ma réelle conversion.
Amen »

Anonyme

 

 

 

 

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés