En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Présentation de la Vierge Marie : acclamation du Dieu créateur

Publié le Mercredi 21 novembre 2012


Hans Memling (1435/1440 -1494), Saint Jean l'Évangéliste sur l'ile de Patmos, 1474-1479, hôpital saint Jean à Bruges

Ce panneau est la partie droite d'un triptyque consacré au mariage mystique de sainte Catherine.

Saint Jean est assis sur les berges d'un lac, tenant un épais cahier, une plume et un encrier. Il regarde vers le ciel en direction de l'ile de Patmos. Il a une vision de l'Apocalypse

En haut à gauche, le Christ , entouré d'une doubleauréole aux couleurs d'un arc en ciel, rend justice assis sur un trône entouré des symboles des évangélistes tétramorphes.

Sa main gauche est posée sur un livre scellé de sept sceaux.

Le Christ est entouré par une armée de saints vêtus de blanc.

A droite, très haut dans le ciel, la Vierge apparaît sur un croissant lunaire, elle est menacée par le dragon qui sera vaincu par l'archange Michel.

Le paysage marin en contrebas montre une série de visions sur la prophétie de la fin des temps : des batailles épiques entre les armées du Bien et du Mal, des anges surhumains, des dragons et d'autres évènements extraordinaires



Le texte biblique

 J'ai vu une porte ouverte dans le ciel. Et la voix, que j'avais déjà entendue, pareille au son de la trompette, me disait :« Monte jusqu'ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver par la suite.

 Aussitôt je fus saisi par l'Esprit. Un trône était dressé dans le ciel, et sur le Trône siégeait quelqu’un.

Celui qui siège ainsi a l'aspect du jaspe ou de la cornaline ;et tout autour du Trône, il y a un halo de lumière, avec des reflets d'émeraude.

 Tout autour de ce Trône, vingt-quatre trônes, où siègent vingt-quatre Anciens, portant des vêtements blancs et des couronnes d'or.

 Et du Trône sortent des éclairs, des clameurs, des coups de tonnerre, et sept torches enflammées brûlent devant le Trône : ce sont les sept esprits de Dieu.

 Devant le Trône, il y a comme une mer,a ussi transparente que du cristal. En face du Trône et autour de lui, quatre Vivants, ayant des yeux innombrables en avant et en arrière.

 Le premier Vivant ressemble à un lion, le deuxième à un jeune taureau, la figure du troisième est comme celle d'un homme, le quatrième ressemble à un aigle en plein vol.

 Les quatre Vivants ont chacun six ailes, avec des yeux innombrables au-dehors et au-dedans. Et ils ne cessent pas de proclamer jour et nuit :« Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur, le Dieu tout-puissant,celui qui était, qui est et qui vient. »

 Chaque fois que les Vivants rendent gloire, honneur et action de grâce à celui qui siège sur le Trône, à celui qui vit pour les siècles des siècles,

 les vingt-quatre Anciens tombent à genoux devant celui qui siège sur le Trône, et ils adorent celui qui vit pour les siècles des siècles ; ils jettent leur couronne devant le Trône en disant :

 « Notre Seigneur et notre Dieu,tu es digne de recevoir gloire, honneur et puissance puisque c'est toi qui as créé toutes choses :par ta volonté elles existent et elles ont été créées.

 

Apocalypse 4, 1-11



Commentaires

L'Apocalypse est une révélation faite à un prophète de l'Église, pour qu’il lui fasse découvrir le sens de son histoire; une histoire où le Christ ressuscité et vainqueur est déjà présent, mais où aussi les forces du mal se déchaînent par l'intermédiaire des puissances humaines.

Une porte est ouverte dans le ciel, expression utilisée pour l'accession à de plus hautes sphères de révélation. Jean est admis en présence de celui qui siège sur le trône. Il avait été question au premier chapitre du livre de cette voix déjà entendue, qui résonnait comme une trompette (1,10).

L'objet de la vision est double, un trône dressé dans le ciel et sur le trône siégeait quelqu'un.

Pour décrire ce trône Jean fait appel à de nombreux symboles vétéro-testamentaires : vingt quatre Anciens, quatre Vivants, éclairs et coups de tonnerre, proclamation du trisagion, « saint, saint, saint ». Ainsi est présentée une liturgie de gloire.

Qui sont ces Anciens ? Ils sont 24, soit deux fois 12 en référence aux 12 tribus d'Israël ou aux 24 livres de l'Ancien Testament tels que reconnus par les traditions juives.

Les Anciens eux-mêmes représentent une institution importante dans la conduite du peuple de la Nouvelle (Ac 15,6) comme de l'Ancienne Alliance (Nb 11,16-17).

Quant aux quatre vivants, le chiffre 4 indique les quatre directions de l'espace, donc la portée universelle de l'action qui se déroule. La figure des Vivants est inspirée principalement par Ézéchiel (Ez 1), mais elle est enrichie de traits appartenant aux séraphins de la vision de gloire d'Isaïe (Is 6). Cette figure vise à souligner la profondeur du mystère de Dieu. Depuis saint Irénée, on y a vu un symbole du visage des quatre évangélistes.

 

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés