En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

l'Avent : saint Joseph, l'adoptant silencieux (4)

Publié le Lundi 23 décembre 2013


La fuite en Égypte, Jésus sur épaule Joseph, det, entre 1130 et 1140, Chapelle Palatine de Palerme

4e semaine

La fuite en Egypte

 

 

 Sainte Marie et saint Joseph


C'est la nuit de Noël :
L'enfant vous surprenait,
Vous teniez le trésor
De la vie la plus forte,
Jésus,
Le vainqueur de la nuit.

Sainte Marie et saint Joseph,
À l'épreuve de fuir
La frayeur d'un tyran,
Vous sauviez le trésor
De la vie la plus belle,
Jésus,
Le vainqueur de la haine.

Sainte Marie et saint Joseph,
Au village banal,
Au pays sans renom,
Vous gardiez le trésor
De la vie la plus digne,
Jésus,
Le vainqueur du mépris.

Sainte Marie et saint Joseph,
Quand le Fils à son heure
Eut quitté Nazareth,
Vous laissiez à l'Esprit
De souffler où il veut :
Jésus
Alla vaincre la mort.

Gloire au Père et au Fils
Et gloire au Saint Esprit
Au cœur de notre vie,

Saint Joseph et sainte Marie !

 

Hymne de P. Fertin, liturgie des heures, fete de la sainte famille



Le texte biblique

 Après le départ des mages, l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l'enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu'à ce que je t'avertisse, car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr. »

 Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l'enfant et sa mère, et se retira en Égypte,

 où il resta jusqu'à la mort d'Hérode. Ainsi s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : D'Égypte, j'ai appelé mon fils.

 Alors Hérode, voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d'après la date qu'il s'était fait préciser par les mages.

 Alors s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Jérémie :

Un cri s'élève dans Rama, des pleurs et une longue plainte : c'est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus.

 

 

Mt 2,13-18



Commentaires

Joseph, entendant les paroles de l’ange, n’est point scandalisé.

 

Il ne dit point à l’ange : « Voici une chose bien étrange.

 

Vous me disiez naguère que cet enfant sauverait son peuple et, aujourd’hui, il ne peut se sauver lui-même, et il faut que nous fuyions dans une terre étrangère. »

 

Joseph ne dit rien de semblable parce que c’était un homme fidèle. Il ne témoigne aucune curiosité pour connaître le temps du retour. il suffit à l’ange de lui dire : « restes-y jusqu'à ce que je te le dise ». Il s’empresse de croire et d’obéir, et avec joie il supporte toutes ces épreuves.

 

La bonté de Dieu lui mélange la joie avec la tristesse et tempère l’une par l’autre. C’est ainsi que Dieu agit avec les saints, faisant de leur vie un mélange de joie et de souffrance. 

 

Chrysostome : homélie VIII sur l’évangile selon S. Matthieu, 3).

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés