En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

3e dimanche de Pâques, les vieillards de l’Apocalypse

Publié le Dimanche 22 avril 2007


Saint Pierre d'Aulnay de Saintonge, XIIème. Quelques vieillards sont présentés ici, parmi la multitude présente sur l’ensemble du portail de l’église d’Aulnay. Chaque personnage est différent.. Chaque vieillard tient dans ses mains une coupe de parfum pour rendre hommage à Dieu, ainsi qu'une vielle pour chanter ses louanges. Les vielles, de petite taille et à fond sans doute plat, sont toutes assez semblables. L’église est érigée en sortie de la forêt de Chizé, comme une étape sur le chemin de Saint-Jacques, La forêt de Chizé était réputée pour ses brigands et ses animaux sauvages. Quiconque arrivait sain et sauf à Aulnay pouvait respirer. La voussure inférieure comporte une frise de rinceaux animés de griffons. La voussure suivante montre 24 figures de saints. C’est sur la voussure suivante que sont représentés les vieillards de l'Apocalypse. Et la voussure extérieure : 36 figures qui représentent des contes et légendes du Poitou. L’ensemble de la création est conviée à célébrer la victoire du Christ



Le texte biblique

Après les lettres aux sept Eglises, la seconde partie du livre de l'Apocalypse s'ouvre par une grande vision centrée sur l'Agneau immolé qui sera désormais une figure dominante de l’Apocalypse ; il en sera question encore 28 fois, toujours à propos du Christ, et une autre fois, de manière exceptionnelle, alors qu’il est appliqué de façon ironique à la Bête (Ap 13,11). Notre passage ne retient que les derniers versets du récit de cette vision.
Deux acclamations sont décrites ici :
La première acclamation qui provient des anges, dont la multitude est fortement soulignée, concerne l'Agneau et lui attribue sept qualités. Ils prennent la relève des quatre Vivants et des Anciens, ils étaient des millions, des centaines de millions. Dans la symbolique de l’Apocalypse, 10 000 signifie un nombre immensément grand, voire une quantité innombrable, il ne s’agit pas ici de la multiplication de 10 000 par un égal nombre de 10000 (soit cent millions), mais d’un nombre infini. La doxologie des anges est centrée sur l’Agneau immolé. Elle décrit sept attributs, puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et bénédiction. Ces attributs signifient la plénitude du pouvoir qu’on reconnaît à l’Agneau immolé.
Puis vient l’apothéose finale, la seconde acclamation, acclamation du Christ, qui provient de toutes les créatures qui puissent exister. Elle s'adresse non seulement à l'Agneau mais aussi à Celui qui siège sur le Trône et leur attribue quatre biens, bénédiction, honneur, gloire et domination. Ainsi, la liturgie se déroule simultanément au ciel et sur terre : c’est la dimension céleste qui apparaît au premier plan , mais c’est l’ensemble de la création qui est appelée à se joindre à l’acclamation de l’Agneau.
L’enjeu de l’Apocalypse n’est pas d’entretenir la consolation d’un groupe restreint, mais bien de convier l’ensemble de la création à célébrer la victoire du Christ. Les quatre Vivants ne se font que les porte-parole de la création en disant Amen, tandis que les Anciens représentent la participation du peuple de Dieu à ce concert universel offert en hommage à l’Agneau rédempteur.
La foi chrétienne s'exprime dans ce texte. Malgré les apparences, la croix du Christ a été une victoire totale. Jésus est le maître du monde. Désormais Jésus est près de Dieu et il peut ainsi recevoir les mêmes louanges que Dieu. Les chrétiens qui vivent dans les persécutions ne doivent pas se décourager. Ils vivent la croix, mais cette croix les conduira à la Résurrection.



Commentaires

Moi, Jean, dans ma vision, j'ai entendu la voix d'une multitude d'anges qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens : ils étaient des millions, des centaines de millions. Ils criaient à pleine voix : « Lui, l'Agneau immolé, il est digne de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et bénédiction. » Et j'entendis l'acclamation de toutes les créatures au ciel, sur terre, sous terre et sur mer ; tous les êtres qui s'y trouvent proclamaient : « A celui qui siège sur le Trône et à l'Agneau, bénédiction, honneur, gloire et domination pour les siècles des siècles. » Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » et les Anciens se prosternèrent pour adorer.
(Ap 5,11-14)

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés