En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

L\'appel d\'Abraham

Publié le Lundi 20 juin 2011


Jacopo et Francesco BassanoLe départ d'Abraham pour la terre de Canaan (vers 1570-1571), National Gallery du Canada, Montreal 



Cette peinture de la fin de la Renaissance est une œuvre collective des peintres de la famille Bassano originaire de la région de Venise.

Après une formation vénitienne et maniériste, Jacopo s'adonne à la peinture de genre inspirée de migrations relatées dans l'Ancien Testament. Celle-ci s'est avérée très populaire dans la société vénitienne qui de puissance maritime avait été contrainte à devenir une puissance agricole.

Les frères Bassano étaient en effet sensibles aux formes réalistes de la plaine du Pô. Jusqu'alors on avait rarement exploité de tels sujets dans la peinture italienne, bien qu'ils figurent dans les mosaïques de la cathédrale st Marc.

De plus à Venise on édite la traduction en italien du livre de la Genese de Pietro Aretino, ainsi que des éditions modernes des Géorgiques de Virgile, etc.. tout cela favorisant l'essor d'une culture paysagiste pastorale en Vénétie.

 

Dans ce tableau les animaux, moutons, chiens, chevaux etc sont rassemblés pour le départ.

Les touches de couleurs brillantes tant dans la verdure du paysage, des bols de cuivre, de céramique vernissées, donnent de la vivacité à la scène qui est centré sur Abram vêtu d'un beau vêtement vert. Il s'adresse à Dieu, émergeant du ciel dans un halo de lumière et qui envoie ses rayons de bénédiction sur tous.

 

 



Le texte biblique

 Le Seigneur lui dit : « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, va dans le pays que je te montrerai.

 Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction.

Je bénirai ceux qui te béniront,je maudirai celui qui te méprisera. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. »

 Abram partit, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth partit avec lui. Abram avait soixante-quinze ans lorsqu'il sortit de Harrane.

Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth, tous leurs biens, et les serviteurs qu'ils avaient acquis à Harrane ; ils se mirent en route pour Canaan et ils arrivèrent dans ce pays.

Abram traversa le pays jusqu'à Sichem, au Chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays.

 Le Seigneur apparut à Abram et lui dit : « Voilà le pays que je donnerai à ta descendance. » Et là, Abram bâtit un autel au Seigneur qui lui était apparu.

 De là, il se rendit dans la montagne, à l'est de Béthel, et il planta sa tente, ayant Béthel à l'ouest, et Aï à l'est. A cet endroit, il éleva un autel au Seigneur et il invoqua le nom du Seigneur.

Puis, de campement en campement, Abram s'en alla vers le Néguev.

Gn 12,1-9



Commentaires

Nous nous trouvons au début du chapitre 12 de la Genèse qui annonce un commencement, le début de l'histoire d'hommes désignés par des noms singuliers, quittant ainsi les temps mythiques des origines.

Ce commencement inaugure l'entrée d'un certain Abram dans l'histoire du salut.

Son histoire commence par une parole divine : le Seigneur lui dit.... Il y a ici une relation personnelle entre Dieu et l'homme, Dieu n'est pas une force anonyme, obscure inaccessible, sa parole appelle un dialogue et une écoute.

Le Seigneur demande à Abram de partir : Abram fait partie des nomades circulant entre Mésopotamie et Egypte appelés à faire du commerce avec les sédentaires. Mais ici ce départ a un sens spécifique, supposant un arrachement d'avec sa famille, son environnement, Haran en Haute Mésopotamie était célèbre pour son culte au dieu lune Sin.

Le Seigneur promet sa bénédiction : la bénédiction est le don de la fécondité, du succès. Abram deviendra une grande nation, grâce à cette bénédiction qui est transmissible par le père à sa descendance. Une partie de cette bénédiction est pour l'avenir: c'est la terre promise où résidera cette grande nation. La bénédiction d'Abram deviendra aussi la bénédiction des nations, cette bénédiction devient universelle et inconditionnelle. Ainsi ce début du chapitre 12 de la Génèse représente un récit de commencement dans lequel les communautés juive puis chrétienne et même musulmane chercheront les racines de leur histoire.

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 13 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés