En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

St Ignace de Loyola

Publié le Mardi 31 juillet 2007


(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Domenico Zampieri ou Le Dominiquin (1581-1641), Saint Ignace, vision du Christ et de Dieu le Père 1622, Los Angeles County Museum of Art

Ignace de Loyola (Guipuzcoa) (1491 - 1556), militaire, blessé au siège de Pampelune, se convertit durant sa convalescence, ne brûlant que du désir de suivre les pas du Christ. Retiré à Manrèse, il y vécut une expérience spirituelle dont il a transposé l'essentiel dans le livre des Exercices Spirituels. Il étudia la théologie à Paris ; c'est là aussi qu'il posa les premières fondations de la Compagnie de Jésus. Ordonné prêtre à Venise en 1537, il se rendit à Rome la même année. En arrivant à Rome dans la chapelle de la Storta, Ignace eut une forte expérience mystique « d'être placé par le Père près de son Fils ». L'expérience eut une profonde influence sur Ignace lui-même et sur l'orientation de la nouvelle fondation, la Compagnie de Jésus créée en 1540, qu'il voulait être totalement consacrée à Jésus, portant son nom et accomplissant son oeuvre. Ses membres devaient développer une intime union avec Jésus par la prière, le servant sous la bannière de la croix et travaillant ensemble à la gloire de Dieu au service de ceux qu'ils rencontreraient.

Cette représentation du Dominiquin correspond aux canons picturaux de l’époque, séparant nettement le monde de la terre et celui du ciel, les deux ne pouvant avoir de contact. Le divin ne se fait voir que dans la prière et la contemplation.
Jésus intercesseur tenant sa croix comme une bannière, regarde avec compassion Ignace en prière, il désigne Dieu de la main, et Dieu désigne Ignace pour l’envoyer en mission.



Le texte biblique

Moïse et son peuple, sur ordre du Seigneur, montent vers la terre promise (33,1)
Moïse, à chaque étape plante sa tente hors du camp, elle est un lieu de paroles et de rencontre intime. Le texte est étrange : tantôt le Seigneur parle à Moïse comme un homme parle à son ami, tantôt Moïse ne doit pas voir le Seigneur, « Tu ne pourras pas voir mon visage, car on ne peut pas me voir sans mourir. » Ainsi les expériences de Dieu sont multiples et exprimées très différemment selon les parties du texte rédigées à des époques différentes !.
Aux côtés de Moïse se trouve Josué. C’est ici un jeune homme au service de Moïse, assurant une présence permanente au lieu sacré ; ainsi nous apprenons qu’un représentant du peuple réside toujours au lieu même de Dieu Quand Moïse allait vers la tente, le peuple se levait mais chacun restait à l’entrée de la tente ! Et quand Moïse entrait la colonne de nuée se posait à l’entrée de la tente. On sait que dans l’Exode la nuée est un signe typique de la présence divine, impalpable, obscure et lumineuse, symbole significatif d’une présence mystérieuse. Spectacle impressionnant, à la fois solennel et familier.
Moïse présente une requête « fais moi voir la gloire » ; la réponse est implacable, elle exclut la vision de la « face » de Dieu, mais elle annonce un « passage » accompagné de la proclamation du Nom sacré. C’est ce qui est décrit plus loin « Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer auprès de Moïse. Il proclama lui-même son nom ; il passa devant Moïse et proclama : « YHWH, le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d'amour et de fidélité, qui garde sa fidélité jusqu'à la millième génération, supporte faute, transgression et péché, mais ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils et les petits-fils, jusqu'à la troisième et la quatrième génération. ». Si, comme le dit ici l’auteur biblique, l’homme ne peut voir la face de Dieu, le passage et la présence de Dieu sont accordées, et nous offrent la plus belle et la plus juste définition du Dieu de la Bible



Commentaires

Moïse prenait la Tente et la plantait hors du camp, à bonne distance. On l'appelait : tente de la Rencontre, et tout homme qui voulait consulter le Seigneur devait sortir du camp pour gagner la tente de la Rencontre. Quand Moïse sortait pour aller à la Tente, tout le monde se levait. Chacun se tenait à l'entrée de sa tente et suivait Moïse du regard jusqu'à ce qu'il fût entré. Au moment où Moïse entrait, la colonne de nuée descendait, se posait à l'entrée de la Tente, et Dieu s'entretenait avec Moïse. Tout le peuple voyait la colonne de nuée qui restait à l'entrée de la Tente, tous se levaient et se prosternaient, chacun devant sa tente. Le Seigneur s'entretenait avec Moïse face à face, comme on s'entretient d'homme à homme. Puis Moïse retournait dans le camp, mais son serviteur, le jeune Josué, fils de Noun, ne quittait pas l'intérieur de la Tente. Un jour, Moïse dit au Seigneur : « Je t'en prie, laisse-moi contempler ta gloire. » Dieu répondit : « Je vais passer devant toi avec toute ma splendeur, et je prononcerai devant toi mon nom qui est : Yahvé, le Seigneur. Je fais grâce à qui je veux, je montre ma tendresse à qui je veux. » Il dit encore : « Tu ne pourras pas voir mon visage, car on ne peut pas me voir sans mourir. » Le Seigneur ajouta : « Voici une place près de moi, tu te tiendras sur le rocher ; quand passera ma gloire, je te mettrai dans le creux du rocher et je t'abriterai de ma main jusqu'à ce que j'aie passé. Puis je retirerai ma main, et tu me verras de dos, mais mon visage, personne ne peut le voir. » Moïse tailla de nouveau deux tables de pierre. Il se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre. Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer auprès de Moïse. Il proclama lui-même son nom ; il passa devant Moïse et proclama : « Yahvé, le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d'amour et de fidélité, qui garde sa fidélité jusqu'à la millième génération, supporte faute, transgression et péché, mais ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils et les petits-fils, jusqu'à la troisième et la quatrième génération. » Aussitôt Moïse se prosterna jusqu'à terre, et il dit : « S'il est vrai, Seigneur, que j'ai trouvé grâce devant toi, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c'est un peuple à la tête dure ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous un peuple qui t'appartienne. » Moïse demeura sur le Sinaï avec le Seigneur quarante jours et quarante nuits ; il ne mangea pas de pain et ne but pas d'eau. Sur les tables de pierre, il écrivit les clauses de l'Alliance, les Dix Commandements.
Ex 33,7-23 ;34,4-9,28

Partagez cette page :

Méditations récentes

La bénédiction de Dieu
La bénédiction de Dieu
Publié il y a 5 jours
La mission de Paul
La mission de Paul
Publié il y a 14 jours
Qui est le plus grand ?
Qui est le plus grand ?
Publié le Lundi 28 septembre 2020
Parole de feu
Parole de feu
Publié le Mercredi 23 septembre 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés