En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

la Transfiguration

Publié le Mercredi 6 août 2014


Mosaïque byzantine de la Transfiguration - Monastère Sainte Catherine au Sinaï , 565-566

Le monastère sainte Catherine est un important monastère orthodoxe dans le sud de la péninsule du Sinaï. Il est encore en activité avec une vingtaine de moines.

Il abrite une superbe bibliothèque de manuscrits très anciens (avant l'an 1000).

Le monastère possède une très importante collection de mosaïques, d'icônes grecques et russes.

A l'abside de l'église est représentée la Transfiguration qui est une des plus remarquables mosaïques byzantines. C'est la plus ancienne version connue de la représentation type de la scène. Elle fut commandée par Justinien le Grand (483-565)

Le Christ est debout dans une mandorle avec une auréole cruciforme, flanqué des figures de Moïse debout sur la gauche avec une longue barbe et Elie sur la droite. Les trois disciples nommés dans les Evangiles synoptiques, Pierre, Jacques et Jean sont agenouillés, dormant ou craintifs.



Le texte biblique

Ce n’est pas en ayant recours à des récits imaginaires sophistiqués que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus Christ, mais c’est pour avoir été les témoins oculaires de sa grandeur.

 Car il a reçu de Dieu le Père l’honneur et la gloire quand, depuis la Gloire magnifique, lui parvint une voix qui disait : Celui-ci est mon Fils, mon bien-aimé ; en lui j’ai toute ma joie.

 Cette voix venant du ciel, nous l’avons nous-mêmes entendue quand nous étions avec lui sur la montagne sainte.

 Et ainsi se confirme pour nous la parole prophétique ; vous faites bien de fixer votre attention sur elle, comme sur une lampe brillant dans un lieu obscur jusqu’à ce que paraisse le jour et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs.

 

2Pi 1,16-19



Commentaires

Homélie sur la transfiguration de Jean Damascène (676-749) :

Dans son homélie sur la Transfiguration, Jean Damascène sait exprimer dans tout son éclat ce mystère de lumière qu'est la Transfiguration. Cette lumière n'est autre que la vie même de Dieu qui vient nous rejoindre et nous transformer en son Fils.

Il s’attache à montrer qu'en s'incarnant le Verbe ne perd rien de se divinité, mais il assume la nature humaine avec ses souffrances. « Tout entier il m'assume tout entier, tout entier il s'unit à moi tout entier, afin de me donner le salut, à moi tout entier » (Exposé sur la foi orthodoxe, 730/740).

Jean Damascène souligne qu'en prenant la condition humaine, le Christ lui apporte le salut et qu'il appelle l'être humain à partager la vie divine.

" Aujourd'hui se manifeste ce que des yeux de chair ne peuvent voir : un corps terrestre rayonnant de la splendeur divine, un corps mortel manifestant la gloire de la divinité. Car la Parole s'est faite chair et la chair Parole, bien que celle-ci ne soit pas sortie de la nature divine... Les choses humaines deviennent celles de Dieu, et les divines celles de l'homme... Le Thabor jubile et se réjouit, montagne divine et sainte... car elle rivalise en grâce avec le ciel. Là, les apôtres choisis voient le Christ dans la gloire de son Royaume. Là , la résurrection des morts est manifestée à leur foi, et le Christ se montre Seigneur des morts et des vivants, lui qui fait paraître Moïse d'entre les morts et qui prend pour témoins des vivants Elie le cocher au souffle de feu. Là, les chefs des prophètes prophétisent encore, annonçant l'exode du Seigneur à travers la croix. [...]. Maintenant tout ruisselle de lumière et de clarté.

Tandis que s'accomplissaient ces choses, et pour que le Christ soit révélé comme Seigneur de l'Alliance et de la Nouvelle Alliance, pour que soit crue la résurrection des morts et des vivants Moïse et Elie se tiennent comme des serviteurs aux côtés du Seigneur de gloire . Par les apôtres, leur compagnons dans le service, ils sont vus parlant avec lui... Aujourd’hui le coryphée de la Nouvelle Alliance, qui avait le plus expressément proclamé le Christ comme Fils de Dieu par ces paroles : «  Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », voit le législateur de l'Ancienne Alliance qui assiste le Christ, donateur de l'une et de l'autre, et qui a dit : « Voici celui qui est ». Aujourd'hui Elie, le prophète de l'Ancienne Alliance, annonce à Jean dans l'Alliance nouvelle, le Seigneur né d'une vierge. Moïse proclame : « Ecoute, Israël spirituel, ce que l’Israël selon la chair n'a pu entendre. Le Seigneur ton Dieu est un seul Seigneur, puisqu'il est un seul, connu en trois personnes ». Alors Elie répond : « Celui-ci est celui que jadis j'ai contemplé, incorporel comme dans une brise légère, je veux dire dans l'Esprit Saint »

Jadis, Moïse entrait dans la nuée divine [...]. Et, alors, Israël ne pouvait regarder intensément la gloire pourtant passagère du visage de Moïse ; mais, nous, le visage découvert, nous contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, " transforméss de gloire en gloire comme par l'Esprit du Seigneur ".

Jean Damascène

 

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés