En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Présentation de la Vierge

Publié le Mercredi 21 novembre 2007


DIPRE Nicolas - La Présentation de la Vierge au Temple
Huile sur bois, 31.5x50, fin XVe siècle, Musée du Louvre, Paris


Cette représentation est une partie de prédelle, dont les deux autres parties représentent deux autres moment de la vie d’Anne et Joachim, la Rencontre de la porte Dorée et la Naissance de la Vierge. L’ensemble, tiré d’un livre apocryphe, le proto-évangile de Jacques, fait donc de La Présentation de la Vierge au Temple l’ultime épisode de la vie de Marie avant que le cours de celle-ci ne soit pris en relais par saint Luc.

Cet épisode soulignait la disponibilité de la Vierge Marie, à l'égard de la volonté divine. Tant en Orient qu'en Occident, cette fête connut un grand succès. Marie est bien prédestinée à devenir le temple vivant de la divinité. La scène est toute simple, selon cet évangile apocryphe: Anne et Joachim voulurent remercier Dieu de la naissance de cette enfant. Ils la lui consacrèrent. Lorsqu'elle eut trois ans, Marie fut conduite au Temple, un prêtre l'accueille par des paroles qui ressemblent au Magnificat et l'enfant s'assied sur les marches de l'autel : « tout le peuple d'Israël l'aima » . Cette fête est attestée dès le 6ème siècle.

Ce panneau est caractérisé par toutes les courbes et contre-courbes formées par l’escalier, les arcades des colonnes du temple, que l’on retrouve dans les autres panneaux et sont comme des accolades regroupant ces épisodes de la vie de Marie.
Avec la Présentation de la Vierge au Temple, il y a séparation de l’enfant de ses parents, elle monte vers le grand prêtre (la loi du Temple) qui l’attend dans l’encadrement du porche, avec son air de commandeur. Que l’itinéraire de Marie soit matérialisé par une volée de marches (comme plus tard chez Titien ou Luca Giordano) n’est évidemment pas chose indifférente. Alors qu’un cheminement plat n’eût constitué qu’un lien neutre, l’échelle de pierre s’érige ici en un véritable symbole. Au mitan de l’escalier, la petite fille adresse un signe d’intelligence à ses parents venus l’accompagner. Le geste de Marie, expressément souligné par l’ombre portée , marque qu’un "tournant" vient d’être pris.

La vérité de la situation n’échappe pas à Anne chez qui s’esquisse la marque d’une secrète inquiétude.



Le texte biblique

Le prophète Zacharie, comme Aggée, a participé à la “restauration” du peuple de Dieu et du Temple quand les Juifs sont revenus de Babylone (520 av. J.C.).

A leur retour d’exil, les prodigieuses promesses faites par les prophètes du temps où ils se trouvaient à Babylone ne s’étaient pas accomplies (voir Is 40.55). Ils devaient donc continuer à espérer.
Après un premier appel à revenir au Seigneur, Zacharie raconte les visions qu’il a reçues et insère quelques oracles.

Notre passage fait partie d’un oracle qui suit la troisième vision, où un ange déclare que Jérusalem doit rester ville ouverte à cause de la foule des gens et des bêtes qui s’y trouveront. Le Seigneur sera là pour la protéger : « je serai pour elle un rempart de feu et au milieu d’elle je serai sa gloire ! »

Cette vision est suivie par un appel et une promesse : que tous les exilés se hâtent de revenir à Jérusalem, et que la ville se réjouisse de l’arrivée de son Seigneur !

Et cet appel s’achève par une acclamation d’origine liturgique : le monde entier doit faire silence devant le Seigneur qui va manifester sa gloire !

L’acclamation a la forme d’une acclamation solennelle , soit pour lancer la bataille de la guerre sacrée, soit pour proclamer la royauté du Seigneur (So 3,14 ; Ps 47,2 ; 95,1 ; 98,4.6)

Ce cri de joie rappelant la délivrance d’Israël et la venue de Dieu parmi son peuple (voir aussi Is 12,6 ; 44.23 ; Jr 31,17) doit être poussé par « la fille de Sion », expression employée dans la Bible comme une personnification de Jérusalem, et au-delà du Peuple de Dieu.
Le Seigneur demeurera au milieu de son peuple. Nombreux sont les peuples qui s’attacheront au Seigneur et ces peuples d’origine païenne deviendront le peuple du Seigneur. Ils reconnaîtront le prophète Zacharie que le Seigneur a envoyé.

Toute créature doit faire silence, adopter une attitude d’attente respectueuse devant celui qui va passer aux actes. Dieu s’est réveillé, lui qui semblait endormi pendant que les païens maltraitaient son peuple. Tout exprime l’imminence de l’intervention de Dieu pour réaliser le salut.

Et les chrétiens ont compris que la fille de Sion, parfaitement accueillante à la parole du Seigneur et prête à son service dans l’exultation et l’action de grâce, était désormais toute entière présente en la personne de Marie.



Commentaires

Chante et réjouis-toi, fille de Sion ;

voici que je viens,

j'habiterai au milieu de toi, déclare le Seigneur. En ce jour-là,
des nations nombreuses s'attacheront au Seigneur,

elles seront pour moi un peuple,

et j'habiterai au milieu de toi.

Tu sauras que le Seigneur de l'univers m'a envoyé vers toi. Le Seigneur prendra possession de Juda,
son domaine sur la terre sainte ;

il choisira de nouveau Jérusalem. Que toute créature fasse silence devant le Seigneur,

car il se réveille et sort de sa Demeure sainte. »



Za 2,14-17

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 13 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés