En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La transfiguration

Publié le Lundi 6 août 2007




Théophane le grec, Icône de la Transfiguration , detail, 15e, musée Tetriakov, Moscou
Le Christ qui se manifeste aux trois disciples lors de sa transfiguration est représenté comme le Fils d’homme, tel que le voit Daniel dans sa vision. Comme le vieillard qui figure Dieu dans la vision de Daniel, il porte des vêtements blancs comme de la laine immaculée, il participe à la gloire de Dieu et est assimilé à Dieu. Il est inscrit dans un cercle infranchissable par les hommes rappelant peut-être « les roues du feu ardent ». Les rayons, qui émanent de lui et dépassent le cercle, rappellent le fleuve de feu, ils n’atteignent pas seulement les hommes de son temps, ils sont dirigés vers les quatre horizons du monde et du temps. Le Christ bénit d’une main et tient le rouleau de la Parole de l’autre. Il semble flotter au-dessus du monde, et comme détaché du cercle glorieux qui le présente. Il est au-dessus des contingences terrestres, du temps, il est dans sa gloire éternelle. Il ne passera pas, sa royauté ne sera pas détruite, son « royaume n’est pas de ce monde ».

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)



Le texte biblique

Ce chapitre du livre de Daniel est consacré au récit des visions appartenant au genre littéraire appelé « apocalypse ». ce mot signifie « révélation ». Y sont décrits des « mystères », mystères du ciel et de la terre, du monde invisible , mystères divins. Ce style littéraire était connu à l’époque de Daniel (4e siècle avant JC). Mais les mystères dont s’occupe Daniel ne concernent que le déroulement du dessein de Dieu dans l’histoire. Cela se manifeste dans les récits où Dieu révèle l’avenir au moyen de songes et de visions dont fait partie notre passage.
Le songe montre le ciel qui s’ouvre devant Daniel qui contemple Dieu dans sa majesté. L’installation des trônes pour le tribunal suppose que le Vieillard (« l’ancien des jours ») aura des assesseurs pour prononcer le jugement. Celui-ci abattra les bêtes qui représentaient les Puissances humaines. Les cheveux blancs du vieillard expriment son éternité, La couleur blanche du vêtement est liée à tout ce qui relève du domaine céleste. L’Apocalypse de Jean reportera ces traits sur le Christ en gloire (Ap 1,13-14).
Une deuxième scène est alors décrite : « je regardais dans les visions de la nuit,… comme un Fils d’homme arrivait ». Ce membre de l’humanité tranche avec les Bêtes dont il était question dans la première partie du chapitre 7. Les bêtes représentaient les empires humains, ce « Fils d’homme » vient avec les nuées du ciel et il est intronisé devant le vieillard.
Le Fils d’homme est introduit auprès du vieillard qui figure Dieu et il reçoit une certaine participation à sa gloire. Il est question d’une royauté universelle qui englobe tous les peuples, les nations et les langues.
Ce texte ne dit pas qui est ce Fils d’homme, mais la suite du chapitre peut offrir une clé, puisque après avoir évoqué les royautés des quatre bêtes, il ajoute : « puis les saints du Très Haut recevront la royauté pour toujours et à tout jamais » (7,18). Et encore : « la grandeur de tous les royaumes qu’il y a sous les cieux a été donnée au peuple des saints du Très Haut » (7,27).
Les chrétiens peuvent y lire la royauté du Christ : sa royauté ne sera pas détruite, elle durera aussi longtemps que l’histoire des hommes, elle a sa valeur pour tous les temps, y compris le nôtre.



Commentaires

La nuit, au cours d'une vision, moi, Daniel, je regardais : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des millions d'êtres le servaient, des centaines de millions se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l'on ouvrit les livres.
Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d'homme ; il parvint jusqu'au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.
Daniel (7, 9-10,13-14)

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés