En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Le royaume de Dieu

Publié le Mardi 25 octobre 2011


Chapiteau de Moissac, vers 1100, arbre luxuriant abritant des oiseaux.

Ce chapiteau évoque le rêve de Nabuchodonosor auquel la moitié de la galerie sud du cloitre est consacrée.

Le cloitre de l'abbaye saint Pierre de Moissac abrite des sculptures diverses et fines. Les 76 chapiteaux révèlent une recherche stylistique et un souci de composition esthétique exceptionnels. Certains racontent des scènes de la Bible, d'autres sont ornés de motifs végétaux et floraux, ou des miracles de saint Benoit.

Le chapiteau est orné de deux élégants oiseaux aux ailes déployées. Ils picorent les graines des branches représentées de manière stylisée. Les troncs des arbres sont représentés sur les arêtes du chapiteau. Et les branches se déploient souplement sur la surface plane du chapiteau. 

 



Le texte biblique

Jésus disait : « A quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer ?

Il est comparable à une graine de moutarde qu'un homme a jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »

Il dit encore : « A quoi vais-je comparer le règne de Dieu ?

 Il est comparable à du levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte ait levé. »

Lc 13, 18-21



Commentaires

Luc souligne l'humble commencement du Règne de Dieu.

Qu'entend-on par le Règne (ou le Royaume ) de Dieu ? C' est l'objet de la première prédication de Jean Baptiste et de Jésus (Mt 3,1; 4,17). Jésus annonce la Bonne Nouvelle du Royaume. Avec sa venue prend fin la domination de Satan, du péché, de la mort sur les hommes : il faut se convertir , embrasser les exigences du Royaume pour devenir disciple de Jésus.

Le Règne ou le Royaume de Dieu est une réalité mystérieuse dont seul Jésus peut faire connaître la nature, et qui consiste à vivre comme lui vit, dans l’accueil des autres, dans l’accueil de Celui qui vient. Et la pédagogie des évangiles est constituée en grande partie par la révélation progressive du mystère du Royaume, notamment dans les paraboles.

Jésus utilise ici deux courtes paraboles, partant de faits observables dans la vie quotidienne de Galilée : la petite graine de moutarde qui grandit pour devenir un arbuste de trois mètres de haut et abriter ainsi des oiseaux, et le levain qui fait lever la pâte. Les effets sont plus qu'extraordinaires. Luc fait allusion au texte de Daniel 4, 7-19 sur le rêve de Nabuchodonosor.

« Dans les visions de mon esprit sur ma couche, je regardais, et voici un arbre, au milieu de la terre, dont la hauteur était immense. L'arbre devint grand et fort : sa hauteur parvenait jusqu'au ciel, et sa vue, jusqu'aux extrémités de la terre. Son feuillage était beau et ses fruits abondants : il y avait en lui de la nourriture pour tous.... »

Ces textes permettent d'évoquer la grandeur du Royaume capable de rassembler tous les peuples, Israël comme les païens. Le Règne de Dieu vient pour tous et pour rassembler tous les hommes. Cette expansion étonnante de la prédication évangélique sera longuement déployée dans les Actes des Apôtres.

Ainsi Jésus enseigne que la venue du Règne commence de façon très modeste, dans la simplicité de nos vies quotidiennes, mais que le processus enclenché se poursuit de façon inéluctable à travers la communauté chrétienne : le monde tout entier est invité à la réconciliation et à la paix.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés