En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

la prédication d'Étienne

Publié le Mardi 20 avril 2010





Bible d' Utrech , manuscrit mss Mermaino, les actes des apôtres, le discours de saint Étienne au sanhédrin, 15e siècle, la Haye, musée des manuscrits médievaux, Koninklijke Bibliotheek, The Hague

Ce manuscrit illuminé par Claes Brouwer vers 1430, présente la prédication de saint Étienne.
Dans un décor stylisé inhabituel, sans représentation du temple de Jérusalem, Étienne prêche. Il est représenté comme un homme jeune, fougueux, genoux fléchis, comme en mouvement, les mains accompagnant son discours. Il voit Dieu dans le ciel, il est inspiré du Saint Esprit.
Les membres du Sanhédrin le regardent mais se bouchent les oreilles; ils ne peuvent entendre. Ils sont des personnages importants, en belles tenues colorées, avec des chapeaux caractéristiques, mais ils sont bien statiques, ils restent fermes dans leurs opinions.

Étienne est auréolé, mais on distingue déjà sur sa tête, des galets qui symbolisent le martyr qu'il va souffrir en conséquence du discours contradictoire qu'il présente aux gens de Jérusalem. 



Le texte biblique


  Hommes à la tête dure, votre coeur et vos oreilles ne veulent pas connaître l'Alliance : depuis toujours vous résistez à l'Esprit Saint ; vous êtes bien comme vos pères !
 Y a-t-il un prophète que vos pères n'aient pas persécuté ? Ils ont même fait mourir ceux qui annonçaient d'avance la venue du Juste, celui-là que vous venez de livrer et de mettre à mort.
 Vous qui aviez reçu la loi communiquée par les anges, vous ne l'avez pas observée. »
 En écoutant cela, ils s'exaspéraient contre lui, et grinçaient des dents.

Mais Étienne, rempli de l'Esprit Saint, regardait vers le ciel ; il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu.
56 Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts : le Fils de l'homme est debout à la droite de Dieu. »
Ceux qui étaient là se bouchèrent les oreilles et se mirent à pousser de grands cris ; tous à la fois, ils se précipitèrent sur lui,
 l'entraînèrent hors de la ville et commencèrent à lui jeter des pierres. Les témoins avaient mis leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme appelé Saul.
 Étienne, pendant qu'on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »
Puis il se mit à genoux et s'écria d'une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s'endormit dans la mort.
Quant à Saul, lui aussi approuvait ce meurtre.

Act 7,51-60, 8,1a 



Commentaires

Étienne, le chef des Hellénistes (groupe de juifs parlant grec, probablement originaire de la Diaspora, donc ouverts au monde extérieur au judaïsme), se distingue par ses prédications qui reflètent le judaïsme très critique de la diaspora et le dépassent ; il s'en prend au Temple et aux sacrifices. Il s'affiche donc comme l'enfant terrible de l'Église qui secoue Jérusalem.

Étienne a été arrêté et le grand prêtre lui demande de préciser les griefs portés contre lui. Étienne s'engage dans un long discours dont nous lisons ici la fin. Après une introduction respectueuse envers ses interlocuteurs, il finit très durement les traitant d'hommes « à la nuque raide »,et « incirconcis de cœur et d'oreille », des expressions par lesquelles Dieu désignait le peuple idolâtre après l'affaire du veau d'or. Etienne utilise aussi une image lancée par Jérémie pour dire l'incapacité de Jérusalem à s'ouvrir aux réalités spirituelles. Étienne les accuse de résister à l'Esprit Saint.
Sans même parler de Jésus, Étienne se limite à parler des prophètes qui avaient annoncer la venue de Jésus. Ceux qui l'accusent de parler contre la Loi ne l'ont pas observée eux-mêmes.

Ainsi le discours d'Étienne exaspère ses auditeurs, sa parole est insupportable et va le conduire à la mort. Mais il ne craint rien car l'Esprit Saint dont il est rempli le fait devenir visionnaire : il voit la gloire invisible de Dieu et clame la glorification de Jésus qu'ils ont mis à mort : « le Fils de l'Homme » est debout à la droite de Dieu, dans l'attitude victorieuse du Ressuscité.

La sanction est immédiate, pas de comparution devant Pilate, les membres du Sanhédrin se mettent à hurler et se précipitent pour lapider Étienne, devenu ainsi le premier martyre chrétien.

Chacun ressent le parallèle entre la mort d'Étienne et celle de Jésus, Jésus a été réconforté par un ange, Étienne par la vision du Fils de l'Homme, Jésus et Étienne demandent le pardon de leurs bourreaux, et tous deux s'endorment dans la mort.

Quand Étienne meurt, Saül est là, et approuve. L'intention de Luc est de montrer que la mission ouverte sur le monde qu'Étienne a inaugurée se poursuivra, Saül en reçoit l'héritage, sans le savoir encore.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés