En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Un chemin spirituel en suivant saint Jean Climaque

Publié le Lundi 14 mars 2011


Icône Jean Climaque, Georges et Blaise, Novgorod, seconde moitié du 13e., musée russe, saint Petersbourg.

 

C'est la plus ancienne icône qui soit caractéristique de l'art de Novgorod (ville du Nord de la Russie) après l'invasion mongole.

On y voit saint Jean Climaque entre les saints Georges et Blaise de Sebaste.

Saint jean Climaque est anachorète, (religieux qui se retire dans le désert pour se consacrer à la prière et à des exercices de pénitence) et higoumène (supérieur d'un monastère orthodoxe, terme équivalent en Occident à abbé) du monastère du Sinaï, mort vers 620, auteur de « l'échelle spirituelle. »

Les deux autres saints représentés Georges et Blaise connaissent une grande popularité à Novgorod auxquels plusieurs églises de la ville étaient dédiées.

Les trois figures correspondent à un ordre de sainteté : Jean, les moines, Georges, les guerriers martyrs, Blaise, les évêques : l'icône symbolise donc la communion des saints.

Saint Jean Climaque est mis en valeur par les proportions données à chaque personnage, dénotant l'importance de ce saint dans la religion orthodoxe, guide spirituel largement suivi et invoqué.

Chaque figure est traitée de manière monumentale, accentuée par le fond rouge et la gamme chromatique. Les drapés sont traités au moyens de lignes strictes, le modelé des visages, éclairés par de fines touches blanches, aux quels s'ajoutent le charme des inscriptions traitées à la céruse (blanc de plomb) agrémentées de minuscules lignes ornées à peine esquissée.

 

L’auteur de la vie de Jean Climaque ignore de quel pays il vient, mais il est noté qu’il a reçu une bonne formation intellectuelle. Novice à 16 ans, il reçoit la tonsure monastique au monastère du Mont Sinaï. A 35 ans, après la mort de son père spirituel, il se retire dans une grotte à l’écart d’un groupe d’anachorètes. Il y fera son expérience spirituelle. Durant cette période, il ne reste pas sans se déplacer un peu. Il se rend en Egypte visiter des moines et un monastère de pénitents qui fera grande impression sur lui. 
Il devient un éminent père spirituel, souvent consulté. Des moines envieux montent une cabale contre lui, mais il a raison d’eux par son silence et sa grande patience. Après 40 ans de vie érémitique, il est choisi comme higoumène du Monastère du Sinaï. C’est à ce moment qu’il écrit sa célèbre Échelle Sainte. Cette œuvre comporte 30 chapitres, suivis d’une « Lettre au Pasteur » destinée aux supérieurs et pères spirituels. Il reçoit le nom de « Jean Climaque » qui signifie « Jean de l’Échelle » (klimakis = échelle)



Le texte biblique

 Le Seigneur adressa la parole à Moïse :

« Parle à toute l'assemblée des fils d'Israël ; tu leur diras : Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint.

Vous ne volerez pas, vous ne mentirez pas, vous ne tromperez pas votre compagnon.

 Vous ne ferez pas de faux serments par mon nom : tu profanerais le nom de ton Dieu. Je suis le Seigneur.

Tu n'opprimeras pas ton prochain, tu ne l'exploiteras pas : tu ne retiendras pas jusqu'au lendemain matin le salaire du journalier.

 Tu n'insulteras pas un sourd, tu ne mettras pas d'obstacle sur le chemin d'un aveugle : tu craindras ton Dieu. Je suis le Seigneur.

Quand vous siégerez au tribunal, vous ne commettrez pas d'injustice ; tu n'avantageras pas le faible, tu ne favoriseras pas le puissant : tu jugeras ton compagnon avec justice.

 Tu ne répandras pas de calomnies contre ton compatriote, tu ne réclameras pas la peine de mort contre ton prochain. Je suis le Seigneur.

 Tu n'auras aucune pensée de haine contre ton frère. Mais tu n'hésiteras pas à réprimander ton compagnon, et ainsi tu ne partageras pas son péché.

Tu ne te vengeras pas. Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple. Tu aimeras ton 

Lv 19,1-2.11-18



Commentaires

Présentation de l'œuvre de Jean de Climaque

 

Jean Climaque décrit dans son Echelle les différents degrés de l’ascension spirituelle qui, partant du renoncement au monde, mène à notre fin terrestre, le commencement de la Vie nouvelle.

 

Le livre est composé de trente « logoi » que les éditeurs appellent « degrés », et complétée par une « Lettre au Pasteur » qui constitue un directoire du supérieur et du père spirituel.

Jean est un moine qui a fait l'expérience à la fois du terme de la vie spirituelle : la déification de l'homme par la lumière incréée, et de la voie qui y achemine. C'est cette voie qu'il nous trace d'une manière essentiellement pratique.

Cet enseignement ne reflète pas simplement l'expérience individuelle et les conceptions propres de Jean Climaque. En fait il reprend ce qu'il a reçu de la tradition : on retrouve la doctrine d'Evagre le Pontique (346-399, moine dans le désert d'Egypte, premier à donner une forme systématique  à la pensée ascétique chrétienne), sur les vices capitaux et sur les rapports entre l'ascèse et la contemplation.

Jean Climaque joint à la doctrine un don de discernement, ce qui explique l'importance que l'Eglise lui a attribué : « l'autorité exceptionnelle du Climaque amena l'Eglise byzantine à célébrer sa mémoire le 5e dimanche de carême, en lui donnant ainsi la première place parmi les docteurs de spiritualité et d'ascèse », Jean Meyerdorff.

 

Il ne faut par chercher dans l'Echelle un exposé systématique, ni des règles ou des recettes de vie spirituelle. L'Echelle n'est ni un traité systématique ni un code de morale. Elle veut surtout indiquer, par de multiples notations qui ne prétendent pas un caractère normatif, et respectant la liberté humaine, le sens et la direction menant à la lumière de la résurrection, qui ne pourra se réaliser que sous l'action de la grâce divine.

 

 

Présentation de la doctrine de Jean de Climaque

Dans l'enseignement de Jean Climaque quelques lignes maitresses se laissent discerner :

l'insistance sur la sainte violence évangélique nécessaire pour atteindre le royaume de Dieu. C'est ce qui caractérise l'engagement du moine. L'objectif à atteindre n'est pas une simple honnêteté morale, mais la participation à la croix et à la résurrection du Christ et la déification de tout l'être. Mais l'effort spirituel doit toujours être réglé par le discernement, qui démasque impitoyablement toutes les illusions.

Le terme de l'ascension spirituelle reste la prière pure, la contemplation, la communion personnelle avec Dieu, Jean Climaque expose donc ce qui peut faire obstacle à cette ascension.

 

Au cours des semaines à venir quelques extraits de «  l'Echelle sainte » seront proposés à notre méditation, nous unissant ainsi à nos frères orthodoxes pendant ce temps de carême.

Nous découvrirons l'actualité de cette œuvre écrite par ce moine ermite il y a 1400 ans. Elle décrit une vie monastique comme un grand symbole de la vie baptismale, de la vie de chrétien tout simplement. L'important est le haut de l'échelle consacré aux vertus fondamentales initiales, les plus simples, la foi, l'espérance et la charité, ce sont les dons de Dieu à tous les baptisés. Une voie est proposée pour arriver à la vraie vie.

 


 

Hymne à jean Climaque (Kondakion)

Tu nous as offert tes enseignements comme des fruits d’une fraîcheur éternelle,
Pour adoucir les coeurs de ceux qui les reçoivent attentivement.
Béni et sage Jean, ils sont les marches d’une échelle
qui portent ceux qui t’honorent ici sur terre à la gloire éternelle des Cieux !

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés