En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

1er mai, saint Joseph

Publié le Jeudi 30 avril 2015


Yaroslav Dobrynine et son épouse Galina , La création de l'homme, 1988-1990, monastère saint Antoine le Grand, Saint-Laurent-en-Royans , Vercors

 

Le monastère orthodoxe Saint Antoine le Grand a été fondé en 1978, avec la bénédiction de l'archimandrite Aimilianos, supérieur du monastère de Simonos Petra au mont Athos.

L'église actuelle a été édifiée entre1988 et 1990, le plan a été fait par un moine du monastère et les fresques murales ont été réalisées par Yaroslav Dobrynine et son épouse Galina, qui comptent parmi les meilleurs iconographes contemporains de Russie. 

Elles s'étendent sur l'ensemble des murs intérieurs soit 600 m2.

 

Ici nous contemplons la scène de la création. Tout est présent en arrière fond, le cosmos, la terre et l'eau habités d'animaux divers, d'oiseaux, de poissons, la végétation est évoquée par deux plantes vertes.

 

Au premier plan Dieu et l'homme sont imposant, ils sont accompagnés de la citation biblique, : « Dieu créa l'homme à sa ressemblance ».

Dieu est assis sur un cercle symbolique et irréel, tandis qu'Adam est installé sur un grand rocher terrestre. Par le jeu des mains Dieu donne, l'homme reçoit.



Le texte biblique

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. »

Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme.

Dieu les bénit et leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. »

 Dieu dit encore : « Je vous donne toute plante qui porte sa semence sur toute la surface de la terre, et tout arbre dont le fruit porte sa semence : telle sera votre nourriture.

 À tous les animaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui va et vient sur la terre et qui a souffle de vie, je donne comme nourriture toute herbe verte. » Et ce fut ainsi.

 Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : sixième jour.

 Ainsi furent achevés le ciel et la terre, et tout leur déploiement.

Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite.

Et Dieu bénit le septième jour : il le sanctifia puisque, ce jour-là, il se reposa de toute l’œuvre de création qu’il avait faite.

 

Gn 1, 26 à 2,3



Commentaires

En ce jour de la saint Joseph, patron des travailleurs, la liturgie nous propose de relire le récit de la création de l'homme à laquelle Dieu demande que nous participions.

 

Ce récit de la création de l'homme est plus développé que celui des autres créatures. Cela souligne son caractère unique. La création de l'homme est ici décrite au ralenti.

Dieu créé l'homme à son image, il veut lui donner un rôle par rapport à l'ensemble des animaux.

L'homme sera fécond et dominera sur toute la terre et sur les animaux.

Et l'ensemble se termine par une ordonnance alimentaire : l’homme doit se nourrir de végétaux. Toute violence étant ainsi évitée, l’homme domine ainsi la terre par la douceur, « à la ressemblance de Dieu ».

 

Pour la première fois la parole de Dieu s'adresse à quelqu'un, un dialogue commence, Dieu a l'initiative et il attend une réponse.

 

Tout ce récit est à lire en lien avec les mythes du Moyen Orient bien connus des lecteurs de la Bible.

L'auteur fait preuve de génie en parlant du septième jour où les dieux sont épuisés par l’œuvre de leur création. Mais ici tout est changé, le repos est l'aboutissement de la création et en même temps l'interruption de l’œuvre créatrice de Dieu qui dans les versets précédents a confié à l'homme de poursuivre la tâche.

 

Après les animaux et l'homme, c'est le sabbat qui est béni, c'est à dire posé comme une source de fécondité. Car c’est le jour où l’homme s’arrête de travailler pour louer Dieu créateur.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés