En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Sainte Marie Madeleine

Publié le Mardi 22 juillet 2014


Georges de La Tour, 1593-1652,  la Madeleine pénitente  (à la veilleuse), 1642-44, musée du Louvre

 

Le célèbre peintre du 17e siècle, Georges de La Tour est un observateur pénétrant de la réalité quotidienne. Son goût prononcé pour le jeu des ombres et des lumières est la caractéristique de ses peintures.

Cette peinture de Madeleine, sainte que nous fêtons ce jour, est une des nombreuses réalisées par de La tour sur le même sujet, les plus connues étant celles de Los Angeles, Washington et New York.

La dévotion à Madeleine occupe une place privilégiée dans la spiritualité du 17ème siècle, particulièrement chez les Franciscains, les Jésuites et à l'Oratoire.

La mystique de Bérulle (1575-1629), notamment dans « L'élévation sur sainte Madeleine » développe particulièrement ce thème. Madeleine représente le pécheur qui s'élève jusqu'à Dieu par un pur mouvement d'amour. Son cheminement intérieur la mènera de l'amour d'union à l'amour du Christ crucifiant. La force de repentir concourt à la Rédemption.

 

La figure de la Madeleine de Georges de La Tour, apparaît lointaine et monumentale

La jeune femme est distante et austère. L'éclairage se trouve concentrée sur le buste et le bras replié, avec des accents forts de lumière sur le livre, le crâne, un genou.

 

Les proportions du corps sont  allongées. La chevelure s'étire en une seule, longue et belle courbe du front à l'épaule, les jambes apparaissent fuselées, le fond baigne dans une pénombre légèrement lumineuse.

 

La nature morte est l'une des plus abouties et des plus belles de La Tour, la lumière est douce et chaleureuse.

 



Le texte biblique

 En effet, l’amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous, et qu’ainsi tous ont passé par la mort.

Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.

 Désormais nous ne regardons plus personne d’une manière simplement humaine : si nous avons connu le Christ de cette manière, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.

Si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né.

 

2 Cor 5,14-17



Commentaires

Écrivant aux Corinthiens Paul désire démontrer qu'avec la mort du Christ ce qui est ancien est passé et qu'une réalité nouvelle est arrivée.

 

Cette conviction de Paul revient souvent dans ses écrits. L'amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu' « un seul est mort pour tous », Jésus-Christ, et qu’en conséquence, nous tous les vivants, nous n’avons plus notre vie centrée sur nous-mêmes, mais sur lui.

Pour Paul, la vie des apôtres devrait, si leur prédication aboutit, devenir celle de tous les fidèles. Le Christ est mort pour tous.

 

Ainsi nous ne connaissons plus personne à la manière humaine. Les vivants sont ceux qui ont découvert la vie véritable. Pour eux le but de la vie est c'est Celui qui est mort et ressuscité pour eux. La vie des chrétiens n'est plus une vie pour eux-mêmes, elle est une vie pour le Christ : « je vis, écrit Paul, mais ce n'est plus moi, c'est le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20

 

Avec des critères humains, la mort du Christ sur la croix paraissait un scandale et une folie, elle est pourtant sagesse et victoire de Dieu. Or, maintenant, tout est changé. Il s'agit de comprendre le Christ tout autrement, avec d'autres critères que ceux de l'homme charnel qui restait fermé sur lui-même et sa propre réussite. Paul désormais ne le comprend plus ainsi. Il connaît le Christ sous le regard de l'Esprit, sa relation au Christ s'est transformée. Vivre en Christ  c'est avoir une vie totalement neuve, comme si nous étions de nouvelles créatures.

La création nouvelle est une création réconciliée avec Dieu. La mort du Christ en a été l'acte décisif.

D'où la conclusion qu'un nouvel avenir se substitue à l'ancien état de choses : la rencontre du Christ, pour Paul comme pour nous, fait toutes choses nouvelles !

 

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés