En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Nativité de la vierge

Publié le Dimanche 9 septembre 2012


Philippe de Champaigne, 1602-1674, vision de Joseph, 1642-43, National Gallery Londres.

 

Philippe de Champaigne est un peintre classique français d'origine brabançonne. Établi à Paris, il devient intendant des bâtiments de Marie de Médicis pour participer à la décoration du palais du Luxembourg et d'autres bâtiments parisiens.

A partir de 1648 il se rapproche des milieux jansénistes.

 

Champaigne est un peintre exceptionnel par l'éclat de ses coloris, notamment un bleu profond, et par la rigueur de ses compositions. Sa peinture sait rendre la présence des corps de ses personnages, des visages et des mains. Il était très assidu dans son travail cherchant toujours la perfection d'exécution.

 

Champaigne a peint l’épisode du songe de Joseph au moins trois fois ; cet exemplaire de la National Gallery devait être destiné à l'église des Minimes, près de la place des Vosges.

 

Ce tableau a pour sujet le thème de l'annonciation. Champaigne montre l’ange planant au-dessus des personnages, incitant à croire que après l'annonce à Marie, il s'adresse à Joseph.

L'ange est lumineux, il est le messager de Dieu. Tête baignée de lumière dorée, vêtements flottants irréels, il est comme encadré d’un voile transparent qui descend du ciel jusqu’à Joseph qui dort. Il s'adresse à Joseph, une main désignant Marie et l'autre dirigée vers le ciel, indiquant la volonté de Dieu.

Marie est présentée à l'arrière portant une tunique d'un bleu brillant caractéristique de Champaigne, elle a la posture souvent prise lors des représentations de l'annonciation, en prière devant le livre de l'Écriture et les bras croisés sur la poitrine.

Quant à Joseph il est présenté endormi, auréolé, vêtu d'une belle tunique jaune. Autour de lui sont posés ses outils de charpentier. Sa posture est bien naturelle, abandonnée à son sommeil. Il ne réagit pas. L'Esprit fait son œuvre. 



Le texte biblique

 Voici la table des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham :

 Abraham engendra Isaac,Isaac engendra Jacob,Jacob engendra Juda et ses frères,

 Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara,Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram,

 Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone,

Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé,

 Jessé engendra le roi David.David, de son union avec la femme d'Ourias, engendra Salomon,

Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,

 Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram,Joram engendra Ozias,

 Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz,Acaz engendra Ézékias,

 Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias,

 Josias engendra Jékonias et ses frères à l'époque de l'exil à Babylone.

Après l'exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel,

Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor,

Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud,

Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob,

Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l'on appelle Christ (ou Messie).

 Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ.Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint.

 Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret.

Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ;

 elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

 Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :

 Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

 

Matthieu 1, 1-16.18-23



Commentaires

Ce texte présente la généalogie de Jésus.

La généalogie était devenue un genre littéraire permettant de présenter un personnage important. Les premiers chrétiens savaient que Jésus était descendant de David. Encore fallait-il le démontrer, c' est ce que tente de faire Matthieu par ces trois fois quatorze générations qui vont d'Abraham à Joseph. L'idée est de montrer que celui qui naitra au terme de cette généalogie est vraiment un homme de notre race, un homme comme nous.... En fait n'est-il pas tout autre ?

L 'évangéliste conjugue deux genres : généalogie et récit d'annonciation donnant une mission à des appelés de Dieu.

Cette généalogie aboutit à Joseph.. et pourtant Matthieu dit bien que Joseph n'est pour rien dans cette naissance : Marie a conçu Jésus de façon virginale, par l'action de l'Esprit. Joseph le sait.

La situation semble bloquée. Joseph projette de répudier en secret Marie, acte officiel qui ne peut se faire secrètement ! Marie a été promise en mariage à Joseph, mais dans le judaïsme ancien un certain temps s'écoulait entre l'engagement matrimonial et le transfert de l'épouse sous le toit de son mari. Et dans ce laps de temps Marie se trouve enceinte. Tout se dénouera par une intervention divine.

L'ange s'adresse à Joseph avec l'expression « ne crains pas », comme dans les récits bibliques d'annonciation. Joseph ne répond pas car il est endormi. Cela souligne sa parfaite docilité de « juste », qui reçoit pour mission de prendre Marie chez lui, de nommer l'enfant et ainsi de l'insérer dans la lignée davidique.

Joseph ne voulait pas donner son nom à cet enfant du miracle. Et pourtant Dieu lui demande de donner à cet enfant, avec son nom, son « être social » Marie lui a donné son être d'homme, mais c'est Joseph qui lui donnera son nom en l'insérant dans sa lignée. Selon l’ordre de l’ange, Joseph l'appelle Jésus ou « Dieu sauve ».

Ce n'est qu'après être passé par la mort et la résurrection que ce « Dieu sauveur » pourra être réellement et définitivement « Dieu avec nous ». Matthieu l’annonce en s’appuyant sur la prophétie d’Isaïe 7, 14 : « Voici que la jeune femme est enceinte,elle enfantera un fils,et on l'appellera Emmanuel, (c'est-à-dire : Dieu-avec-nous) ». A la fin de l’évangile, les paroles du Ressuscité répondront en écho à cette prophétie : « Et moi, je suis-avec-vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. » ( Mt 28,20).

Le rôle de Joseph s'accomplit dans la fidélité à l'Esprit, dans la continuité de ce qu'annonçait la généalogie, mais aussi dans l’accueil de la nouveauté inouïe du Dieu qui vient en cet enfant.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés