En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Saint Marc

Publié le Mercredi 25 avril 2007


Mur de clôture du choeur de Notre-Dame de Paris 1305 et 1355, L’Ascension .
Ce mur de clôture porte des scènes des évangiles des principales semaines de l’année liturgique: Au sud, sont sculptées les apparitions post-pascales. A l’extérieur de cette paroi, on illustra les Evangiles des trois semaines chômées: la semaine de Noël, qu’on appelait la semaine joyeuse, pour l’opposer à la semaine Sainte, définie semaine peineuse et la semaine glorieuse qui présentait les récits de Pâques.
Afin de rappeler au peuple qu’il ne s’agissait pas d’événements éloignés, mais de la source des sacrements toujours présents à la vie des Chrétiens, les sculpteurs habillaient les personnages avec un grand souci d’actualisation des scènes.
Cette scène de l’Ascension au centre montre Jésus, la main levée envoyant ses apôtres en mission. Il est manifestement auréolé, montre les stigmates de la Passion et porte le livre de la Parole. Autour de lui les apôtres le regardent, l’écoutent. Ils sont les envoyés pour que l’Eglise demeure fidèle à sa mission d’annoncer l’Evangile du Royaume des cieux



Le texte biblique

Ce passage clôt l’évangile de Marc. Ce dernier chapitre, qui remonte au 2e siècle, se présente comme un résumé des apparitions de Jésus ressuscité. Il recoupe des traditions que nous connaissons par ailleurs par les évangiles de Luc et de Jean.
La deuxième partie du chapitre concerne l’envoi en mission des disciples, pour porter l’évangile au monde entier et proclamer la bonne nouvelle à toute la création. Les témoignages de la parole et des œuvres, avec les signes qui l’accompagnent, sont intimement liés. L’efficacité de la parole et des signes est attribuée à l’action du Seigneur Jésus, élevé auprès de Dieu et partageant sa Royauté sur l’univers.
Le Ressuscité ne quitte pas le monde des hommes, mais, en se manifestant aux disciples, il agit par leur parole et par eux son action s’étend en tout lieu.
La Résurrection de Jésus est toujours actuelle et la force divine qu’elle révèle se manifeste toujours à travers le témoignage des croyants.
Ce passage annonce les Actes de Apôtres. Ce dernier livre, ainsi que les lettres de Paul et de Pierre, laisse deviner la place que tint Marc dans l’Eglise primitive.
Il est reconnu que l'Evangile de Marc est le plus ancien des quatre Evangiles. Il a dû être rédigé au début des année 70. On pense que Marc a été compagnon de Paul, puis "secrétaire" de Pierre à Rome. C'est donc un missionnaire qui écrit. Les souvenirs ne proviennent pas d'une mémoire individuelle mais s'enracinent dans le témoignage des premiers disciples. Ainsi, Marc les a fixés au moment où la vie des Eglises répandues hors de la Palestine et la rencontre des cultures étrangères, risquaient de leur faire perdre le contact avec les origines de l'Evangile.
Marc rappelle aussi que la foi s'éprouve dans l'engagement sans compromis à la suite de Jésus, toujours à l’œuvre, par l'Evangile, au milieu des hommes. Message toujours actuel.



Commentaires

Jésus ressuscité dit aux onze apôtres : : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ; ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s'ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s'en trouveront bien. Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s'assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s'en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l'accompagnaient.
(Mc 16, 15-20)

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés