En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Malheureux les hypocrites

Publié le Mercredi 28 août 2013


Rembrandt ,1606-1669), les juifs dans la synagogue 1648, BNF Paris

 

Rembrandt nous donne à voir dans cette estampe des pharisiens, les gardiens de la Loi, qui commentent entre eux l'Ecriture dans le Temple.

Ce dessin est très fort, et a une emprise certaine sur le spectateur. Rembrandt recrée l'atmosphère d'un lieu sacré, imprégné d'un mystère divin.

La luminosité est sourde, elle filtre par les étroites fenêtres, l'espace est horizontal coupé avec audace dans sa verticalité.

Les vieillards sont enveloppés dans leur manteau comme pourraient l'être les prophètes et les patriarches de l'Ancien Testament.. Ils déambulent à pas feutrés. Cette déambulation va dans tous les sens, n'a ni commencement ni fin. Ils marchent lentement, d'un pas lourd, pesant, ils murmurent dans des attitudes concentrées, têtes baissées, épaules voûtées. Cela évoque les interminables conciliabules à voix basse.

 



Le texte biblique

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des tombeaux blanchis à la chaux : à l'extérieur ils ont une belle apparence, mais l'intérieur est rempli d'ossements et de toutes sortes de choses impures.

C'est ainsi que vous, à l'extérieur, pour les gens, vous avez l'apparence d'hommes justes, mais à l'intérieur vous êtes pleins d'hypocrisie et de mal.

 Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, vous décorez les sépulcres des justes,

 et vous dites : 'Si nous avions vécu à l'époque de nos pères, nous n'aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.'

 Ainsi vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes.

 Eh bien, vous, achevez donc ce que vos pères ont commencé !

Mt 23 ; 27-32



Commentaires

Les foules de Jérusalem voyaient en Jésus un prophète, il avait chassé les vendeurs du temple. Comme les prophètes anciens Jésus est contesté par les responsables officiels d’Israël. Jésus lance alors sept invectives contre les scribes et les pharisiens.

La sixième que nous lisons aujourd'hui complète la précédente concernant les rites de purification, et cite les sépulcres blanchis à la chaux. On chaulait les tombeaux pour les rendre visibles même la nuit ; ainsi on ne risquait pas de les toucher et de se rendre impur par le contact de la mort. L'image est forte , sous le bel extérieur de l'homme juste on peut cacher la laideur de l'hypocrisie et de l'infidélité à la Loi.

 

La septième invective concerne encore les tombeaux. Les Juifs érigeaient des tombeaux à la mémoire des prophètes et des saints. Ils avaient un sens aigu du péché et se rappelaient que leurs ancêtres avaient mis à mal les envoyés de Dieu. Le fait de leur construire un tombeau valait comme signe de repentir. A les entendre les pharisiens ne se seraient jamais associés au meurtre des prophètes, et c'est probablement vrais ; ils s'affichent donc comme des gens parfaits. Mais Jésus rappelle que les prophètes ont été supprimés par des gens qui s'estimaient irréprochables.. et il conclut que les Pharisiens sont les successeurs de leurs ancêtres impénitents et criminels. Ils en donneront la preuve lorsque les envoyés de Jésus tomberont entre leurs mains !

 

Les Pharisiens n'étaient évidemment tous hypocrites, mais Jésus dénonce une déformation fréquente dans l'élite religieuse, même chez des hommes très attachés à leur foi. Ce mot « hypocrite » est utilisé par Jésus pour désigner l'attitude superficielle de celui qui s'attache aux marques extérieures, visibles, de la piété.

La violence du propos est difficile à accepter venant de la bouche de Jésus. Mais il faut en saisir la portée qui nous frappe encore aujourd'hui. Al'extérieur les scribes et les pharisiens, ces hommes admirés, ont belle apparence de sainteté, de pureté et de vertu, mais Jésus dénonce leur intérieur souillé par la rapine et la luxure.

Jésus nous invite à purifier notre intérieur par la grâce et nous revêtir d'humilité.

 

 

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés