En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Presentation au temple

Publié le Mardi 2 février 2010

 

Melchior Broederlam (date de naissance inconnue) actif entre 1381 et 1409, la présentation au temple, 1394-1399, Musée de Dijon.


 

Melchior Broederlam est un peintre et décorateur néerlandais qui a travaillé à la cour de Philippe le Hardi (1342-1404). Il est à partir de 1391 peintre attitré de la cour de Bourgogne et est chargé de peintures religieuses, notamment des retables, mais aussi de la conception de bannières et d'écussons, ainsi que de la décoration du palais ducal à Hesdin.

Il ne reste de son œuvre que ce retable dit de la crucifixion. Les volets extérieurs sont sculptés sur le thème de la crucifixion.

Les volets intérieurs sont peints par Melchior Broederlam représentant l'Annonciation, la fuite en Égypte et la présentation au temple.

Ces panneaux sont les plus beaux exemples du gothique international combinant un riche décor conventionnel et des détails très réalistes préfigurant le style à venir de l'école néerlandaise..

La scène est insérée dans une architecture gothique illustrant les premiers tâtonnements de la peinture européenne pour représenter l'illusion de la perspective. Les figures sont peintes avec beaucoup d'élégance, avec des vêtements et des draperies rouges et bleues éclatantes.

La peinture de Merlchior Broerderlam est raffinée et subtile. On décèle chez lui l'influence de la peinture siennoise et celle des artistes parisiens dans l'élégance des gestes et des drapés.

La scène de la présentation au temple est touchante de simplicité : les regards se croisent, l'enfant Jésus vers sa mère, Syméon vers Marie à qui il prédit la grandeur de son fils, lumière du monde évoquée par le cierge tenu par la servante qui tient un ravissant panier avec deux colombes, offrande traditionnelle lors de la présentation au temple d'un enfant.

Syméon, Jésus et Marie portent une auréole dorée, symbole dans l'art byzantin du monde divin.



Le texte biblique

 

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j’envoie mon Messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient, dit le Seigneur de l’univers. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs. Il s’installera pour fondre et purifier. Il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent : ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice. Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois.

Ml 3,1-4



Commentaires

 

Quarante jours après Noël, l'Eglise revit aujourd'hui le mystère de la présentation de Jésus au temple. Elle le revit avec l'émerveillement de la Sainte Famille de Nazareth, illuminée par la pleine révélation de cet "enfant", qui est le juge eschatologique promis par les prophètes.

Malachie qui, en hébreux, signifie : « mon messager », est le nom que l’on donne au dernier des douze petits prophètes dont on ne sait rien de plus.

Après le retour de l'Exil, après les prédications d'Aggée et Zacharie, après la reconstruction du Temple, l’attente messianique est déçue.

Malachie qui rappelle les promesses et les exigences de l'Alliance, relance l'espérance : « Voici que j'envoie mon messager pour qu'il prépare le passage devant moi ».

Alors le Seigneur entrera dans son temple.

Ces paroles communiquent toute l’intensité du désir qui a animé l’attente du peuple juif au cours des siècles. « L’ange (c’est-à-dire le messager) de l’Alliance » entre finalement dans sa maison, et il se soumet à la Loi : il vient à Jérusalem pour entrer en attitude d’obéissance dans la maison de Dieu ».

Ce personnage prépare la venue de Dieu, en appelant le peuple à la conversion, à un profond et véritable changement des cœurs ; ainsi Dieu pourra-t-il renouveler son Alliance.

Devant lui la vie de chacun sera mise en question. Le but de son intervention n’est donc pas la condamnation mais la purification, illustrée par deux images : la lessive des blanchisseurs et le creuset des fondeurs.

Fondeur, blanchisseur, le messager de l'Alliance, par son feu et sa lessive, va affiner, purifier, les fils de Lévi pour les rendre capables d'offrir un culte, une offrande selon la justice. Jésus est l'offrande parfaite sans tache. Jésus est le seul don qui puisse être présenté en toute justice par le peuple et pour le peuple.

La purification touchera d’abord le clergé, rendu ainsi à sa fonction, ce qui permettra à tout le peuple de retrouver le culte authentique de toujours. C’est aujourd’hui que l’Eglise prie pour la Vie consacrée .

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés