En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Dédicace de la basilique de saint jean de Latran

Publié le Vendredi 9 novembre 2007


Manuscrit de la British Library , Jésus chasse les marchands du temple, 1200/1210

Ce manuscrit montre Jésus, devant le temple, fouet à la main, chasse les brebis et autres animaux destinés au sacrifice, et disperse les monnaies des changeurs, et renverse leurs tables.
Le temple de Jérusalem est figuré en arrière plan, mais Jésus, grand personnage imposant, est lui-même le temple de l’Eglise qu’il rebâtit par sa résurrection.

La basilique de saint Jean de Latran dont on fête aujourd’hui la dédicace est considérée comme la « mère » de toutes les églises de Rome et du monde. C’est la cathédrale du Pape. Depuis le 4e siècle nombreux sont ceux qui ont reçu dans cette église les sacrements qui les ont agrégés au Corps du Christ.

« Les peuples chrétiens ont bien raison de célébrer avec foi cette solennité de la Mère Eglise, car ils savent qu’ils sont renés spirituellement par elle. Si par notre première naissance, nous étions pour Dieu des objets de colère, par la seconde naissance, nous sommes devenus les objets de sa miséricorde. La première naissance nous a engendrés à la mort, la seconde nous a rappelés à la vie. Tous, avant le baptême nous avons été des temples du diable ; après le baptême nous sommes devenus des temples de Dieu .. « le temple de Dieu est saint, et ce temple, c’est vous » (1 Cor 3,17). Et puisque le Christ est venu pour chasser le démon de nos cœurs, afin de se préparer un temple en nous, travaillons autant que nous le pouvons, avec son aide, à ce qu’il ne subisse pas en nous d’outrage, a cause de nos mauvaises actions. » (St Césaire d’Arles, homélie pour l’anniversaire de la dédicace d’une église)



Le texte biblique

Jésus monte à Jérusalem au moment de la Pâque des juifs ; une fête qui intervient trois fois dans l’évangile de Jean (6,4 ; 11,55), ponctuant les deux ans et demi de vie publique de Jésus. Jean montre ainsi qu’en la personne de Jésus les fêtes juives prennent une autre signification.
Les marchands étaient installés sur le parvis des Gentils, ce qui était normal si on voulait que les pèlerins puissent à l’occasion de leur venue à Jérusalem, offrir des animaux en sacrifice. Mais Jésus considère que ce commerce souille le Temple lui-même.
Les animaux mentionnés sont les bœufs et les brebis, ce sont les animaux qui sont offerts à l’époque de Pâques (Dt 16,2). Que Jésus les chasse, est le signe que virtuellement la Pâque juive est abolie. L’évangéliste voit en Jésus celui qui remplace toutes les victimes pascales de l’Ancien Testament
La signification du geste de Jésus est double : il met un terme à une pratique indigne de la maison de Dieu, et en même temps il lève un voile sur sa relation avec son Père. Jésus répond à la demande de signe par une parole mystérieuse sur le temple : « en trois jours, je le relèverai », le terme utilisé ne vise plus la reconstruction du bâtiment mais la résurrection de son propre corps qui est le véritable temple de Dieu.
Devant le geste de Jésus qu’ils ne comprennent pas (« quel signe nous montres-tu pour agir ainsi ? »), les disciples se souviennent de ce qui était écrit dans les Ecritures : « l’amour de ta maison fera mon tourment » ; le texte grec dit : «le zèle de ta maison me dévorera ». Jésus est dévoré de zèle et ce zèle le dévorera, le mènera à la mort. Le texte du Psaume 69 prend pour les disciples un sens nouveau, il annonce le Christ : « ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite ».
Cette scène de Jésus chassant les marchands du temple, relue à la lumière de l’Esprit, fait percevoir le sens de la croix et de la Résurrection .



Commentaires

Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment. Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps. Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
Jean 2,13-22

Partagez cette page :

Méditations récentes

La bénédiction de Dieu
La bénédiction de Dieu
Publié il y a 5 jours
La mission de Paul
La mission de Paul
Publié il y a 14 jours
Qui est le plus grand ?
Qui est le plus grand ?
Publié le Lundi 28 septembre 2020
Parole de feu
Parole de feu
Publié le Mercredi 23 septembre 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés