En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Saint Michel

Publié le Vendredi 28 septembre 2007


Raphael 1483-1520) Le grand Saint Michel (1518)

Saint Michel y écrase un dragon aux ailes en peau de serpent, avec d'étranges cornes. C'est une allégorie assez classique de la victoire du bien sur le mal.
Saint Michel occupe toute la surface du tableau, en hauteur par sa grandeur et en largeur par les ailes, la draperie qui flotte. Le vainqueur, le Bien, triomphe.
Satan lui, est écrasé, la tête déjà enfouie dans la terre, il est rejeté du ciel,il est anéanti, il ne pourra plus égarer le monde.
Le paysage est immense, d’allure cosmique. Montagnes s’étendent à l’infini, dans un ciel immense d’ou se détache l’archange Michel aux ailes colorées.



Le texte biblique

Ce passage est extrait d’une partie d’une livre de l’Apocalypse qu’on appelle « les lettres aux églises » qui voulaient préparer les chrétiens à une terrible épreuve que l’auteur de l’Apocalypse voyait s’approcher. Cette épreuve se précise, c’est la persécution menée par l’empire romain. L’Eglise va être affrontée à un état totalitaire, forcée au choix entre l’adoration du Seigneur Jésus ou du seigneur César.
Sont présentées les forces en présence, au ciel et sur terre. Au ciel sont décrits Michel et le dragon. Est expliqué commet l’Empire romain combat l’Eglise.
Quel est l’enjeu véritable de cette lutte : c’est le combat victorieux mené par Dieu, représenté par Michel, dont le nom signifie « qui est comme Dieu ? », contre Satan. Combat cosmique auquel participent les forces de la nature.
Dieu est vainqueur . Satan , pour quelques temps encore, le temps de l’histoire, peut chercher à nuire à la descendance de la femme, aux frères de Jésus. Mais ils savent que le Diable est vaincu. On peut donc aborder, dans la sécurité trouvée dans la foi, l’aspect humain de ce combat gigantesque.
Au milieu du texte l’auteur a inséré une hymne qui donne la note spécifiquement chrétienne du chapitre. Après un passage d’un style narratif, on passe à une proclamation avec une interpellation à la deuxième personne du pluriel.
Soulignons l’importance du maintenant du salut et la référence à l’autorité du Christ pour désavouer d’avance les nombreuses prétentions de satan.
Quant à l’appel à la réjouissance, il est tout à fait approprié pour célébrer la royauté de Dieu et du Christ .



Commentaires

Il y eut un combat dans le ciel : celui de Michel et de ses anges contre le Dragon. Le Dragon, lui aussi, combattait avec l'aide des siens, mais ils furent les moins forts et perdirent leur place dans le ciel. Oui, il fut rejeté, le grand Dragon, le serpent des premiers jours, celui qu'on nomme Démon et Satan, celui qui égarait le monde entier. Il fut jeté sur la terre, et ses anges avec lui. Alors, j'entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : “ Voici maintenant le salut, la puissance et la royauté de notre Dieu et le pouvoir de son Christ ! Car l'accusateur de nos frères a été rejeté, lui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu. Et eux, ils l'ont vaincu par le sang de l'Agneau et le témoignage de leur parole. Dépassant l'amour d'eux-mêmes, ils sont allés jusqu'à la mort. Ciel, sois donc dans la joie, ainsi que vous tous qui demeurez aux cieux. ”
Ap 12,7-12a

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés