En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Semaine de l'Unité des chrétiens (8) : Des coeurs qui brûlent pour l'unité

Publié le Lundi 25 janvier 2016




Des coeurs qui brûlent pour l'unité



Fra Angelico, 1395-1455, le Christ en pèlerin, avec deux dominicains semblables aux disciples d'Emmaus, lunette au dessus la porte Est de l'hospice, (originellement au-dessus de l'entrée du réfectoire 1440-1442, couvent saint Marc de Florence

 

 

 

Fra Angelico a représenté cette étrange rencontre dans une lunette en forme d'ogive, située au-dessus de la première salle du couvent destinée aux étrangers auxquels les fils de saint Dominique offraient l'hospitalité. Il veut montrer le Christ avec deux dominicains semblables aux disciples d’Emmaüs. On voit le Christ, le visage encadré de cheveux longs retombant sur le dos, la barbe assez grande, le bourdon de pèlerin à la main, revêtu pauvrement d'un costume usé par les voyages.

 

Il est accueilli par deux religieux dominicains qui par les gestes de leurs mains signifient un chaleureux accueil. Semblables aux disciples d’Emmaüs ils insistent pour que le Seigneur reçoivent l'hospitalité dans leur maison.

 

Fra Angelico idéalise la scène en faisant des disciples des religieux dominicains : « dans chacun de nos hôtes nous verrons Jésus Christ lui-même, et nous l’accueillerons comme les disciples d’Emmaüs ont accueilli le Seigneur »




Le texte biblique



 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,

et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.

 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.

 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.

 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.

 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »

 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :

 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.

 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.

 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,

 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.

 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »

 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !

 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »

 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.

 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.

 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.

 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.

 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »

 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :

 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »

 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

 Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! »

 

Lc 24,13-36



Commentaires

Prière

Seigneur Jésus, tu as rendu nos cœurs brûlants au-dedans de nous, et tu nous as renvoyés sur la route vers nos frères et sœurs, avec le message évangélique aux lèvres.

Aide-nous à percevoir que l’espérance et l’obéissance à tes commandements conduisent toujours à une plus grande unité de ton peuple. Amen.

******* 

 

En conclusion de cette semaine de prière pour l'unité des chrétiens, reprenons le thème général choisi pour cette année 2016 :



Vous êtes la race élue, la communauté sacerdotale du roi, la nation sainte, le peuple que Dieu s’est acquis, pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière, vous qui jadis n’étiez pas son peuple, mais qui maintenant êtes le peuple de Dieu ; vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, mais qui maintenant avez obtenu miséricorde.

1 Pierre 2,9-10

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés