En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Aimer c'est pardonner 5

Publié le Mercredi 18 mars 2015


Seul Dieu peut pardonner, mais il a transmis son pouvoir à l’église et ses prêtres

Raphaël, 1483-1520, le Christ donne les clefs du paradis à Pierre, 1515-1516, carton pour tapisserie, Victoria and Albert Museum, Londres

 

Seul Dieu peut pardonner, mais Jésus a donné aux disciples ce qu'on appelle le « pouvoir des clés ».

Raphaël dans le carton d'une tapisserie interprète cette mission de Jésus donnée à Pierre de faire paître ses brebis et de remettre les péchés.

 

Naturellement ce n'est pas la personne de Pierre, des disciples et de leurs successeurs qui pardonnent, le vrai protagoniste du pardon des péchés c'est l'Esprit Saint. Quand Jésus lors de sa première apparition aux apôtres au Cénacle, Jésus a soufflé sur eux en disant « Recevez l’Esprit-Saint. Ceux à qui vous remettrez leurs péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. » (Jn 20,22-23).

 

Raphaël nous montre un Jésus ressuscité, mi-nu dans un vêtement blanc, irréel par rapport à la présence bien humaine des apôtres. Il est aussi le berger donnant la paix aux brebis qui sont derrière lui. Il est jeune, beau, pas de marques de souffrance.

Jésus est désormais l'homme nouveau qui offre les dons du mystère pascal. La paix ; la joie, le pardon des péchés, la mission, mais surtout il donne l'Esprit Saint qui est la source de tout cela. Ainsi Pierre qui peut mener à bien la mission qu'il a reçue.

Jésus a donné sa vie pour notre paix, pour notre joie, pour le don de la grâce, pour le pardon des péchés.

 

Jésus donne aux apôtres le pouvoir de pardonner les péchés. L’église est dépositaire du pouvoir des clés, de donner le pardon.

Dieu miséricordieux pardonne tout homme et il a voulu que ceux qui appartiennent au Christ et à son Église reçoivent le pardon, la joie, la paix par l'intermédiaire des ministres de la communauté. Jésus nous appelle à recevoir son pardon dans sa dimension ecclésiale. L’Église accompagne notre chemin de conversion tout au long de notre vie.

Dans le sacrement de réconciliation Dieu écoute, envoie un frère, le prêtre, nous apporter le pardon, la certitude du pardon au nom de l’Église.

 



Le texte biblique

Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

 Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.

 À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »



C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.

Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »

 Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »

Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.

 

 Jn, 20,21-23;22,14-17



Commentaires

Sainte Thérèse d'Avila

 

Pour m'aider à tomber, j'avais des amis en grand nombre ; mais pour me relever, je me trouvais complètement isolée. 

Aujourd'hui je m'étonne de n'être pas restée toujours à terre.

Louange à la miséricorde et au pardon de Dieu ! C'est Lui seul qui me tenait la main. Qu'il en soit remercié à jamais !

Amen !


***

Sully Prud'homme, La Confession

 

Un de mes grands péchés me suivait pas à pas, 
Se plaignant de vieillir dans un lâche mystère ; 
Sous la dent du remords il ne se pouvait taire, 
Et parlait haut tout seul quand je n'y veillais pas. 

Voulant du lourd secret dont je me sentais las 
Me soulager au sein d'un bon dépositaire, 
J'ai, pour trouver la nuit, fait un trou dans la terre, 
Et là j'ai confessé ma faute à Dieu, tout bas. 

Heureux le meurtrier qu'absout la main d'un prêtre : 
Il ne voit plus le sang épongé reparaître 
À l'heure ténébreuse où le coup fut donné ! 

J'ai dit un moindre crime à l'oreille divine ; 
Où je l'ai dit, la terre a fait croître une épine, 
Et je n'ai jamais su si j'étais pardonné. 

 

Sully Prud'homme, 1839-1907, les épreuves, 1866

 

 

 

 

 

Partagez cette page :

Méditations récentes

Manger la parole
Manger la parole
Publié mardi
La Transfiguration
La Transfiguration
Publié il y a 8 jours
Jérémie appelle à la conversion
Jérémie appelle à la conversion
Publié le Lundi 27 juillet 2020
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié le Mardi 21 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés