En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Saints Côme et Damien : annonce de la Bonne Nouvelle par les apôtres

Publié le Mercredi 26 septembre 2012


Pol de Limbourg , vers 1380-1416, Apôtres quittant la Vierge pour évangéliser le monde, Très riches heures du duc de Berry, fol 122, 1411-1416 , musée Condé à Chantilly.

L'œuvre est restée inachevée, réalisée entre la Bible moralisée de Philippe le Hardi et les Belles Heures de Jean de Berry.

L'inventaire après le décès du duc de Berry en 1416 mentionne plusieurs cahiers de Très riches Heures réalisés par Paul et ses frères, très richement historiés et enluminés. Il s'agit de cahiers de parchemins non reliés.

C'est dans cet ouvrage que l'on trouve le calendrier bien connu des Très riches Heures du duc de Berry.

Les scènes illustrant des thèmes de l'évangile ont du être les premières réalisées.

Cette page représente la dispersion des apôtres. Ils quittent la Vierge au premier plan et se dispersent dans les campagnes, deux par deux. Ils sont en mouvements faisant des gestes de la main ou marchant d'un pas décidé. Les chemins se divisent, chaque groupe d'apôtres emprunte un chemin différent.

Les couleurs sont raffinées, le bleu est dominant. Le paysage est caractéristique des pages de ce manuscrit. Les châteaux sont fréquents (résidences ducales nombreuses), les rochers et le lac dans le lointain sont les lieux de prédilection de la mission des apôtres. Mais on voit aussi une simple maison de village nichée dans un bosquet.    



Le texte biblique

Jésus convoqua les Douze, et il leur donna pouvoir et autorité pour dominer tous les esprits mauvais et guérir les maladies ;

il les envoya proclamer le règne de Dieu et faire des guérisons.

Il leur dit : « N'emportez rien pour la route, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ; n'ayez pas chacun une tunique de rechange.

 Si vous trouvez l'hospitalité dans une maison, restez-y ; c'est de là que vous repartirez.

 Et si les gens refusent de vous accueillir, sortez de la ville en secouant la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. »

Ils partirent, et ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle et faisant partout des guérisons.

 

Lc 9,1-6



Commentaires

Une nouvelle partie dans l'évangile de Luc commence : après avoir longuement parlé  de la prédication de Jésus en Galilée, est évoquée maintenant la mission donnée aux disciples, de divulguer la Bonne Nouvelle.

Jésus en avait choisi douze, les apôtres, les envoyés (6,13). Ils vont être envoyés pour participer à la mission même de Jésus, prêcher le Règne de Dieu et guérir les malades.

Jésus leur donne préalablement ce qui leur sera nécessaire. Cette force thaumaturgique dont il use lui-même pour guérir les malades et l'autorité dont il fait usage  pour chasser les démons. Ils ne recevront l'Esprit Saint qu'après le départ de Jésus (Ac 2, Pentecôte).

 

Envoyant ses apôtres en mission, Jésus leur donne des consignes simples et rapides. Marc précise qu'il les envoie deux par deux. Ils doivent partir sans bâton, ni besace, ni pain, ni argent, ni logement. Il se trouvera bien des villageois qui les accueilleront. Pourquoi ? Il s'agit d'annoncer dans l'urgence la venue du Royaume de Dieu et d'en donner des signes en faisant des miracles : chasser les démons, guérir les malades. Ces consignes donnent un avant-gout d'un type de mission chrétienne dans les campagnes de Judée et de Galilée.

 

Un peu plus loin dans l'évangile de Luc on trouve un autre envoi en mission, celui des 70 (évangile du 4 octobre prochain). Les consignes sont plus développées mais elles offrent les mêmes caractéristiques d'exigence extrême. La mission aux soixante-dix manifestera une dimension plus universelle, la Bonne Nouvelle n’est pas réservée au monde juif, elle doit atteindre les païens, tous les peuples de la terre.

Les premiers chrétiens sont envoyés sur les routes de Judée et de Galilée annoncer l'urgence nécessaire de la conversion avant que le Seigneur ne revienne. Dans la fièvre d'une attente apocalyptique, l'abandon de toutes les attaches humaines et l'insouciance du lendemain s'expliquent aisément. Naturellement on peut rapprocher cela du détachement de soi par amour prôné par Jésus . 

Inscrivez-vous en un clic à la prochaine session sur l'Evangile de Luc:
fiche-cours_19-evangile-selon-luc.htm

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 13 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés