En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La vocation de Samuel

Publié le Mercredi 13 janvier 2010


 

Vocation de Samuel, Bible historiale fol 119, Guiard des moulins, manuscrit, début 15e, Bibliothèque nationale


 

La Bible historiale est la première traduction complète en prose et en français de la Bible.

Il s’agit d’une Histoire sainte en prose traduite à partir de l'Histoire scolastique de Pierre le Mangeur (Petrus Comestor); le manuscrit originel est perdu.

Cette traduction a été réalisée par Guyart des Moulins 1251- avant 1322), un clerc qui connaissait bien le texte. Guyart des Moulins aurait traduit la Bible Historiale entre 1291 et 1295.


 

Eli est présenté dans son lit, le visage tourné à l’opposé de la mandorle où l’artiste a représenté Dieu, il est immobile, comme figé, indifférent, il semble absent de la scène. Au contraire le jeune Samuel qui est venu au chevet du vieux prêtre, est tourné vers Dieu. il a compris que c’était Dieu qui lui parlait. Ses bras sont grand ouverts en signe de disponibilité offerte. Il accueille la parole et il se rend disponible à l’appel de Dieu.

Dieu n’a pas de consistance corporelle, il est dans une espèce de bulle rouge, en haut à droit, indépendante de l’architecture du temple. Il bénit Samuel.

Le décor est très simple, presque pauvre. Les couleurs, les dégradés de rouge, donnent une atmosphère paisible, Dieu parle dans la paix à qui veut bien l’écouter.



Le texte biblique

 

 Le jeune Samuel accomplissait le service divin sous la direction du prêtre Éli. Les oracles du Seigneur étaient rares à cette époque, et les visions, peu fréquentes.

 Un jour, Éli dormait dans sa chambre (sa vue baissait et il ne pouvait plus bien voir).

 La lampe de Dieu n'était pas encore éteinte. Samuel couchait dans le temple du Seigneur, où se trouvait l'arche de Dieu.

 Le Seigneur appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! »

 Il courut vers le prêtre Éli, et il dit : « Tu m'as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je ne t'ai pas appelé. Retourne te coucher. » L'enfant alla se coucher.

 De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Et Samuel se leva. Il alla auprès d'Éli, et il dit : « Tu m'as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je ne t'ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. »

 Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.

Une troisième fois, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d'Éli, et il dit : « Tu m'as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c'était le Seigneur qui appelait l'enfant,

 et il lui dit : « Retourne te coucher, et si l'on t'appelle, tu diras : 'Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.' » Samuel retourna se coucher.

Le Seigneur vint se placer près de lui et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. »

 Samuel grandit. Le Seigneur était avec lui, et aucune de ses paroles ne demeura sans effet.

Tout Israël, depuis Dane jusqu'à Bershéba, reconnut que Samuel était vraiment un prophète du Seigneur.

Le Seigneur continua de se manifester dans le temple de Silo ; c'est là que le Seigneur s'était révélé par sa parole à Samuel.

 Et la parole de Samuel était adressée à tout Israël


 

1 S 3,1-21, 4,1a



Commentaires

 

Le jeune Samuel avait été amené à Eli pour qu’il soit éduqué dans le temple. Né d’un vœu prononcé par sa mère Anne, Samuel « a été cédé à Dieu par ses parents pour tous les jours de sa vie » (1 S 1,28). Il est donc mis en pension au temple de Silo auprès d’Eli et c’est là qu’il entendra l’appel de YHWH.

Dans le temple, Samuel vit avec le Seigneur et le sert. Dans une sorte de parenthèse, l’auteur rappelle qu’à l’époque la parole du Seigneur se fait rare et les visions sont inexistantes ; mais à la fin du récit, il est attesté que le Seigneur continue à se faire voir et se révèle à Samuel par sa parole au vu et au su de tout Israël. Ainsi le récit entend montrer que le Seigneur peut à nouveau se rendre présent à son peuple grâce à un lien désormais réciproque avec Samuel.


 

Ce récit de la vocation de Samuel est racontée longuement, avec force détails, d’échanges nocturnes avec Eli. Pourtant le vieux prêtre Eli est opposé à Samuel : il est couché, loin du Seigneur, il ne peut plus le voir ; il n’est plus d’aucune utilité pour combler le manque dont souffre Israël. Par contre Samuel est couché dans le temple du Seigneur, près de l’arche et la lumière de Dieu qui brûle encore, lui permet de voir. Si faible soit-il, il y a donc encore de l’espoir.


 

En fait le Seigneur appelle : la triple répétition de cet appel qui est une technique narrative, conduisant à l’issue heureuse d’une histoire.

Samuel réagit à chaque fois de la même manière, il est disponible et court vers Eli. Il ne reconnaît pas le Seigneur, mais ce n’est pas sa faute : il ne peut le connaître, puisque la parole du Seigneur ne lui a pas encore été révélée. Et c’est alors le vieil Eli, le prêtre indigne dont les fils sont impies et condamnés et dont la vie semble un échec, qui comprend que l’appel vient de Dieu et le suggère à Samuel. Le Seigneur se fait reconnaître grâce à ses serviteurs les plus indignes et les moins qualifiés.

Et le Seigneur appelle une 4e fois. Eli avait recommandé à Samuel la réponse à faire, mais Samuel ne reprend pas l’invocation « Seigneur » recommandée par Eli, peut-être n’ose-t-il pas nommer Dieu. Mais avec la même disponibilité spontanée et sans faille, il se met aussitôt à l’écoute du Seigneur, il réouvre ainsi l’accès du peuple à la parole du Seigneur. Ainsi le Seigneur pourra-t-il reprendre des relations d’alliance avec son peuple.

Pour cela il a fallu la disponibilité du tout jeune homme prêt à servir, et la perspicacité du vieux prêtre déchu qui accepte de laisser la place au jeune prophète.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés