En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

« Réconcilie toi avec ton frère »

Publié le Jeudi 14 juin 2012


Icône d'Esau et Jacob se réconciliant. Monastère saint jean du désert, Jérusalem

 

Le couvent Saint Jean du désert est un couvent franciscain situé dans le désert au sud de Jérusalem, près d'Aïn Kerem où Jean Baptiste passa sa petite enfance et où il prêcha la conversion.

L'icône présente la rencontre d'Esau et de Jacob (Gn 33), et leur réconciliation. Ils s'élancent l'un vers l'autre, mouvement signifié par les pans de manteau qui volent. Bras et visages se rencontrent tandis qu'il foulent l'épée de la discorde ; la discorde est aussi évoquée également par les rochers brisés qui forment l'arrière plan de l'icône. Mais une échelle relie ces rochers et symbolise la remontée vers Dieu. Au sommet Jésus, les bras ouverts, accueille avec miséricorde et joie les frères qui se réconcilient.

Mère Térésa élargit la notion de frère appelant à la réconciliation de chacun :

 

Aide-nous à réconcilier
le père avec son fils,
la mère avec sa fille,
le mari avec sa femme,
le croyant avec celui qui ne peut croire,
le chrétien avec son frère chrétien
qu'il n'aime pas.



Le texte biblique

Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux.

 Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu'un commet un meurtre, il en répondra au tribunal.

 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu'un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.

 Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,

 laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.

 Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison.

 Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou.

Mt 5,20-26



Commentaires

Ce passage fait partie du sermon de Jésus sur la montagne (Mt 5,2-7,27), bien connu dans toute l'histoire religieuse universelle.

Jésus introduit à une attitude nouvelle qu’il propose d'autorité : la « justice » pratiquée par les des disciples, leur fidélité à la volonté de Dieu exprimée dans la Loi, doit surpasser celle des scribes et des pharisiens. L'enjeu proposé est en fait l'accès au Royaume des cieux, déjà reconnu dans l'expérience de la communauté des disciples.

Jésus procède par antithèses : « vous avez appris... » vs « moi je vous dis ».

En effet la foule a appris la Parole de Dieu par la tradition rabbinique, la Loi reçue par Moïse sur le mont Sinaï. Mais Jésus y oppose son « moi », montrant là son autorité absolue. Il se présente donc comme le nouvel interprète, autorisé par Dieu, de la Loi de Moïse.

Notre passage s'attaque à la condamnation de l'homicide, passible de « jugement » au tribunal ; Jésus va plus loin, il radicalise l’exigence, en considérant la colère également comme passible de jugement, qui devra être porté devant le Sanhédrin (grand conseil). La disproportion entre la faute et le châtiment paraît saisissante. Mais pour Jésus la colère constitue déjà une agression contre le frère, un attentat contre les relations communautaires. Pour aller jusqu’au bout du commandement, la justice supérieure incite à agir d’avance sur les racines de l’homicide et à éradiquer la colère.

Jésus insiste sur le fait qu'un simple conflit avec son frère est un homicide en germe et que la réconciliation est un devoir plus urgent que de rendre un culte à Dieu. Et il faut le faire dès maintenant ! Il y a toujours une urgence extrême à se réconcilier, car la colère déjà détruit ce qui fait de l’homme un fils de Dieu et un frère des autres hommes.

 

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés