En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Fête du Sacré Cœur

Publié le Jeudi 14 juin 2007


Catacombes de Priscille, Rome, IIe siècle.
Cette représentation du bon berger de la catacombe de Priscille est à l’image du bon berger dont parle Ezéchiel. Le berger s’occupe de tous, brebis et boucs, de tous les hommes, et aussi des bons et des mauvais bergers. On notera qu’il a un bouc sur les épaules ! Il les emmène dans des lieux accueillants, arbres, fleurs, colombes; le salut et la paix sont promis. La simplicité du dessin donne l’impression d’un monde de paix et de douceur.



Le texte biblique


Parler du Sacré Cœur de Jésus, c’est désigner celui qui donne sa vie pour tous les hommes. Le culte du Cœur sacré de Jésus est en substance le culte de l’amour que Dieu a pour nous en Jésus et en même temps que la réponse de notre amour envers Dieu et les autres hommes ; tel est l’enseignement du pape Pie XII. ( Lettre Encyclique du 15 Mai 1956.)
Le passage d’Ezéchiel sur les pasteurs d’Israël est célèbre et c’est le plus long développement qu’on ait de cette image dans l’Ancien Testament et le Nouveau Testament.
Ce passage suit un oracle sur les mauvais bergers « Malheur aux bergers d'Israël qui se paissent eux-mêmes » (34, 2) et sur les accusations à leur encontre.
Puis les versets 11-15 que nous lisons aujourd’hui rapportent la promesse de Dieu de rétablir la situation idéale, détériorée par la mauvaise gestion des bergers d’Israël, les rois et les chefs qui n'ont pas agi pour le bien du peuple. Les rois d'Israël sont facilement appelés « bergers du peuple ».
La conséquence de leur mauvaise attitude a été la déroute du troupeau,« un jour de brouillard et d'obscurité », et en particulier l'Exil. Les nombreux « vous n'avez pas... fortifié, guéri, recherché », annoncent les reproches de l'Evangile : « vous ne m'avez pas... donné à manger..., visité... ». La dispersion du troupeau évoque l'Exil ; elle évoque le péché qui disloque les liens du peuple uni à Dieu.
Le Seigneur prendra en main lui-même son troupeau, le ramènera et le gardera enfin. Dans la suite du texte, Ézéchiel annonce qu’il n’aura plus qu’un seul pasteur, nouveau David, avec YHWH pou Dieu (Ez 34,23s). Mais il souligne surtout l’attention aimante du Seigneur pour chacune de ses brebis.
Le Christ, Messie attendu, nouveau David, est berger et Roi, non par puissance qui s'impose, mais par le souci du bien de chacun, en particulier des petits et de ceux qui souffrent.



Commentaires


Parole du Seigneur Dieu. Maintenant, j'irai moi-même à la recherche de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j'irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de brouillard et d'obscurité. Je les ferai sortir des pays étrangers, je les rassemblerai, et je les ramènerai chez elles ; je les mènerai paître sur les montagnes d'Israël, dans les vallées, dans les endroits les meilleurs. Je les ferai paître dans un bon pâturage, et leurs prairies seront sur les hauteurs d'Israël. Là, elles se reposeront dans de belles prairies, elles brouteront dans de gras pâturages, sur les monts d'Israël. C'est moi qui ferai paître mon troupeau, et c'est moi qui le ferai reposer, déclare le Seigneur Dieu ! La brebis perdue, je la chercherai, l'égarée, je la
ramènerai. Celle qui est blessée, je la soignerai. Celle qui est faible, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître avec justice.
Ez 34, 11-16

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés