En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

carême : année de la foi : le credo (4) : "je crois en Dieu"

Publié le Jeudi 7 mars 2013


Saint Marc de Venise, Dieu donne le souffle de vie à l'homme. 13e s

 

La basilique saint Marc de Venise a été construite en 828 et reconstruite en 976 après un incendie. La baislique devait recevoir les reliques de saint Marc l'évangéliste rapportées par des marchands vénitiens de Bucoles, petit port proche d'Alexandrie où il avait souffert le martyre.

La basilique saint Marc est une église à coupoles sur le modèle des édifices byzantins, notamment l'église des saints Apôtres de Constantinople.

L’intérieur est décoré de superbes mosaïques à fond d'or. Les premières datent des années 1071-1084, mais la majorité des mosaïques a été réalisée au cours du 12/13e. (et celles de la façade remontent aux 16 et 18e). C'est l'un des plus grands ensembles de mosaïques du monde.

Le programme iconographique couvre toute l'histoire de la chrétienté, imprégnée des évènements et des sensibilités politiques de la République vénitienne.

La narthex, d'où vient notre mosaïque de la création de l'homme, est décoré de mosaïques du 13e représentant des scènes de l'Ancien Testament, de la Création à l'Exode. Elles sont inspirées des miniatures paléochrétiennes. Elles sont disposées selon un ordre rigoureusement fidèle à l'Ancien Testament. Elles ont du être commencées vers 1230 juste après la reconstruction de la basilique. Elles obéissent à un schéma lié à la liturgie chorale selon le rite romain de la réforme mise en œuvre entre 1243 et 1244 par le franciscain Aimon de Faversham.

 

la coupole de la Création comprend l'histoire de la Création illustrée par 25 scènes tirées de la Genèse.

On voit ici Dieu créant l'homme et lui transmettant la vie. Conformément à la tradition antique l’âme est figurée sous la forme d'un petit personnage ailé. L'humain est représenté sur la mosaïque comme sexué. Cf Gn 2,7 :

« Le Seigneur Dieu modela l'homme avec de la poussière prise du sol. Il insuffla dans ses narines l'haleine de vie, et l'homme devint un être vivant. »



Le texte biblique

Lorsque Dieu commença la création du ciel et de la terre,la terre était déserte et vide, et la ténèbre à la surface de l'abîme ; le souffle de Dieu planait à la surface des eaux,et Dieu dit : «  Que la lumière soit ! «  Et la lumière fut.Dieu vit que la lumière était bonne. Dieu sépara la lumière de la ténèbre. Dieu appela la lumière «  jour «  et la ténèbre il l'appela «  nuit « . Il y eut un soir, il y eut un matin : premier jour.Dieu dit : «  Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux ! « Dieu fit le firmament et il sépara les eaux inférieures au firmament d'avec les eaux supérieures. Il en fut ainsi.Dieu appela le firmament «  ciel « . Il y eut un soir, il y eut un matin : deuxième jour.Dieu dit : «  Que les eaux inférieures au ciel s'amassent en un seul lieu et que le continent paraisse ! «  Il en fut ainsi.

Dieu appela «  terre «  le continent : il appela «  mer «  l'amas des eaux. Dieu vit que cela était bon.Dieu dit : «  Que la terre se couvre de verdure, d'herbe qui rend féconde sa semence selon son espèce, d'arbres fruitiers qui, selon leur espèce, portent sur terre des fruits ayant en eux-mêmes leur semence ! «  Il en fut ainsi.La terre produisit de la verdure, de l'herbe qui rend féconde sa semence selon son espèce, des arbres qui portent des fruits ayant en eux-mêmes leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.Il y eut un soir, il y eut un matin : troisième jour.Dieu dit : «  Qu'il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour de la nuit, qu'ils servent de signes tant pour les fêtes que pour les jours et les années,et qu'ils servent de luminaires au firmament du ciel pour illuminer la terre. «  Il en fut ainsi.Dieu fit les deux grands luminaires, le grand luminaire pour présider au jour, le petit pour présider à la nuit, et les étoiles.Dieu les établit dans le firmament du ciel pour illuminer la terre,pour présider au jour et à la nuit et séparer la lumière de la ténèbre. Dieu vit que cela était bon.Il y eut un soir, il y eut un matin : quatrième jour.Dieu dit : «  Que les eaux grouillent de bestioles vivantes et que l'oiseau vole au-dessus de la terre face au firmament du ciel. « Dieu créa les grands monstres marins, tous les êtres vivants et remuants selon leur espèce, dont grouillèrent les eaux, et tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon.Dieu les bénit en disant : «  Soyez féconds et prolifiques, remplissez les eaux dans les mers, et que l'oiseau prolifère sur la terre ! « Il y eut un soir, il y eut un matin : cinquième jour.Dieu dit : «  Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce : bestiaux, petites bêtes, et bêtes sauvages selon leur espèce ! «  Il en fut ainsi.Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et toutes les petites bêtes du sol selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

Dieu dit : «  Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance et qu'il soumette les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toute la terre et toutes les petites bêtes qui remuent sur la terre ! « Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa.Dieu les bénit et Dieu leur dit : «  Soyez féconds et prolifiques, remplissez la terre et dominez-la. Soumettez les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et toute bête qui remue sur la terre ! « Dieu dit : «  Voici, je vous donne toute herbe qui porte sa semence sur toute la surface de la terre et tout arbre dont le fruit porte sa semence ; ce sera votre nourriture.A toute bête de la terre, à tout oiseau du ciel, à tout ce qui remue sur la terre et qui a souffle de vie, je donne pour nourriture toute herbe mûrissante. «  Il en fut ainsi.Dieu vit tout ce qu'il avait fait. Voilà, c'était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : sixième jour.

Gn 1, 1-31



Commentaires

Continuons notre réflexion sur le credo. "Je crois en un seul Dieu" :

Il existe un seul Dieu, qui est Créateur du ciel et de la terre, et qui est donc aussi le Dieu de tous les hommes. Deux éléments sont singuliers dans cette précision : le fait que, en vérité, tous les autres dieux ne sont pas Dieu, et que toute la réalité dans laquelle nous vivons remonte à Dieu, qu'elle est créée par lui. Naturellement l'idée d'une création existe aussi ailleurs, mais c'est là seulement qu'apparait de manière absolument claire que ce n'est pas un dieu quelconque, mais l'unique vrai Dieu lui-même, qui est l'auteur de la réalité tout entière ; cette dernière provient de la puissance de la Parole créatrice. Cela signifie que la créature lui est chère , puisqu'elle a été voulue précisément par Lui-même, qu'ell a été « faite » par Lui. Ainsi apparaît alors le deuxième élément important : ce Dieu aime l'homme.La puissance divine qu'Aristote, au sommet de la philosophie grecque, chercha à atteindre par la réflexion, est vraiment, pour tout être, objet du désir et de l'amour – en tant que réalité aimée cette divinité met le monde en mouvement 1-, mais elle-même n'a besoin de rien et n'aime pas ; elle est seulement aimée. Au contraire , le Dieu unique auquel Israel croit aime personnellement. De plus, son amour est un amour d'élection : parmi tous les peuples,il choisit Israël et il l'aime, avec cependant le dessein de guérir par là toute l'humanité. Il aime, et son amour peut être qualifié sans aucun doute comme eros, qui toutefois est en même tempset totalement agapè2.

Benoît XVI, La joie de la foi, Mediaspaul, 2012

1Cf métaphysique, XII,7

2Dans son trait » des noms divins (IV 12-14 ; PG 3, 709-713) le Pseudo-Denys Aéropagite appelle Dieu simultanément eros et agapè.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés