En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Saint Benoît

Publié le Mercredi 11 juillet 2007


Fresque du cloître de Monte Oliveto Maggiore, Sud Est de Sienne, 14e.
Comment st Benoît enseigne la sainte doctrine aux paysans qui lui rendent visite.

Devant sa grotte, Benoît, bien qu’épris d’absolu, est un homme pondéré, et soucieux des personnes. Il veut faire connaître la sagesse qu’il a découverte aux paysans qui viennent le voir. Il est imposant dans sa grande robe blanche d’homme sage, mais son attitude veut être proche des plus simples. Ceux-ci tendent l’oreille : Benoît cherche aussi bien à rassurer le débutant et à encourager le faible qu’à inviter le plus fort au dépassement. Grâce à son équilibre et à sa modération, il a rendu le monachisme plus accessible et, pour des générations de moines et de moniales, sa Règle a été l’instrument précieux d’une recherche de Dieu.
Les feuilles de vigne posées devant lui font le lien entre son discours sacré et les paysans qui travaillent cette vigne. Dans le travail quotidien l’homme peut développer ce que Dieu a mis en lui.
Le traitement du paysage, de la grotte, des arbres est paisible, les tons sont harmonieux et doux, tout attire vers la sagesse de Dieu



Le texte biblique

Le livre des Proverbes est précédé d’un prologue développé (d’où est tiré ce passage) où alternent la forme habituelle de l’instruction paternelle ou magistrale, « mon fils », et celle plus originale de l’appel lancé à l’homme par une Sagesse personnifiée.. En effet les auteurs inconnus de ces premiers chapitres du Livre des Proverbes, ont choisi, dans certains passages, de présenter la sagesse, non pas comme une qualité, une capacité ou une manière de vivre et de se conduire, mais comme une personne.
Cette sagesse est le résultat d’une expérience transmise de bouche à oreille, les termes utilisés indiquent souvent la relation personnelle. Ainsi une expérience morale et religieuse sera communiquée, ce qui permettra aux jeunes générations comme aux moins jeunes de se conduire droitement et intelligemment dans les diverses circonstances de la vie. Au point de départ d’une telle expérience, il y a le Seigneur.
Pour profiter de cette expérience il faut que l’homme y mette du sien : il doit demander, rechercher activement, creuser comme un chercheur de trésor, tous les aspects de la prière. Les premiers versets invitent a une recherche toujours plus ardente de la sagesse. Mais l'homme ne pourra parvenir seul à la possession de toute science.. La sagesse recherchée commence par la crainte du Seigneur (évoquée au chapitre précédent 1,7), ainsi l’homme découvrira la connaissance de Dieu. Car c’est Dieu qui donne lui-même la sagesse et la connaissance. Comment est-il possible que l’on arrive à comprendre et à trouver Dieu :? c'est que Dieu est un Dieu vivant et aimant qui ne cesse de donner,d’enrichir, de bénir. Par Lui la voie du bonheur est ouverte.
C’est aussi ce qu’on trouve dans le Prologue de la règle de St Benoît :
« Avant tout, demande à Dieu par une très instante prière qu'il mène à bonne fin tout bien que tu entreprends. Ainsi, celui qui a déjà daigné nous admettre au nombre de ses enfants n'aura pas sujet, un jour, de s'affliger de notre mauvaise conduite.. Levons-nous donc enfin, l'Écriture nous y invite : l'heure est venue, dit-elle, de sortir de notre sommeil. Ouvrons les yeux à la lumière qui divinise. Ayons les oreilles attentives à l'avertissement que Dieu nous adresse chaque jour : Si vous entendez aujourd'hui sa voix, n'endurcissez pas vos cœurs , et ailleurs : Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises. Et que dit-il ? Venez, mes fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur. Courez, pendant que vous avez la lumière de la vie, de peur que les ténèbres de la mort ne vous saisissent. »



Commentaires

Mon fils, accueille mes paroles,
garde précieusement mes préceptes, rends ton oreille attentive à la sagesse,
incline ton cœur vers la vérité. Oui, si tu demandes le discernement,
si tu appelles l'intelligence, si tu la recherches comme l'argent,
si tu creuses comme un chercheur de trésor, alors tu comprendras la crainte du Seigneur, tu découvriras la connaissance de Dieu.
Car c'est le Seigneur qui donne la sagesse ; le savoir et l'intelligence sortent de sa bouche. Il tient en réserve son secours pour les hommes droits, il est un bouclier pour ceux qui suivent la bonne route ; il protège les sentiers de la justice, il veille sur le chemin de ses amis. Alors tu comprendras la justice, l'équité, la droiture : les seuls sentiers qui mènent au bonheur.

Proverbes 2,1-9

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés